Chronique Retour

Album

05/01/18 - ZSK

Shining

X - Varg Utan Flock

LabelSeason of Mist
styleBlack Metal suicidaire
formatAlbum
paysSuède
sortiejanvier 2018
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Souvenez-vous, c’était il y a 10 ans, enfin presque 11 maintenant… Shining sortait son cinquième album V - Halmstad (2007), devenu depuis un culte parmi les cultes. Un album énormissime qui récompensait le début de carrière très prometteur de la bande du controversé Niklas Kvarforth, Shining s’étant vite posé comme une référence du DSBM ou même du logiquement nommé « Suicidal Black Metal », son évolution étant allée crescendo en passant par les excellents III - Angst - Självdestruktivitetens Emissarie (2002) et IV - The Eerie Cold (2005), prémices de l’exceptionnel V - Halmstad. Devenu en peu de temps une machine de Black-Metal passant par tous les états selon les humeurs de Kvarforth (je ne vais pas refaire tout l’historique des divers coups d’éclat…), Shining a du continuer à évoluer musicalement et succéder à V - Halmstad était une tâche ardue. La suite de la discographie du groupe suédois sera donc mitigée, et soumise à l’avis et aux sentiments de chacun, et seul V - Halmstad fait encore l’unanimité (et encore, certains lui ont toujours préféré IV - The Eerie Cold voire des albums plus anciens encore). VI - Klagopsalmer (2009) était satisfaisant (surtout pour la magnifique reprise de "Ohm (Sommar Med Siv)" de Seigmen), VII - Född Förlorare (2011) en revanche décevant, mou et plat. Redefining Darkness (2012), qui voyait le groupe enfin plutôt Kvarforth et sa « boîte à outils » aller encore plus loin dans la polémique et la provocation tout en abandonnant (temporairement) certains schémas au passage, était plutôt bon mais montrait que Shining tournait aussi en rond, V - Halmstad lui ayant définitivement permis de fixer son style. Enfin, il y a 3 ans, IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends poursuivait l’aventure musicale de Shining avec des compos inspirées mais pour un album qui semblait, passé le bonnard "Vilja & Dröm", plus composé de breaks acoustiques que de Black-Metal… Enfin tout ceci n’est que l’avis de votre serviteur parmi tant d’autres, et en ce qui me concerne, Shining c’est tout ou rien… et le constat reste le même, et je ne suis probablement pas le seul à le tenir, V - Halmstad reste au-dessus, reste une référence absolue.

Il est inutile de dire que l’on attend pas que Shining réitère l’exploit de V - Halmstad, même si quelque part et à chaque fois, on l’espère, car après tout cela reste possible, un peu d’inspiration et une forme de compétition et la formation suédoise serait au moins capable de pondre des morceaux de la trempe de "Längtar Bort Från Mitt Hjärta", Låt Oss Ta Allt Från Varandra" ou autre "Besvikelsens Dystra Monotoni". Mais avec VII - Född Förlorare et son "Förtvivlan, Min Arvedel", IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends et son "Vilja & Dröm"… on y avait cru avant de retomber aussi sec devant la découverte de l’album entier. Seul Redefining Darkness, plus homogène, avait su convaincre mais il en fallait bien plus pour rivaliser avec les tueries de V - Halmstad. Pour X - Varg Utan Flock, on prend donc presque les mêmes, et on réessaie encore… Et une fois sur deux donc, ça marcherait presque. Je vous le donne en mille, X - Varg Utan Flock est un bien bon album de Shining, peut-être même meilleur que Redefining Darkness, car un peu plus singulier aussi. Meilleur que IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends, en tout cas, ça c’est sûr, et ce n’était pas bien difficile. Shining retrouve d’ailleurs un peu de couilles et fait repencher la balance vers les riffs et le Black-Metal ou plutôt son Black’n’Roll désenchanté. Non pas que je n’aime pas l’acoustique et le côté plaintif de Shining, c’est ce qui fait aussi son identité après tout, mais sur IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends ça manquait vraiment de « Metal ». Et on en revient toujours à V - Halmstad, qui était parfaitement équilibré… Plus cru, plus direct, Shining revient donc plus vers le Black-Metal avec X - Varg Utan Flock, comme il l’avait fait avec Redefining Darkness après VII - Född Förlorare, dans une sorte de cycle permanent… N’espérez pas non plus un retour vers I - Within Deep Dark Chambers, II - Livets Ändhållplats ou même plus simplement III - Angst - Självdestruktivitetens Emissarie non plus, Shining ne bouge pas depuis IV - The Eerie Cold mais X - Varg Utan Flock reste son album le plus « dur » sorti depuis, avec même quelques compos qui apparemment datent des débuts. Enfin, Shining va s’énerver un tantinet et arrêter un peu de chouiner, et on ne va pas s’en plaindre.

