Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Devian

Ninewinged Serpent

LabelCentury Media
styleDeath/Thrash Musculatoire
formatAlbum
paysSuède
sortieoctobre 2007
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Devian c’est avant tout l’histoire d’un homme, celle d’Erik Hagstedt plus beaucoup sous le nom de Legion. Tout commence en 1995, le petit Erik alors chanteur dans un obscur groupe nommé Ophthalamia se voit propulsé sur le devant de la scène en devenant alors le nouveau brailleur du fer de lance de la scène black métal Suédoise : Marduk. Il en fera d’ailleurs les beaux jours durant quelques années, puis sur la fin notre ami Erik se mettant a disjoncté confond tout à coup black métal et clowneries comme peut en attester le tristement dvd du groupe intitulé « Funeral Marches And War Songs ». Il n’en faut pas plus au gros Morgan pour virer le pauvre Legion à gros coups de pieds dans le derche. Legion se retrouve alors tout seul jusqu'à que Morgan - alors en lice pour le concours du plus gros guitariste de Suède - se fasse dépasser par B.War, le bassiste. Encore une fois, Morgan n’aimant pas la concurrence en profite pour faire rouler B.War hors de Marduk.
C’est alors qu’en cherchant un endroit où manger un hot-dog que notre ami B.War tombe sur Legion qui pour obliger de survivre en était réduit à vendre des marrons chauds, et autant dire que les marrons chauds en Suède n’est pas ce que l’on peut appeler un marché florissant.
B.War retrouvant là son ami, lui propose d’aller passer du bon temps aux Etats-Unis. Les deux compères se retrouve donc au pays de l’oncle Sam et passe alors leur temps a siroté des Mojito dans leur piscine en écoutant des albums de NWOHM. C’est alors qu’Eric jamais à court de farces prend la parole s’adressant à B.War : « Hey mon ami t’aime ça le heavy métal ? Ça ne te dit pas qu’on refasse un groupe ensemble ? » B.War emballé par l’idée, tout comme il l’était dans son futal en cuir taille 36, accepte immédiatement. Ils commencèrent alors à bidouiller deux trois trucs sous un nom pour le moins évocateur : RebelsAngels, censé symboliser l’amour des motos pour B.War et l’amour des fées pour Legion.
Et c’est alors qu’ils décidèrent ensemble de proposer un mp3 à l’écoute du grand public et la réaction de celui-ci ne se fait pas attendre : rires aux larmes et dépit comme à la grande époque de la tournée de World Funeral.
Legion en assume alors entièrement la responsabilité et décide de se retirer à tout jamais du monde la blague.
Changeant alors de style tout en adoptant un nouveau nom (Elyzium), Legion décide également de se passer de B.War trouvant que ce dernier n’était vraiment plus sympa.

Nouveau style, nouveau nom, il ne manquait plus là qu’un nouveau line-up.
Et Erik ne met alors pas trop longtemps pour dénicher deux trois potes locaux auquel il ajoute un autre vielle connaissance, Emil Dragutinovic, lui aussi débarqué de Marduk par Morgan (c’est vrai quoi le pauvre n’arrivait plus à suivre les rythmes effrénés d’Emil et s’en est même mis à faire une dépression, ce qu’il la fait maigrir de plusieurs kilos, brisant là net son rêve de devenir champion du monde de mangeur d’hamburger).
Mais encore une fois, Legion ne tient pas en place et après une rapide recherche sur Metal Archives, il s’est rendu compte qu’Elizium c’était déjà un groupe de doom/goth des Pays-Bas.
Ayant retenu la leçon, Erik change une nouvelle fois de nom pour adopter celui de Devian qui à son goût est bien plus sinistre et mystérieux (le pire c’est qu’il le pense vraiment).

Ne reste plus alors qu’à faire de la musique et Legion se rappelant que, dans un passé pas si lointain, il savait se servir de ses cordes vocales et décide alors de se rappeler au bon souvenir de celle-ci pour nous ressortir le chant qui lui est propre. Musicalement rien n’à voir avec Marduk, Devian nous propose un mélange de Death/Thrash mais avec un soupçon de black tout de même.
Bien sûr, rien de vraiment innovant mais la musique proposé ici est rudement efficace et plus de ça multi usages ma chère germaine. Puisque le sieur Legion en bon souvenir de son ex comparse B.War, ne propose même de nous muscler tout en musique comme l’atteste le titre « Scarred » aux relents digne d’un Manowar en slip de mammouth.

Bref trêves de plaisanteries, Devian nous propose là un album tout ce qu’il y a de plus efficace, sans aucun innovation mais allant droit au but et qui sans devenir un classique du genre risque d’en faire bouger plus d’un lors de leurs prochains concerts.

1. Serenade For the Fallen (Intro)
2. Dressed In Blood
3. Heresy
4. Scarred
5. Suffer the Fools
6. Fatalist
7. Gemini Is the Snake
8. Instigator
9. Remnant Song
10. Ninewinged Serpent

Les autres chroniques