Live reports Retour
samedi 10 décembre 2016 - Schifeul

Kaotoxin Fest 3 - Jour 1 : Gronibard + Mythradic + Azziard + Nirnaeth

Le Bistrot de St So - Lille

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Comme il est de coutume désormais aux alentours de la St Nicolas, Lille accueille son Kaotoxin Fest, qui fête cette fois sa troisième édition. Après le El Diablo, La Peniche et L'Aéronef, c’est au tour maintenant à La Gare Saint Sauveur d'accueillir cette vitrine pour le label Kaotoxin. Toujours sur deux jours, le festival propose le samedi Nirnaeth, Azziard, Mythradic et surtout les grandioses Gronibard, tandis que le dimanche ce sont The Erkonauts, Flayed et 6h33 qui vont monter sur les planches, le tout pour le prix de gratos, comme toujours dans cette salle.

Vous l’aurez deviné, c’est surtout le samedi qui m'intéresse et ça commence avec le black metal des Lillois de Nirnaeth qui ouvrent donc le Kaotoxin Fest avec une suite de 3 titres issus de leur second album Splendour of the Abyss. Après cette entrée en matière efficace mais peu surprenante, le groupe fait monter un 5e musicien sur scène, présenté comme nouveau membre et deuxième guitariste, avant de balancer un nouvel enchaînement, mais cette fois de nouveaux titres pas encore sortis sur album. Si ce combo de nouveautés laisse présager un troisième album dans peu de temps, on a surtout là un set comprenant très peu de titres connus qui pourrait désorienter. Mais en même temps, Nirnaeth joue ce soir devant un public nombreux (comme toujours quand c’est gratuit, celui-ci est au rendez vous) qui ne connaît justement pas forcément les morceaux du groupe, une bonne occasion donc de sortir du neuf.

Ce soir, c’est le Kaotoxin Fest et comme la seule sortie de Nirnaeth sur ce label est leur split avec Azziard, les Lillois balancent leur titre Nihil In Me avant de repartir sur ses morceaux tout neuf. Le concert se termine sur l’hymne du groupe Nirnaeth Arnoediad, seul représentant de leur premier album.

My misanthropy
Inertia
Spirit Elimination
Dying Of The D'Ay
Cursed
Nihil In Me
Possession
In Nomine Ego
Nirnaeth Arnoediad

On enchaîne avec Azziard. Eux ne sont pas de la région, mais on pourrait le croire tant on les voit régulièrement dans les salles lilloises ! Le groupe avait d’ailleurs déjà joué pour Kaotoxin lors de son KaotoxinMarket en compagnie d’Antilife. Cette fois, le groupe va pouvoir profiter du cadre de l’événement pour exposer son Black Death Metal imprégné des événements de la Première Guerre Mondiale à une bien plus large audience. La set list est beaucoup axée sur leur dernier album en date, Vesanie, avec quelques incursions sur 1916. Comme pour Nirnaeth, le groupe va nous sortir Unus Mundus issu de leur split commun ainsi qu’un nouveau titre (c’est la soirée !) avec Psyché. Le groupe quitte la scène après Disjonction, applaudi par les fans qu’ils ont pu se faire à Lille à force de concerts de haute volée, ainsi que de nouveaux, qui signent ce soir pour leur mobilisation.

Allégorie
Rébellion
Sur la Toile
Ekphrasis
Unus Mundus
Défiguré
Psyché
Disjonction.

On lâche le black pour passer au death avec le troisième groupe de la soirée : Mythradic. Eux par contre, contrairement au reste de l’affiche, je les connaissais pas et putain, avec le grand jeu qu’il nous ont sorti, je ne vais pas les oublier ! Mythradic va nous cracher à la gueule un des meilleurs concerts Death Metal que j’aie pu voir cette année. Porté par un chanteur totalement possédé, avec option crâne ouvert à coup d’micro, les titres de leur premier album Miserable Miracle vont tout ravager sur leur passage. Le public est fou et ça se secoue méchamment dans le pit ! Bon bien sûr un des guitaristes posé un peu trop, genre, je joue le genou à terre, mais c’est bien le seul défaut qu’on trouve ici. Un concert droit dans la gueule qui aura bien marqué les esprits.

The Supply...
...For Terror And The Crowd
Miserable Miracle
Hunting Fever
ABRAXAS
Hell Compasses Point
Dispense the Adulterated        
Funambule Pénitent            
Oxydreed Trigger Sabotage            
Vitrified Desert
I Will Hram

2 ans se sont déjà écoulés depuis la dernière fois où j’ai pu voir les fiers ambassadeurs de la musique de notre région. Deux ans, car j’ai malheureusement dû rater leur prestation aux Pays-Bas pour cause de BABYMETAL à Wemblay et c’était là un des plus gros dilemmes de ma vie, ce choix me déchirant toujours un peu plus le cœur à chaque fois que j’y pense. Car il faut le savoir, les prestations de Gronibard sont un nectar rare, qu’il faut savoir saisir lorsque l’occasion se présente. Surtout que là putain, ils ont fait 3 concerts en un an, du coup, on peut craindre que ce surplus d’activité ne présage un ralentissement de leur apparition. Peut-être même la sortie du nouvel album, mais j’y crois pas trop-trop.

