Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Darkane

Demonic Art

LabelMassacre Records
styleextreme Thrash survitaminé
formatAlbum
paysSuède
sortieoctobre 2008
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Darkane a connu le triste dessein des groupes qui ne gardent pas la tête d'affiche de très gros labels comme Nuclear Blast. On les a en gros gentiment replacés, mutés chez Massacre Records, label aux prétentions réelles mais aux moyens certainement plus modestes que leurs compatriotes nucléaires. Alors ce replacement a permis une réévaluation des attentes envers ce groupe ainsi qu'une diminution de la pression sur leurs épaules. Il se sera donc passé trois ans depuis Layer of Lies, la période ayant été marquée par le départ du chanteur Andreas Sydow et son remplacement par Jens Broman (ex-The Defaced). Là, on reste dans la continuité puisque les timbres qu'il emploie sont du même ordre et respectent l'esprit Darkane : voix assez criarde aux relents thrash et une voix plus claire mais assez haut perchée et peu mélodique.

Une fois ces précision faites, on remarque qu'elles sont assez symptomatiques de l'évolution du groupe, on reste dans la voie qu'ils se sont tracée depuis maintenant quatre album (Demonic Art étant le cinquième). Le rythme reste la même, les idées vont globalement dans le même sens. Pour ceux qui ne connaissent pas, Darkane propose une musique dynamique, axée sur une rythmique thrash jusqu'au bout des griffes, le tout pimenté de bonnes mélodies appuyées par deux guitaristes doués et surtout une batterie tout en soubresauts (je cherchais un terme non technique qui puisse caractériser et je suis tombé sur celui-là, cette méthode est faillible) et en technique. Pas vraiment de mid-tempo, on va vite chez les Suédois, au mieux quelques breaks calment le jeu, mais ils ne sont pas légions et souvent entourés, encadrés par des parties bien plus virulentes : ce sont les refrains (je pense à Impetious Constant Chaos) ou les passages pour les soli (Absolution).

Mais je soulignerai aussi que ce n'est pas parce que le groupe enlève le tempo qu'il le fait au détriment d'une partie qui lui tient à coeur : la technique. Tous d'abord vous aurez votre lot de soli en tous genres, n'étant pas particulièrement fan de cet exercice, je me garderai de toute critique dictée par l'émotion, mais je vous laisserai juges d'une intro comme celle d'Execution, toute en démonstration. C'est d'ailleurs dans ce titre et dans le morceau d'introduction que l'on voit les influences presque néo-classiques et bien ronflantes de certains des membres. On rappellera que Peter Wildoer, le batteur a joué dans des groupes comme Majestic ou qu'il officie dans la version reformée de Pestilence. Donc la technique à une belle carte à jouer, elle sort parfois les titres d'une unilatéralité dans laquelle l'album et le groupe semblent parfois s'enfermer. Les guitaristes sont impeccables et je vous renvoie aux breaks de Impetious Constant Chaos ou celui de Killing of I pour voir ce que le groupe en action est capable de créer : un moment aux accents jazzy, et surtout prêt à repartir sur les chapeaux de roue puisqu'on ira même jusqu'à un instant de blasts.

Intense : voilà le mot que l'on retient à la fin de cet album, entre les passages terriblement heavy comme Absolution ou Wrath Connection jusqu'aux extrémités death avec les blasts dont je parlais mais aussi les riffs très épais. Le musiciens n'ont qu'un objectif en ligne de mire : proposer une musique rapide et surtout catchy puisqu'on vibre de plaisir de nombreuses fois à l'écoute de Demonic Art. De plus la voix criarde du chanteur qui met une pression incroyable sur la totalité de l'album. Cette voix d'écorché fait une certaine différence même si quelques uns d'entre vous la trouveront casse-pieds, elle est l'image du groupe : elle donne tout. Et si l'on enlève les deux instrumentaux je serai curieux de connaître le tempo moyen du groupe !
Voilà, après trois ans de silence, on a l'impression que Darkane a accumulé tellement de rage qu'ils sont prêts à mettre la misère à quiconque se mettra sur leur chemin, et pour cela ils ont peaufiné leur technique et leur composition pour obtenir un ensemble homogène dans son agressivité et ses mélodies. Et je recommande cet achat ne serait-ce que pour fêter leur retour dans le headbanging le plus complet !

1. Variations of an Eye Crush (instrumental)
2. Leaving Existence
3. Demonic Art
4. Absolution
5. Execution 44
6. Impetious Constant Chaos
7. Demigod
8. Soul Survivor
9. The Killing of I
10. Wrong Grave (instrumental)
11. Still in Progress
12. Wrath Connection

Les autres chroniques

Album

juin 2005 U-Zine

Darkane

Layers of Lies