Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Octavia Sperati

Grace Submerged

LabelCandlelight
styleMetal gothique
formatAlbum
paysNorvège
sortiemai 2007
La note de
U-Zine
4/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Bien, alors qu’on se mette d’accord. La grâce est bien une certaine beauté, un certain charme ? Alors il faudra vraiment qu’on m’explique en quoi cet album est submergé par la grâce… Je vous l’accorde le montage de la jaquette n’est pas trop mal, les 5 demoiselles musiciennes sont jolies mais bon, ça ne fait pas tout ! Je ne sais pas un peu de créativité, d’émotions et, surtout, une chanteuse qui fait preuve d’originalité sont tout aussi essentiels ! Manque de bol ! Là, il n’y a rien de tout ça…

Je ne vous cache pas que je partais avec quelques a priori vu que je n’aime pas beaucoup les chants féminins mais, quand il faut, je sais faire preuve d’un minimum d’objectivité (rappellez vous la chronique de Autumn). Cependant, j’ai beau écouter « Grace Submerged », je reste de marbre. Pour une fois, j’ai apprécié que l’album ne fasse que 37 minutes. Certes, Octavia Sperati a le mérite de présenter des femmes aux postes de musiciennes (exception faite pour le batteur) ce qui n’est pas encore très fréquent en dehors du chant. Les trois premières chansons, « Guilty Am I », « Moonlit » et « Going North » (avec une basse bien saturée), peuvent s’écouter et on pourrait presque croire que la formation va nous proposer un petit cd, certes non transcendant, mais sympa. Le problème commence à apparaître sur « Don’t Believe A Word ». Si je vous dis piano solitaire, chanteuse tristounette qui pleure son gros chagrin de cœur, à qui pensez-vous ?...Evanescence, bien évidemment ! Tout de suite, ça fait changer d’avis. La suite de l’album reste dans ce ton mielleux et « popeux »… A un moment, la colère monte sur « …And Then The World Froze » lorsque la partie de chant, sur une musique on ne peut plus plate, prend des airs de Therion (et plus précisément d’une chanson du dernier album). Ca en fait un peu beaucoup pour moi, je vous l’accorde ! Si encore la musique était exceptionnelle, j’aurais pu faire abstraction mais ce n’est pas le cas. L’aspect planant peut être agréable mais quand ça devient de la surdose de nappes avec 3 accords qui se battent en duel dessus…Je ne vois pas comment ma sensibilité peut s’éveiller.

Le plus douloureux réside dans le fait que ce cd a été produit dans le studio de Herbrand Larsen, le claviériste de Enslaved , c’est à dire d’un musicien talentueux et certainement très habile dans son travail. On est bien loin de la qualité d’Enslaved ! Même si je sais qu’il ne s’agit pas du tout du même style…Ces demoiselles, que je félicite néanmoins pour le trajet qu’elles ont parcouru, ont malheureusement encore beaucoup de progrès à faire pour proposer quelque chose d’un peu plus marquant à l’avenir…

1.Guilty Am I
2.Moonlit
3.Going North
4.Don’t Believe A Word
5.…And Then The World Froze
6.The Final Rest
7.Deprivation
8.Provenance of Hate
9.Dead End Poem
10.Submerged

Les autres chroniques

Album

mai 2005 U-Zine

Octavia Sperati

Winter Enclosure