Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Ad Patres

Scorn Aesthetics

LabelKaotoxin
stylebrutal death metal
formatAlbum
paysFrance
sortieseptembre 2012
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Ad Patres c'est pas un groupe de comiques, non c'est plutôt le genre gros bills qui font pas dans le métal pour minettes ou autres bolosses. D'abord, ils ont un ancien de Seth derrière la batterie et un des gratteux de Withdrawn pour enfoncer le clou. Et surtout quand on lit leur blabla promotionnel, ils n'ont qu'un concept à la bouche : le death métal comme à la belle époque ou rien du tout. Bon du coup, on peut trouver étrange qu'ils mettent leur premier bébé Scorn Aesthetics entre les mains du leader de Gorod, compatriote bordelais, groupe à l'apogée du death moderne actuel. Cela dit, on s'imagine qu'il a plus d'une corde à son arc et que sortir un son qui défouraille soit largement à sa portée. De plus, signalons qu'un des guitaristes se surnomme Canard, ce qui en fait prendre un grand coup à la evil crédibilité de la formation.

Les lecteurs-festivaliers se souviendront peut-être du groupe au Hellfest 2011 puisqu'il s'agit là de leur fait d'arme : le Metal Corner Madness après les sélections régionales. L'expérience des membres du groupe a dès le début créé une cohésion et une efficacité qui permet à ce premier album de débouler dans vos oreilles sans passer par la case : jeune groupe à la recherche de son identité.

C'est d'ailleurs un des faits marquants de l'écoute de cet album : pas de tâtonnements ou d'essai de différents styles ou d'ambiances. Ici c'est carré et on sait du début à la fin ce que l'on va entendre : du brutal black death, qu'ils ressentent comme un death brutal old school. Alors autant prévenir tout de suite, il faut aimer le blast sinon vous allez vite vous retrouver gavé par cette débauche d'agressivité auditive. Le plafond des morceaux est aux alentours de quatre minutes, donc pas de longues tirades ou de pauses instrumentales. Quand vous écoutez Anti par exemple, à part quelques secondes à un tempo un peu moins rapide, tout le reste n'est que rentre-dedans à fond la caisse.

Ne pas se compromettre, tel est la devise des Ad Patres. D'ailleurs on en ramasse des cicatrices quand on ramollit : Scars Of Compromise jouent sur différentes saveurs de blasts (ride / charleston), sur la vélocité de la double et l'épaisseur du son puisqu'à la moitié du titre, ils quittent la brutalité pure pour plutôt jouer le côté écrasant de leur death métal. Par conséquent on entend beaucoup de riffs et un solo, court mais présent. Ils ont aussi compris que proposer une musique monolithique ne leur rapporterait pas vraiment les suffrages des auditeurs, aussi extrêmes soient-ils. Ainsi sur To The Fathers (transcription de Ad Patres en langue de Shakespeare), la partie centrale est plus mélodique et mid tempo que le reste tout en n'abandonnant rien de l'aspect agressif.

Il faut aussi rajouter qu'on retrouve non sans un certain plaisir des riffs qui pourraient faire penser à une version plus moderne et travaillée de groupes comme Angelcorpse. Attention, je parle d'inspiration, pas de copie basique, c'est plus une sensation globale que l'on ressent après quelques écoutes de Scorn Aesthetics. On tirera aussi un parallèle avec le death du grand Est européen. Le chant est archi grave, la batterie claque et les guitares sont parfaitement calées dans les canons du genre ; en gros on se retrouve devant un cas d'école de son propre et actuel. N'en déplaise à leur allégeance aux Grands Anciens.

Alors voilà, après avoir fait le tour de Scorn Aesthetics, on en bien pris plein la gueule, mais en même temps vous avez été prévenus ! De là à dire que le groupe apporte quelque chose de neuf dans le paysage il y a un pas que je ne pourrai pas franchir. On encensera volontiers leur démarche honnête et franche, peut-être jusqu'au-boutiste, mais ce genre et leur identité ne peut pas souffrir d'une quelconque inflexion. Je pense que l'avenir leur sourira si Ad Patres reste dans la voie qu'il a tracé en apportant une touche que les autres n'ont pas et ainsi marquer les esprits sans être le groupe qui refait plusieurs fois le même album.

1. ... 00:26
2. The Lock 02:48
3. Scars of Compromise 03:51
4. Circles of Red 03:51
5. To the Fathers 03:31
6. Scorn Aesthetics 02:58
7. In Vivo 03:22
8. Emphasize Nihility 03:29
9. Anti 03:00
10. All That Remains 04:15

Les autres chroniques

Album

juin 2010 U-Zine

Ad Patres

Promo 2010