Chronique Retour

DVD

09/12/14 - U-Zine

Arkona

Noch Velesova (Night of Veles)

LabelNapalm Records
stylePagan/Folk Metal
formatAlbum
paysRussie
sortiemai 2009
La note de
U-Zine
7/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Parfois abondance de biens nuit. Arkona est un groupe Russe, mené de main de maîtresse par Masha « Scream », dont la renommée grandissante s’est traduite par la réédition récente de son back catalogue et par la signature sur le label allemand Napalm Records qui n’a pas tardé à mettre à profit celle-ci en rééditant un album sorti à peine quelques mois plus tôt (Ot Serdca k Nebu). Le groupe étant actuellement en studio pour finaliser son nouveau bébé, le label nous propose de patienter via un DVD live, le second du groupe, captation d’un concert du 31 octobre 2007 à Moscou.

Malgré la débauche de moyens mis en œuvre le sentiment qui prédomine après le visionnage est plutôt mitigé, du moins pour celui qui a déjà vu le précédent certes plus « roots » mais qui en terme d'agrément de visionnage et fatalement de durée de vie est largement supérieur. Si de nombreuses améliorations sont toutefois perceptibles, ces petits plus ne font pas une grande différence au final. Si, dans l’absolu, le DVD est largement au dessus de la moyenne en terme de qualité (son au top, Foultitude de caméras, set list à rallonge, présentation dans un format digi A5, livret illustré ) et comporte même d’excellentes initiatives (sous-titrage en anglais des interventions des différents protagonistes, présence d’un instrumentiste « folk » pratiquant diverse flûtes, binious et autres guimbardes, renforts de deux choriste féminines aux voies impeccables, changement de tenues de la frontwoman qui arbore pour l'occasion un nouveau renard du plus bel effet) certains éléments sont plutôt dispensables : les bonus sont anémiques (deux clips, certes désormais disponibles en bonne qualité, dont la réalisation pouvait se satisfaire d’un rendu « myspace », une "interview" de Masha qui présente très rapidement ses motivations et le fond d’Arkona), la présence de deux danseuses sur l’un des premiers titres qui tient plus de l'improvisation que d'une chorégraphie adaptée au "sujet"), certaines interventions solo de l’instrumentistes traînent un peu en longueur, le speech d’un drôle de bonhomme venant vanter l’attachement nécessaire aux anciennes croyances et à la mère patrie fait un peu secte.

Côté public, si le club « Tochka » est beaucoup plus grand, et mieux agencé, que le club « Relax » dans lequel fût enregistré le précédent live l’accent n’est pas vraiment mis sur la présence de l'auditoire que l'on devine importante, à peine quelques mains apparaissent–elles dans l’éclairage entre les morceaux. Ce qui me conduit à insister sur le point, très, faible de ce live : une réalisation qui réussit à gâcher un plaisir qui aurait du être complet. Ainsi la scène est assez grande pour que les musiciens ne se marchent pas les uns sur les autres (défaut majeur du précédent), les guest vocalistes sont nombreux et de qualité (interprétant parfois seuls le titre joué), Arkona se la joue Amon Amarth niveau durée du set (un peu plus de 2h20), les musiciens sont au top (même si le bassiste, qui ressemble étrangement à un Necrobutcher en plus gros, respire toujours autant la joie de vivre et que le son batterie est un poil trop synthétique), la mise en scène est soignée (batteur placé au sommet d'une sorte d’estrade et entouré des choristes et de l'instrumentiste, mini-brasero factices, foule qui s'écarte pour laisser place à un duel de guerriers "d'époque" en contrebas de la scène). Mais, car il y a un gros mais, le monteur a du être payé au plan tant le montage est nerveux, et au final désagréable : les caméras, nombreuses, changent toutes les trois seconde et ce ne sont pas forcément les plus judicieuses qui sont choisies (un cameraman visant systématiquement les lumières pour faire « artiste », plan sur Masha perdue dans les lights, mais plus grave : conservation de plans où la caméra cherche quoi filmer, plans instables sur le batteur) si bien qu’au final on se demande si l’on assiste pas à un montage « à l’arrache » pour une retransmission télévisuelle en direct or il n'en est rien puisque certaines interludes ont été manifestement rabotés.

Malgré l'incroyable énergie de Masha tout au long du show, ce montage inepte rends non pas pénible mais moins digeste le conséquent enchaînement des titres. Ce DVD avait tout pour être une tuerie, il n'est de fait qu'un excellent live auquel je préfère le précédent, désormais facilement disponible (notamment via les différentes VPC des labels du groupes), qui bien que comportant son lot d'imperfections (image pas toujours au top, micro qui tombe en rade, scène minuscule, jeu à base de vodka un brin longuet, ergonomie de la salle franchement perfectible) possède une atmosphère et un montage dynamique et non pas épileptique qui fait qu'il conserve son charme après plusieurs visionnages.

01. Pokrovi Nebesnoga Startsa (Shrouds of Celestial Sage)
02. Slava, Kupala!!!
03. Ot Serdca k Nebu (From Heart to the Skies)
04. Tuman Jarom
05. Oi , Pechal'- Toska (Oh, my Sorrow, my Anguish)
06. Strela (The Arrow)
07. Gutsulka
08. Slavsia, Rus'! (Long live Rus'!)
09. Kupala and Kostroma
10. Sva
11. Katitsia Kolo (Kolo Rolls)
12. Speech de Volhv Veleslav
13. Kolymiyka
14. Skvoz Tuman vekov (Trough the Fog of Ages)
15. Po siroy zemle (On the Natural Ground)
16. Vosstanie Roda (Uprising of Rod)
17. Gnev Vremen (Anger of the Ages)
18. Rus Iznachalnaya (Ancient Rus')
19. Sotkani veka (Woven Ages)
20. Chiorie Debri Voini (The Black Thickets of War)
21. Marena
22. Zov Predkov (Call of Ancestors)
23. Combats d'épées
24. Kolyada
25. Chornie Voroni (Black Ravens)
26. Po zverinim Tropam (On Animal Path)
27. Maslenitsa
28. Viydu ia na volushku (As I come to Free Lands)
29. Rus'
30. Oj, To Ne Vecher

BONUS:
Videoclips:
- Pokrovi Nebesnogo Startsa (Shrouds of Celestial Sage)
- Slavsia, Rus'! (Long live Rus'!)

"Interview"

Les autres chroniques