Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Faceless

Planetary Duality

LabelSumerian / Lifeforce Records
styleDeath metal technique
formatAlbum
paysUSA
sortiefévrier 2009
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Si le premier album de The Faceless avait fait une entrée remarquée de l’autre côté de l’Atlantique, elle fut bien plus timide en France. Ce n’est pourtant pas la qualité d’«Akeldama» qui lui faisait défaut : les Américains avaient une approche intéressante du death technique grâce à un son propre à la nouvelle vague ricaine (proche d’un deathcore). Peut-être est-ce cet élément qui a calmé les ardeurs hexagonales ? Toujours est-il que la tendance a radicalement avec « Planetary Duality ». En effet leur second opus s’est rapidement imposé, finissant dans de nombreux Top de l’année 2008.

La couleur est directement annoncée grâce à l’artwork si identifiable de môsieur Pär Olofsson (Spawn of Possession, Odious Mortem, Psycroptic) ! C’est donc maintenant certain, cet album sera de haute volée et de préférence technique. Et ces supposions ne tardent pas à s’avérer exactes !
C’est en effet le premier constat que l’on fait à l’écoute de « Planetary Duality ». The Faceless a clairement progressé d’un point de vue technique et les compositions semblent plus travaillées que par le passé. Michael Keene, réel maître d’œuvre de la formation, dévoile un peu plus son potentiel (déjà bien visible sur leur précédente sortie). Outre avoir développer ses compétences techniques, il a également ouvert une direction plus progressive à la musique du groupe…
Le travail au niveau des guitares a pris en maturité et les structures sont désormais plus pérennes grâce à la venue de nouvelles influences. Les membres prennent le temps de bien faire les choses et l’on voit directement le travail que cela a dû demander ("The Ancient Covenant" et "Legion of the Serpent").
Derek Rydquist est encore présent derrière le micro même si sa voix ne fait pas l’unanimité. Malgré le manque évident de personnalité de son timbre de voix, je dois avouer que j’adhère néanmoins toujours autant à son chant puissant, digeste et efficace ! Deux nouveaux venus "vocaux" voient également le jour : d'une part les chants clairs de Keene sont désormais plus présents sur « Planetary Duality » et ce dernier a aussi intégré un vocoder sur certains passages, rappelant évidemment Paul Masvidal de Cynic. Ce même Cynic fait d'ailleurs partie des nouvelles influences de The Faceless nettement mis en avant sur cet album. A noter aussi que la valse des batteurs a enfin cessé, confirmant Lyle Cooper au poste de seul et unique marteleur attitré.
En l’espace d’un album, le groupe a nettement pris en galon ! Ce qui l’est moins, c’est que les premières approches du nouveau cru de The Faceless sont moins faciles. Là où les morceaux de « Akeldama » semblaient plus accessibles et spontanés, ceux-ci sont moins abordables. Il faut donc plusieurs écoutes pour bien maîtriser la bête et prendre vraiment son pied (ce qui montre entre autre une complexité plus protubérante). Le deuxième changement majeur est la mutation du pauvre synthé typique des formations à deux balles de Myspace a quelque chose de plus propre et surtout plus pro. Heureusement pour les nostalgiques, vous pourrez retrouver votre plaisir sur un titre comme "Xenochrist". Ceci n’empêchera pas le groupe d’avoir une orientation bien moderne que par le passé (la production, le mixage et le mastering étant signés Michael Keene) !

L’évolution - positive - de The Faceless ne m’étonne pas plus que ça (et me réjouis même !). Cependant le point faible du groupe reste le même que sur leur premier effort : une durée un peu faiblarde. Moi qui croyais que les membres allaient corriger ce vilain défaut, il a même empiré ! Avec un total de 31 minutes, c’est une bien maigre offrande que nous offre les Américains. Certes la qualité prime sur la quantité, mais l’un ne va pas sans l’autre. Ceci est vraiment dommage quand on voit la qualité présentée ! Espérons que le prochain sera le bon : encore plus travaillé… et un peu plus long !

1) Prison Born
2) The Ancient Covenant
3) Shape Shifters
4) Coldly Calculated Design
5) Xenochrist
6) Sons of Belial
7) Legion of the Serpent
8) Planetary Duality I (Hideous Revelation)
9) Planetary Duality II (A Prophecies Fruition)

Les autres chroniques

Album

nov. 2006 U-Zine

The Faceless

Akeldama