Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

In Mourning

Shrouded Divine

LabelAftermath Music
styleDeath Metal progressif
formatAlbum
paysSuède
sortiejanvier 2008
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Depuis 2000, In Mourning (qui n’a rien à voir avec « être du matin » puisque cela signifie « en deuil ») a enchaîné démos sur démos. Cinq démos et huit ans plus tard, un album voit enfin le jour. Un peu à l’image d’une bonne bouteille, le groupe s’est clairement bonifié avec le temps et « Shrouded Divine » se montre extrêmement redoutable. Leur death métal progressif, remplie de mélodies et d’arrangements bien trouvés, a mis du temps à séduire un label mais Aftermath Music aurait apparemment jeté son dévolu sur eux. Après la signature, la formation n’a pas tardé à enregistrer ce petit brûlot au Black Lounge Studios (Sonic Syndicate, Centinex, The Absence) durant l'été 2007…

In Mourning ne tardera pas à vous séduire, mais ne tardera non plus pas à rappeler à l’auditeur averti des ressemblances avec Opeth. Les similitudes avec la bande de Mikael Åkerfeldt ne manquent pas. D’ailleurs, la ressemblance ne s’arrête pas là. Tobias Netzell, le chanteur, possède une voix lourde et caverneuse donnant une certaine profondeur aux morceaux. Son timbre de voix est similaire à celui d’Åkerfeldt, et pour enfoncer le clou, il agrémente aussi ses growls d’un chant clair sur les passages plus calmes. Pour parfaire le tout, Tobias occupe également le poste de guitariste... Ca ne vous rappellerez pas quelqu’un ? L'influence d’un des maîtres du death progressif est donc indéniable ! Cependant In Mourning est allé plus loin dans les compositions : il ne surpasse pas le maître, mais ouvre une nouvelle direction. Celle-ci n’est pas forcément facile à expliquer sur papier, mais elle est bien palpable.
Les bons morceaux ne manquent pas sur « Shrouded Divine » (d’ailleurs il n’y pas vraiment de mauvais titres) et l’enchaînement entre ceux-ci est parfait ! Chaque riff a son charme et lorgne entre puissance et mélodie. Un plaisir pour les cages à miel ! Le duo guitare/chant est toujours en adéquation. De plus, grâce à la souplesse qu’offre le progressif, la composition des morceaux est diversifié au sein même des titres. Aucun des membres ne montre une faiblesse hormis justement les relents Opethiens. Mais étrangement, à côté de cette forte influence, In Mourning se permet de délivrer des riffs foutrement originaux et peu communs !
Niveau démarcation, notons également l’original packaging disponible en édition limitée : entièrement en carton et avec une ouverture qui sort de l’ordinaire…

A l’heure où Opeth affaire avec Roadrunner Records, la destinée de ce dernier n’est pas forcément garantie en terme de qualité au vu du mitigé « Ghost Reveries ». Avec « Shrouded Divine », In Mourning vient peut-être de postuler à la place de remplaçant au potentiel le plus élevé ?

1. The Shrouded Divine
2. Amnesia
3. In The Failing Hour
4. By Others Considered
5. Grind Denial
6. The Art Of A Mourning Kind
7. The Black Lodge
8. Past October Skies

Les autres chroniques

Album

mai 2016 ZSK

In Mourning

Afterglow

Album

oct. 2019 ZSK

In Mourning

Garden Of Storms