Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Gorgoroth

Pentagram

LabelEmbassy Productions
styleBlack Metal
formatAlbum
paysNorvège
sortiejanvier 1993
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

« 1993 Year of misery » Cette phrase extraite de la chanson « The day Burzum killed Mayhem » de Nargaroth résume parfaitement l’état du black métal et en particulier de la scène norvégienne à cette époque là.
Avec l’assassinat d’Euronymous par Varg Vikernes le leader de Burzum, la scène black est entièrement dévoilée par les médias et la plupart de ses protagonistes à savoir certains membres de Emperor, Burzum ou encore Thorns se retrouvent directement en case prison sans toucher les 1000 € pour des faits divers aussi fréquents à ce moment que stupides à savoir meurtres ou encore incendies d’églises.
Alors que la scène Norvège se retrouve décimée, un coup fumant se prépare dans l’ombre, un groupe qui annoncera notamment le renouveau de cette scène. Enième référence à l’univers de Tolkien ce sordide projet portera le nom de Gorgoroth.

Après leur démo sobrement intitulée « A Sorcery Written In Blood » voici donc ce 1er album des Norvégiens qui porte le tendre nom de « Pentagram ».
Alors que se passe-t-il exactement dans ce cd ???
Et bien déjà commençons par l’un des éléments principaux à savoir la voix. Vous êtes allergiques à Dani Filth et sa voix ? Il se pourrait bien que cette offrande diabolique vous donne de violentes crises d’urticaires dans ce cas tant le chant se montre extrême. Le chanteur « Hat » possède en effet une voix particulièrement stridente mais totalement parfaite pour coller avec le concept Gorgoroth.
Avec cet album Gorgoroth arrive à nous plonger des les fin fonds de l’enfer, comment ne pas résister à l’écoute d’un « Katharinas Bortgang » tout ce qu’il y a de plus maléfique ou comment ne pas se laisser emporter par une sublime « Maaneskyggens Slave ». Du line up de ce cd jusqu’au line up actuel il ne restera plus qu’un membre : Infernus mais qu’importe le groupe aura appris à évoluer autour de ce personnage. Sur ce Pentagram on trouve également un invité de marque en la présence du grand Samoth (Emperor, Zyklon…) qui en grand intérimaire du métal assurera la basse histoire de dépanner. Mais revenons à nos moutons, comme à chacun de ses albums Gorgoroth nous gratifiera de sa petite chanson instrumentale avec ici un « Huldrelokk » de toute beauté et qui emmènera encore une fois dans de lointaines contrées.
A m’en entendre ce 1er album des norvégiens n’à aucun point faible et bien si il en possède un à savoir sa durée. Et oui 30 minutes c’est bien peu pour pouvoir s’imprégner au maximum de l’ambiance de cet album et ça n’est pas l’album suivant « Antichrist » qui va rattraper la longueur de celui-ci.

Bref vous l’aurez compris Gorgoroth entre directement dans la cours des grands avec ce Pentagram et reste depuis l’une des références du Black tout styles confondus. Un cd idéal pour célébrer vos plus belles messes noires et égorger des poules…

1. Begravelsesnatt
2. Crushing The Scepter (Regaining A Lost Dominion)
3. Ritual
4. Drømmer Om Død
5. Katharinas Bortgang
6. Huldrelokk
7. (Under) The Pagan Megalith
8. Maaneskyggens Slave

Les autres chroniques