Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Kill

Inverted Funeral

LabelTotal Holocaust Records
styleBlack/Thrash Metal
formatAlbum
paysSuède
sortiemai 2007
La note de
U-Zine
6/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Kill, c’est le projet d’ex-membres de Church of Bizarre, Diabolicum et d’un membre de Bestial Mockery. Formé en 1998, le combo suédois, originaire de la ville de Gothenburg, a depuis peu signé chez THR pour la sortie du troisième album, au nom aussi simple et cocasse que le nom du groupe lui-même.

A l’écoute de ce dernier, on pense surtout à Darkthrone. Les premiers morceaux rappelleraient les débuts du groupe, tandis que la fin ressemble plutôt à la nouvelle période des Norvégiens. Ceci dit, Kill n’a rien d’un darkclône, puisque certains passages bien malsains feraient même penser à des groupes tels que Blasphemy ou Black Witchery. Le black metal de Kill s’inscrit dans une veine old-school et n’a, au bout du compte, pas une très forte personnalité. Des riffs black, thrash, une voix démoniaque et méphitique, proche d’un Darkthrone mais frôlant parfois aussi le death, une batterie plus que convenable, versant dans le blast mais aussi dans le punk (« Violent Devastation » ou « Anti-cosmic Thunderstorm ») ; non, Kill ne fait vraiment pas dans la dentelle. On note aussi l’intéressante utilisation de la basse qui, d’ordinaire, s’avère quasi-inexistante dans les albums de BM – sauf exception près. On n’a pas non plus affaire à un album de Necromantia, mais elle est ici bien mise en avant et introduit même quelques morceaux, discrètement, mais efficacement.

Les influences de Kill sont donc diverses et certains morceaux/passages sont franchement excellents – surtout ceux de la fin. Mais cet album se révèle malgré tout un poil trop monotone. Les riffs ne sont pas toujours très accrocheurs et la voix s’avère très monocorde. Le seul passage où elle varie un peu se trouve sur le dernier morceau, au milieu duquel Carl Warslaughter pousse un cri comme on en entend mille autres dans ce disque, accompagné d’un hurlement strident et un peu efféminé. Dommage, car comme je le disais plus haut, certains morceaux m’ont vraiment emballée. En définitive, Inverted Funeral est un album dans une veine bien old-school, pas original pour un sou, mais entraînant et qui reflète assez bien le genre dont se réclame le groupe (« primitive black metal holocaust »). Mais la saveur de cet album est évanescente. Si les premières écoutes sont plutôt agréables, cet album perd vite en efficacité.

1. Inverted Funeral
2. Deathmessiah
3. Morbid Curse
4. Of Anger
5. Below
6. Summoning Of Flames
7. Violent Devastation
8. Anti-cosmic Thunderstorm