Et X - Varg Utan Flock de d’ailleurs reprendre les vieilles habitudes de forme, 6 morceaux dont un cinquième ("Tolvtusenfyrtioett") qui est un interlude au piano, on délaisse déjà la mini-révolution de IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends et sa véritable intro. Intro il y aura tout de même ici, avec les spoken-words qui ouvrent "Svart Ostoppbar Eld" mais ça ne sera l’affaire de quelques secondes vu que très vite, les riffs efficaces et les trémolos lancinants prennent place pour un Shining en excellente forme et qui envoie bien, de manière légèrement plus crue que dernièrement. Comme à son habitude, Kvarforth se donne niveau vocaux, et on passe ensuite dans le registre acoustique là aussi comme à l’accoutumée, même s’il ne se tire pas trop en longueur bien qu’il dure presque jusqu’à la fin de ce très satisfaisant morceau d’ouverture. Pour son Xème album, Shining est plutôt inspiré, et tente même de nouvelles choses, sur les bases de son style immédiatement reconnaissable. "Gyllene Portarnas Bro" démarre donc par de sublimes grattes mélodiques avec des sonorités un peu plus originales, la mélancolie et la dépression sont toujours de mise pour l’ambiance mais Shining parvient ici à être particulièrement enivrant. Le mélange Metal/acoustique est parfaitement dosé et le Black-Metal a toujours son mot à dire, à l’occasion d’un final assez salvateur. Plus « groovy », "Jag Är Din Fiende" se pose vraiment comme un tube à la Shining, avec des compos plus Black’n’Roll bien entraînantes. C’est là que Shining cartonne toujours, quand il lorgne vers le dynamisme noir de V - Halmstad, le solo de rigueur fait son effet, le break acoustique est plus classique et attendu mais l’atmosphère qui s’en dégage est bien inquiétante, mettant bien en valeur le nom du morceau qui signifie « je suis ton ennemi », Niklas étant toujours prêt à vous susurrer des mots doux… Enfin, "Han Som Lurar Inom" poursuit bien l’esprit résolument plus direct mais néanmoins contrasté de X - Varg Utan Flock, avec des compos bien dures et appuyées. Presque le morceau le plus Black-Metal de l’album, pour un disque globalement plus râpeux que tout ce que sort Shining depuis VII - Född Förlorare, et surtout un morceau à l’image de Shining depuis ses débuts : sombre, dépressif et sans empathie.

X - Varg Utan Flock se conclut alors sur le très désenchanté "Mot Aokigahara", morceau essentiellement acoustique et épuré qui se finit tout de même avec des excellents riffs et leads précédés d’une nouvelle explosion apocalyptique, dont la première partie assez prenante est largement supérieure à tout ce qui avait été fait sur IX - Everyone, Everything, Everywhere, Ends et dont le point d’orgue est Kvarforth qui nous répète, de manière assez glauque, qu’il est « né en décembre 1983, et mort en décembre 2017 »… Shining sait toujours mieux que quiconque mettre mal à l’aise, et X - Varg Utan Flock le montre encore, de même que son goût pour le Black-Metal dépressif assez cossu et efficace. Ce dixième opus de Shining enterre donc assez largement son prédécesseur, qui n’était certes pas si mauvais dans l’absolu mais qui maintenant apparaît encore plus fade. Shining a retrouvé son Black-Metal et distille un peu mieux son aspect acoustique, et retrouve une certaine inspiration pour pondre des compos un peu plus singulières que celles d’un album comme Redefining Darkness. X - Varg Utan Flock m’apparaît donc comme le meilleur album de Shining sorti depuis VI - Klagopsalmer. Après, le problème est toujours le même quelque part… Shining ne surprend toujours pas, reste dans ses petites cases, continue son petit bonhomme de chemin dans sa discographie à chiffres romains, et X - Varg Utan Flock est un album vite digéré, malgré des morceaux légèrement plus originaux comme "Gyllene Portarnas Bro" et "Mot Aokigahara". Et on en revient toujours au même constat, on en revient toujours désormais plus de 10 ans en arrière, vers V - Halmstad, le chef d’œuvre définitif de Shining. Est-ce que le groupe rééditera l’exploit un jour, on peut toujours y croire, ça ne sera pas pour cette fois même si ce X est aisément l’album le plus convaincant du groupe depuis un bon moment. Et on commence aussi à se demander si Shining va continuer, on se le demande à chaque fois d’ailleurs, au fil des indices laissés par Kvarforth… Si X - Varg Utan Flock doit être le dernier album de Shining, ce sera une bonne note finale, le regret de ne jamais vraiment pouvoir rivaliser avec V - Halmstad reste frustrant, mais Shining peut tout de même se targuer de faire et d’avoir fait une carrière tout à fait honnête, malgré des hauts et des bas musicaux. Reste à savoir de quelle manière cette carrière va se terminer…

 

Tracklist de X - Varg Utan Flock :

1. Svart Ostoppbar Eld (7:11)
2. Gyllene Portarnas Bro (6:39)
3. Jag Är Din Fiende (7:04)
4. Han Som Lurar Inom (8:03)
5. Tolvtusenfyrtioett (2:52)
6. Mot Aokigahara (9:33)

 

Les autres chroniques

Album

janv. 2007 U-Zine

Shining

V - Halmstad

Album

juil. 2009 U-Zine

Shining

VI - Klagopsalmer

Album

oct. 2012 U-Zine

Shining

Redefining Darkness

Album

oct. 2015 S.A.D.E

Shining

International Blackjazz Society

Album

oct. 2018 S.A.D.E

Shining

Animal