Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Faceless

Akeldama

LabelSumerian Records
styleDeath métal technique
formatAlbum
paysUSA
sortienovembre 2006
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Mais quel est ce groupe dont le tee-shirt est porté par de nombreuses formations ? The Faceless, paraît-il. Mais qu’est ce qui fait que tant d’artistes (que j’apprécie) supportent ce groupe ? Lors d’une tournée commune, les membres ont tellement été sympa qu'en remerciement, tout le monde se met à porter leur tee-shirt ? Peu probable… The Faceless avait un stock important de tee-shirt qu’il a envoyé gratos à tous les cadors du métal ? Non plus. Ou bien c’est parce que l’artwork de leur album est magnifique ? Pas vraiment non plus.

Pour en savoir un peu plus, je me décide de me pencher sur cette fameuse formation. Quelques écoutes sur leur Myspace plus tard (et pas spécialement convaincu non plus), je passe à l’offensive en achetant un de leurs albums. Mon dévolu se porte rapidement sur « Akeldama ». Pourquoi ? Tout simplement car c'est l'unique album de leur discographie. Après deux semaines d’attente (ou plutôt quatre ! J’avais oublié que je commandais via Caiman), voilà enfin l’objet précieux dans ma chaîne hifi. Première écoute, première claque !
Les influences ne tardent pas à se dessiner et c’est la nouvelle scène death métal américaine qui sort son épingle du jeu. The Faceless est visiblement inspiré par des formations dans la veine de The Black Dahlia Murder mais se démarque de la masse grâce à d’autres influences tels qu'Arsis. Alors que tous les jeunes groupes de death américains s’inspirent également du hardcore, les Sans Visages n’ont pas été tenté par le diable. Eux, et c’est sans doute pour ça qu’ils se démarquent si bien, on était tenté par le death technique - et légèrement progressif. Les membres semblent en effet plus être influencés par Necrophagist, Death, Cynic, Between The Buried And Me et Opeth (les liens de groupes sur leur site officiel) que par les groupes en -core. The Faceless arrive d’ailleurs très bien à mixer technicité et efficacité, et ce, essentiellement grâce à une touche mélodique. Une mélodie parfois accompagnée de claviers comme sur "Leica" et "Akeldama" (plus progressif) où ils se démarquent vraiment des parties métal.

Mais tout colosse a des pieds d’argile. Malgré un ensemble d’excellente facture, la musique peut sembler plus ou moins banal à l’heure d’aujourd’hui. Ayant certaines sonorités deathcore, je peux comprendre qu’il peut en rebuter certains. Mais rappelons le contexte : il est sorti en novembre 2006, période où la scène death(core) n’était pas encore engorgée. Mais on n’y peut rien, ce phénomène sanctionne indirectement toutes les productions antérieures se rapprochant de ce style. D’ailleurs, en parlant de production : chapeau bas au producteur pour le son de la caisse claire qui est digne des meilleurs pots de yaourt Activa. Le pire est que cette dernière est relativement bonne, exceptée sur ce point particulièrement immonde. Ce qui est d'autant plus regrettable quand on sait que ce sont plusieurs batteurs de renoms qui ont enregistré les parties de batteries (entre autres ceux de Diskreet, Animosity et As Blood Runs Black). Nous pourrons aussi reprocher une durée totale trop courte. Avec un peu plus de trente minutes, The Faceless nous abreuve d'un délicieux nectar… mais peut-être pas assez !

Les guitares et la batterie s’amusent à diversifier le tout avec leurs accélérations, breaks et autres mid-tempos. En clair, elles nous baladent ! « Akeldama » possède des atouts de poids dont sa technicité parfaitement mêlée à l’efficacité des morceaux. Cependant cet album n’est pas à mettre en toutes les oreilles (surtout ceux blasés par la nouvelle scène death américaine). Leurs jugements risqueraient d’être tronqués et de ne pas apprécier les titres à leur juste valeur. Pour ma part, j’attends la suite avec impatience et vu leurs jeunes âges, on peut s'attendre à quelque chose de lourd…

01. An Autopsy
02. Pestilence
03. All Dark Graves
04. Horizons of Chaos 1: Oracle of the Onslaught
05. Horizons of Chaos 2: Hypocrisy
06. Leica
07. Akeldama
08. The Ghost of a stranger

Les autres chroniques

Album

févr. 2009 U-Zine

The Faceless

Planetary Duality