Au début de ce live report, c’était la St Nicolas qui était énoncée, mais c’est bien l’esprit de Noël qui est la fête sur scène ce soir ! Des guirlandes électriques et un petit sapin donnent une aura magique propre à ces fêtes de fin d’année et alors qu’une version concordante à la soirée de “Vive le vent” retentit dans l'ancienne gare, les Gronibard montent sur scène dans leurs habits de fête ! On a ainsi un Sapin avec des cadeaux aux pieds, une rodolphette et deux mères Noël sexy, le minimum pour un père Noël ultra pimp dans son habit de lumière doré, à la branche de houx judicieusement placé.

Puis Gronibard balance Arrête de Boire, Mets Toi au Foutre et là, c’est parti pour la guerre totale ! Ça fait tourner le pompon de son bonnet et ça balance du gros hit qui tache (Le Jeudi, C’est Sodomie, Crème de Chatte, Cripple Bitch …), Albatard nous fait un slam cul nu et Anal Capone nous tape des danses de l’espace ! D’ailleurs, le frontman n’hésite pas à donner du “joyeux Noël” ou demande que l’on se mette à l’aise, car “il fait chaud dans nos cœurs”. Le pit, lui, est carrément en furie, les mosh et poussées sont violents, le premier rang est très difficile à tenir et tout ça saupoudré de nombreux slams ! On doit avoir là le concert des rois du goregrind (oui) le plus violent dans la fosse que j’aie pu faire ! Faut dire les riffs surpuissants des Gronibard sont soutenus par un son de furieux et sur scène ça joue carrément ! (genre putain, même à jeun, ils sont bon ces cons !)

Alors que ça enchaîne les titres, Gronibard nous fait un petit cadeau rien que parce qu’on est beaux comme des petits choux. C’est donc un titre encore jamais joué en live jusque là qui nous est offert avec “La Chanson des Bisous”. J’vous prie d’croire que pour moi c’est la grosse teuf car j’attendais ce titre depuis des années, celui-ci étant un des tout meilleurs de leur album We are french, Fukk you. Au milieu du titre, Anal Capone demande au public de se séparer. Non pas pour un wall of Death, non non non ! Car comme pour ses reprises, Gronibard ne se contente pas de refaire ce qui a été fait, non, il le digère, le magnifie, et le ressort ! Ainsi ce “wall of death”, vu et disséqué lors d’un concert de Dagoba au Mass Deathstruction 2010 va être expurgé de toutes ces violences bien inutile à notre époque surtout en ces temps troubles et à l’approche de Noël pour devenir un “wall of kiss” !

Après tout cet amour on retourne dans la grosse teuf où les titres s’enchaînent sans temps mort jusqu’au final, où pour terminer son concert, Gronibard balance un dantesque Va Faire la Vaisselle dédicacé à toutes les filles “qui ont que ça à foutre de venir nous voir”. Comme d’hab, le morceau réintensifie le pit, alors qu’il en avait pas tellement besoin et on se retrouve avec quelques habitués de concerts de Gronib’. Genre le mec qui monte sur scène pour chanter dans le micro, mais se plante dans les paroles (alors qu’on ne peut pas dire qu’il y en a masse) et un autre qui monte sur scène tout nu, afin de nous montrer la plus petite bite que j’aie jamais vue de ma vie. Pas que j’en aie vu des masses, surtout en vrai, mais là, on parle d’un groupe où un des membres s’appelle “p’tite bite”, et même lui paraît doté de proportions avantageuses à côté de ce petit fan heureux de son quart d’heure de gloire.

Le groupe revient tout de même sur scène pour un petit enchaînement Morceau en son clair/Mon anus est un héliport à gland puis comme on a été très sages, on aura le droit en avant-première à un titre de leur album à venir, qui s’annonce,  heu… chépa.

Intro vive le vent d’hiver version prout
Arrête de Boire, Mets Toi au Foutre
La Raie De Mon Cul C'est Une Trousse À Bite
Prout de Bite
Nuggets No Glory
Le Jeudi, C’est Sodomie
Crème de Chatte
Http://jtaspirelederche.com
Anticrust Superstar
Je te chie dans le cul avec une verrue plantaire sur l'anus
Cripple Bitch
Pacifuck Force Anus
Morceau Gore du split avec anal Penetration
La Chanson des Bisous
March Of The Gronibard/Je te déchire l’Anus
30 Millions de zobies
J'ai joué l'anus artificiel de ton grand-père au PMU
Udufru (Belenos va en Norvège)
We are french, Fukk you
Pomme d’anus
TAF (tout à fond)
Quand je sodo Mimi Mathy, ça fait un méchoui
Va faire la vaisselle

Morceau en son clair
Mon anus est un héliport à gland
Nouveau titre