Chronique Retour

Album

15/03/18 - ZSK

Pictured

Deathbearer

LabelFinisterian Dead End
styleMélodeath
formatEP
paysFrance
sortienovembre 2017
La note de
ZSK
8/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Si je vous parle dès que je peux des groupes de Mélodeath « old-school » français comme Fallen Joy, Fractal Gates, EverRise ou encore Temnein et Innermoon récemment, j’oublie peut-être un nom parmi eux, celui de Pictured, groupe originaire de Quimper et existant depuis 2007. Peut-être parce que ce quatuor breton a pour lui une certaine particularité. En effet, si les groupes précédemment cités s’inspirent du Mélodeath scandinave des 90’s et des influences comme In Flames et Dark Tranquillity en tête, Pictured lui s’approche d’un seul nom en particulier, celui de Carcass. Mais pas le Carcass cracra et gore des débuts, celui qui avait explosé en 1993 avec le plus mélodique Heartwork. Un album culte bien évidemment, charnière à sa manière, qui en a influencé plus d’un et avait marqué la fin de carrière du groupe britannique et même son recommencement, vu que c’est dans le sillon mélodique d’Heartwork que s’était incrusté Surgical Steel (2013). Pictured, lui, n’a pas attendu la reformation de Carcass pour nous proposer son Mélodeath très proche de celui des Anglais. Après une démo et un EP, The Strand Of Time débarquera en 2012 pour nous montrer les capacités de Pictured sur cette base classieuse et cultissime qu’est le Carcass de Heartwork. Un Mélodeath incisif et très thrashy donc, qui se permettra même d’offrir une ode au Metal avec le bien nommé "Metal". « Métal ! Hellfest ! » se moquerait le vil 2guys avec ses devil horns bien brandies, mais Pictured est loin d’être un groupe trop primaire. Une influence assumée un peu plus rare sur la scène française, voilà qui donnait un peu de singularité au groupe breton dont son premier méfait The Strand Of Time était tout à fait prometteur. La suite va se faire attendre, mais il est temps que Pictured repointe le bout de son nez avec cet EP 4-titres tout neuf, Deathbearer.

Deathbearer reprend peu ou prou où les choses s’étaient arrêtées avec The Strand Of Time, avec toutefois un nouveau batteur en la personne de l’excellent Alex de Malkavian. Jusque dans le son très traditionnel et abrasif façon « Colin Richardson 1993 », on reconnaît toujours la patte Carcass très présente, entre le chant très Jeff Walkerien de Niko (qui officie aussi dans Arcania - Pictured étant très marqué par l’Hexagon Thrash Alliance), les quelques riffs tranchants typiques et bien sûr les nombreuses mélodies. Par rapport à The Strand Of Time, Pictured pousse encore plus toutes ses composantes, Deathbearer étant un peu plus Thrash que précédemment (on sent aussi quelques autres influences se dévoiler comme Pantera peut-être) et encore plus mélodique, leads et autres solos se taillant bien la part du lion. 4 nouvelles compositions nous sont donc proposées sur Deathbearer et le moins que l’on puisse dire c’est que Pictured est inspiré, ayant bien profité des 5 années le séparant de The Strand Of Time pour affiner son Metal. Le morceau-titre ouvre le bal et les Bretons montrent bien vite leur savoir-faire en termes de mélodies, que ça soit pour les rythmiques ou les leads. Du pur Carcass période Heartwork en un peu plus groovy, avec des passages vocaux très accrocheurs notamment quand quelques chœurs s’y invitent, et des rythmiques entraînantes. Et bien sûr, n’oublions pas de citer le solo léché de rigueur. Du bel œuvre, prolongé par le single "Cardsharp & Blood", avec quelques relents (logiques) d’Arch Enemy au début mais ensuite Pictured affirme toute sa classe au niveau des excellentes mélodies. Et les riffs acérés et le chant rocailleux assurent avec brio la partie « extrême » de l’art de Pictured, qui mine de rien est en train de réellement se poser comme le Carcass français.

Mais Pictured n’est pas qu’un Carcass worship de bas étage et c’est ainsi que "Dust n’ Bones" lui permet d’explorer d’autres voies, en lorgnant vers des plans plus Thrash et Heavy et en remettant quelques chœurs voire des voix claires, le fonds de commerce Carcassien reste bien évidemment présent mais Pictured y apporte d’autres petites choses. Et le très mélodique "As We Shape" conclut cet EP en beauté, avec encore à la clé de géniaux plans mélodiques, un soupçon de Thrash et quelques voix claires. Avec Deathbearer, Pictured affirme donc sa personnalité tout en montrant qu’il a bien digéré son influence Carcass évidente. Je trouve même que le groupe breton se permet de faire de meilleures choses que Carcass n’en a lui-même fait sur Surgical Steel, album (que personnellement je n’aime pas donc bon) dont les morceaux de Deathbearer sont les plus proches, grâce à leur emphase mélodique très prononcée au détriment du Death râpeux. Si The Strand Of Time était le Heartwork de Pictured, il ne fait nul doute que son prochain album sera son Surgical Steel, mais en mieux encore. Bref, le retour de Pictured était attendu et il fait bien plaisir, avec 4 excellents morceaux et on en redemande bien vite, en espérant que le groupe parvienne à conserver cette verve, ce dont je ne doute pas une seconde. Certains trouveront peut-être que l’influ Carcass est encore trop voyante, mais des groupes qui s’inspirent clairement du Mélodeath assez unique de Heartwork, il n’y en a pas vraiment beaucoup, et rien que pour ça Pictured fait mouche. Oubliez Arch Enemy qui est de plus en plus en roue libre, pour trouver l’héritage de Michael Amott dans son versant Mélodeath à la fois agressif et raffiné, c’est vers Pictured qu’il faut se tourner. Bravo à eux pour avoir réussi ce tour de force !

 

Tracklist de Deathbearer :

1. Deathbearer (5:07)
2. Cardsharp & Blood (4:23)
3. Dust n’ Bones (5:29)
4. As We Shape (4:17)