Chronique Retour

Album

09/05/17 - ZSK

Malkavian

Annihilating The Shades

LabelFinisterian Dead End
styleThrash Metal
formatAlbum
paysFrance
sortiemars 2017
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Mine de rien, il commence à se développer une petite scène Thrash très sympathique dans l’Hexagone, avec notamment Deficiency, Heart Attack, Arcania et Malkavian. Les 4 groupes ont d’ores et déjà tourné ensemble et s’apprêtent d’ailleurs à rempiler pour une nouvelle mouture de ce qui est appelé l’« Hexagon Thrash Alliance ». Le futur Big 4 du Thrash français ? On peut rêver et même espérer… D’autant que chaque groupe a ses particularités et les 4 formations se complètent : Thrash moderne et mélodique pour Deficiency, Power-Thrash pour Heart Attack, Thrash progressif pour Arcania, et Thrash musclé et groovy pour Malkavian. Ce sont d’ailleurs ces derniers qui nous intéressent aujourd’hui. Le quintette nantais est de retour dans les bacs pour son deuxième full-length, Annihilating The Shades, qui fait suite au prometteur The Worshipping Mass sorti en 2014, déjà chez Finisterian Dead End. A l’instar de ses compères, Malkavian va devoir confirmer son potentiel. Existant depuis 2005, le groupe balance son Thrash multi-cartes sans compromis, entre Thrash/Death, Groove-Metal bien punchy et Thrashcore bien remuant, le tout emballé à l’aide d’un son bien puissant. Une belle machine de guerre, qui n’a d’autre prétention que de faire du Metal bien efficace et couillu, même si la formation sait travailler son style et ses compos.

Sans grande surprise, Annihilating The Shades se place dans la lignée directe de son prédécesseur The Worshipping Mass. Les muscles sont toujours saillants, pour un Thrash vitaminé aux riffs sautillants. On retrouve toujours des soupçons de Metal-Hardcore, de Thrash/Death et de choses plus modernes comme Gojira dans leur Metal qui décoiffe, toujours avec une production qui tabasse, cette fois-ci entièrement prise en charge par le Vamacara Studio de Clisson. Derrière Romaric qui alterne vocaux Thrash bien aigus et accès plus Heavy/clair, les musiciens se lâchent une nouvelle fois, l’ensemble ne tenant souvent plus en place et balançant ses riffs dans une joyeuse frénésie. Si l’ouverture sur "Resurgence" évoque pour le coup un Thrash/Death scandinave façon The Resistance ou Hateform, Malkavian montre vraiment toutes ses capacités dès "Altar of the Damned" : on ressent à chaque instant l’urgence des compos, l’ensemble est bien énervé, dense et percutant, tout en s’avérant un peu plus lourd par moments, c’est ici que le groupe dévoile son côté le plus Thrashcore et aussi son aspect le plus explosif. Lorsqu’il y va à fond, Malkavian décape sec, en témoigneront plus tard les deux brûlots que sont l’hyper efficace "Encryption Process" au riffing énorme ou encore le bien rapide et brut "KBA". C’est sûr, Malkavian n’est à la base pas là pour se poser au coin du feu mais bien pour pondre des pistes de Thrash qui déglingue.

Pourtant, Malkavian ne se résume pas à du Thrash bourrin et bas du front, et d’ailleurs The Worshipping Mass l’avait déjà prouvé avec quelques aspérités, comme ce morceau clairement Metal-Hardcore qu’était "I Suggest…" avec ses mosh-parts bien voyou. Une plage comme "Spit Away" se montre par exemple très complète, il y a ce qu’il faut d’énergie pour pogoter mais on sent que Malkavian brasse large avec notamment quelques petites touches de Mélodeath. Et à l’instar de The Worshipping Mass, le 4ème morceau de son successeur sera aussi un peu différent, c’est ainsi que "Ruins" montre un Malkavian qui alourdit et assombrit son répertoire tout en réussissant à lui conférer un certain côté épique, petit écart qui sera d’ailleurs confirmé par le final de l’album, le plus aéré et bien lourd "Void of A Thousand Eyes". Bien évidemment, le fonds de commerce du groupe nantais reste ce Thrash urgent et vénère, seulement à l’instar de The Worshipping Mass également le milieu de l’album est peut-être un peu plus anecdotique, le morceau-titre et le trop longuet (plus de 6 minutes) "The Great Overset" n’arrivant pas a égaler les tueries présentes en début et fin d’album. Ce n’est pas encore cette fois-ci que Malkavian pondra un album parfait du début à la fin mais Annihilating The Shades fait tout de même largement son office, avec un Thrash qui dépote et qui possède quelques aspérités pour ne pas être trop redondant, et qui fera assurément son effet en Live pour vous défouler dans le pit.

Malkavian conserve donc une marge de progression mais confirme déjà les dispositions de The Worshipping Mass, en faisant plus condensé (47 minutes contre 60) et efficace, même s’il reste encore un peu de remplissage. Mais les bons gros hits sont là, et à ce titre Annihilating The Shades dépasse facilement son prédécesseur. Si l’on cherche du Thrash qui se trimballe aisément entre Thrash/Death et Thrashcore avec quelques autres petites touches, le service est rendu et il défouraille. Malkavian est assurément le groupe le plus énergique et frénétique de la petite vague Thrash hexagonale, et parvient donc comme chacun de ses autres camarades de route à sortir du lot. Rien de révolutionnaire là non plus, mais les influences des Nantais ne sont pas si évidentes et quoi qu’il en soit, ils ont l’efficacité pour eux. Un troisième album encore mieux troussé devrait leur permettre de se poser comme un monstre, en attendant Annihilating The Shades est un très bon album, qui demande surtout à être dégusté en Live pour voir de quel bois le groupe se chauffe et de voir si les compos fonctionnent dans la chaleur d’une salle bien garnie ou sous le soleil des festivals, ce dont je ne doute pas. Souhaitons-leur donc bonne route, aux côtés des Deficiency, Heart Attack et Arcania (et pourquoi pas des Skox et BreakDust dans un avenir proche (même si les derniers ne donnent plus beaucoup de nouvelles depuis 2013) ?), pour que la France se pose sérieusement comme l’autre pays du Thrash.

 

Tracklist de Annihilating The Shades :

1. Resurgence (6:32)
2. Altar of the Damned (3:36)
3. Spit Away (5:25)
4. Ruins (5:37)
5. Annihilating the Shades (4:30)
6. The Great Overset (6:23)
7. Encryption Process (4:34)
8. KBA (4:21)
9. Void of a Thousand Eyes (5:46)