Live reports Retour
dimanche 8 octobre 2017 - Prout

Ingested + Condemned + Cytotoxin + Carnophage + Guttural Deepthroat @Gibus

Gibus - Paris

Prout

Chroniqueur musiques du monde. Parfois Brutal Death / Black / Grind mais rien au dessous de 300BPM sinon c'est trop mou et je m'endors.

Dimanche 8 octobre au Gibus avait lieu une des dates les plus brutales de cette fin d'année en région parisienne. Au programme de la date parisienne de la tournée  Gutting Europe V : Ingested, Condemned, Cytotoxin, Carnophage et Guttural Deepthroat. On vous en parle en détail.


Guttural Deepthroat
Brutal Death Slam
Paris


Duo guitare / chant à BAR, Guttural Deepthroat nous emporte dans un Slam Death parodique. Parodique dans le sens où tous les clichés de la scène Slam sont utilisés ici afin de faire sourire tout amateur du genre qui comprend bien les codes. Les compos sont pas dégueu' quoiqu'un peu linéaires avec toujours un peu les mêmes montées typiques qui annoncent les parts Slam plus lentes mais néanmoins ensorcelantes. On passe un bon moment et on rigole bien avec le chanteur aux blagues faciles et grâce aussi aux titres des chansons merveilleusement débiles. Mention spéciale à la programmation de la drum totalement absurde qui lui fait passer la barre des 400BPM sans trop de soucis, de quoi ravir les fans de Mortician ou d'Agoraphobic Nosebleed. Dommage pour la faiblesse du son, qui ne permettait pas de rendre honneur à toutes les dropbass placées à outrance, ce qui fait sourire mais qui du coup ne prend pas correctement au corps, mais bon, c'est pas forcément leur faute là. Néanmoins, pour tout juste leur second concert, les gars s'en sortent avec les honneurs.


Carnophage
Technical Brutal Death
Turquie


Les Turcs de Carnophage ont fait trembler le Gibus de leur Death Metal Technique en ce jour saint. Premier constat, ça joue, et ça joue bien. Le bassiste avec son allure de tenancier de kebab m'a bien fait sourire par son stoïcisme et son jeu me rappelant celui du bassiste d'Origin, dans le sens où t'as parfois l'impression qu'il fait n'importe-quoi mais en fait non et que ça a pas l'air de lui en faire bouger une malgré la rapidité d'exécution. On est dans un Brutal Death très technique certes, avec pas mal de riffing en saccadé, mais le groupe n'hésite pas à partir assez souvent dans des parts méthodiquement plus mid-tempo, amenant variation et nous permettant d'apprécier encore plus alors les agressions blastiques. Le chanteur est tout juste excellent. On dirait un daron qui a eu la permission du week-end de sortir avec ses copains pendant que sa femme garde les gamins à la maison. Il s'amuse comme un ptit fou, a trop le smile et tu vois qu'il kiffe sa vie sur scène là. Sa prestation est d'autant plus intéressante qu'il enchaîne de grosses guttu avec des phrasés presque romanesques. Assez cool, franchement.


Cytotoxin
Brutal Death Slam
Allemagne


Alors là, on place la barre encore plus haut. Cytotoxin a tout simplement joui de la meilleure affluence de la soirée et ils l'ont totalement mérité. Le show était carré, brutal et incisif. L'ambiance était au top et le pit s'est amusé comme jamais. Cytotoxin c'est des compo tantôt brutales, tantôt totalement Slam avec une bonne touche de technicité téléphonique. Mais putain, là où le groupe fait vraiment la différence c'est dans le charisme affriolant de son chanteur. C'est vraiment le grand aryen comme on l'imagine, plein de muscles, avec le menton carré, qui fait officier SS et qu'on verrait trop dans le rôle du méchant d'un OSS 117. Il a un putain de panel de voix hallucinant, allant du growl ultra guttural aux pig squeals tellement intenses, c'est un vrai délice de se prendre ça dans la tronche. Il m'a fait mourir de rire quand il a sorti son panneau de rond point pour annoncer son désir de voir un circle pit. La putain de tuerie, sérieux.


Condemned
Brutal Death Metal
USA


Le quintet de San Diego était également présent pour cette date tout en finesse. Tant sur skeud ça passe à la limite, tant là en live ça a été la grosse déception. Trop de mid-tempo, trop de notes Death Metal Old School pour moi, les zicos trop statiques, non franchement, pas mon délire. Trop répétitif, trop classique, trop commun. Le jeu du batteur à la limite peut être qualifié d'assez intéressant puisqu'il s'essaye au contre-pied à des moments où on l'attendrait pas forcément. Quelques passages pratiquement atmosphériques pour me rappeler que trop de picon ça fait dormir, une prise de scène assez peu entraînante, bref, c'était pas la fête d'un point de vue perso. Je ne pense pas que ce soit un mauvais groupe en soit, et vous pourriez y trouver votre bonheur, mais je ne le recommanderais pas non plus à ceux qui sont en quête de nouveauté dans la scène Death Metal.


Ingested
Brutal Death Metalcore
Angleterre


Amusant de voir Jason Keyser, chanteur officiel d'Origin, ancien chanteur de Skinless, venir prêter main forte en live à Ingested comme il l'avait fait pour Psycroptic. Amusant car il n'a tellement pas la gueule ni la voix prêtes à l'emploi. En effet, lorsque tu vois Ingested en live, attends toi à deux composantes primordiales : 1) - Tu auras le droit à du Wigger Slam / 2) - J'espère que t'es pas allergique aux dropbass quand y'en a environ toutes les 5 secondes. Le côté Deathcore est donc abominablement mis en avant, ce qui est souvent assez cool en live, car la musique t'invite d'elle-même à partir t'amuser dans le pit. Donc ce soir c'est moshpart over 9'000, casquettes qui volent et pantashort. Ca crapahute un peu partout dans le pit, quand y'a pas du jump post 2010', ça tourne en rond comme en maternelle avec juste quelques petites pinces de violence en plus et le public est conquis. Perso je reste un peu en retrait, on s'en fout me diriez-vous, mais c'est juste que le côté un peu trop -core de Ingested a tendance a vite me saouler. Tant dans un Misery Index j'adore, tant là, ça fait un peu trop limite Neo des années 2000 et j'peux pas. Bref, si vous aimez les chung chung avec un côté Hip-Hop de blanc vous serez ravis, si vous préférez les gros blastbeats interminables, j'en suis moins persuadé.


Merci à Matthis Photography car mes tofs c'était vraiment trop de la merde et merci encore une fois à Suden Promotion de faire tant d'efforts pour amener sur Paris des plateaux brutaux et permettre à la scène locale de s'agrandir et de s'exprimer toujours plus. On se retrouve sur leur prochaine date !