Chronique Retour

Album

14/03/17 - ZSK

Betraying The Martyrs

The Resilient

LabelSumerian Records
styleDeathcore symphonique
formatAlbum
paysFrance
sortiejanvier 2017
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Attention, planquez vos T-Shirts à l’effigie du premier album de Bathory, vos drapeaux de Dark Funeral, vos vinyles de Venom et votre pendentif à croix renversée, revoilà les plus célèbres prêcheurs français qui vont venir contrer vos tendances impies avec leurs slims, leurs mèches et leur chants clairs. Bon ok, la caricature est de bonne guerre mais passé le buzz des débuts conjointement à celui de Darkness Dynamite, Betraying The Martyrs c’est devenu du lourd. Un groupe qui a su tracer sa route dans la florissante scène Deathcore - au sens très très large. Parti d’un premier EP franchement bordélique et raté (The Hurt, The Divine, The Light ; 2009), BTM pour les intimes à bracelet rouge est devenu une belle machine de Deathcore symphonique, progressant en jouant sur plusieurs tableaux, du Djent dit « Sumeriancore » au Metalcore progressif. Sumerian Records a d’ailleurs repéré le groupe français depuis Breathe In Life (2011) et ne l’a plus lâché depuis, logique car il ne fait pas tache dans son catalogue. Restant rattaché au Deathcore de par les growls d’Aaron et le côté parfois br00tal à coups de riffs incisifs et de breakdowns gras, Betraying The Martyrs se traîne entre du Djent/Metalcore couillu et son aspect lumineux-religieux assuré par le chant clair de Victor et les orchestrations, qui certes n’occupent plus tout l’espace mais font partie intégrante de la personnalité du groupe. Bref, pour ce qu’il est, Betraying The Martyrs assure, propageant son message avec une musique qui va au-delà des frontières, tout ceci ne sonnant pas très « français » en définitive. Et le groupe de progresser là-dessus, et après un Phantom (2014) convaincant, voici le troisième full-length de BTM, The Resilient.

Musicalement, on ne change pas grand-chose, le groupe ayant toujours pour lui une efficacité qui est capable de faire pogoter un public sur une reprise de « La Reine des Neiges ». Maîtrisant le fond comme la forme (on est loin des exagérations du premier EP et même du son parfois brouillon de Breathe In Life), Betraying The Martyrs a les capacités pour pondre du Deathcore qui arrache mais qui sait aussi se faire épique. Ce n’est d’ailleurs pas avec The Resilient qu’il prendra un virage à la Bring Me The Horizon, même si ça arrivera peut-être un jour… en attendant, ce sont les compos percutantes et les growls rauques qui mènent le bal, ainsi que bien sûr les orchestrations et les chants clairs de Victor, qui assure toujours la caution « blanc immaculé » du groupe. The Resilient est même un petit peu plus sympho que Phantom, mais on s’attardera plus sur ces morceaux bien construits, tous posés comme des hits potentiels, avec une structuration couplet-refrain quasi-systématique. Du Pop-Metal peut-être, mais avec pas mal de gras dedans, ceci étant leur corps et leur sang. N’ayant pas vraiment fait évoluer son style par rapport à son précédent opus, Betraying The Martyrs va devoir garder sa forme et son inspiration, ce qui n’est pas gagné d’avance. "Lost for Words" démarre bien l’album avec le dosage sympho/br00tal d’emblée, mais ensuite c’est déjà un peu plus difficile. Il faut dire que Phantom avait su bien démarrer avec la triplette "Jigsaw" - "Where the World Ends" - "Walk Away", et de manière générale depuis son premier album BTM démarrait bien les hostilités avant de perdre en efficacité par la suite. Pour The Resilient, l’équation ne sera pas la même…

Plus lourd et plus sympho, "Take Me Back" est assez aéré mais a du mal à décoller, ce n’est pas vraiment le genre de morceau fait pour être mis en début d’album. "The Great Disillusion" pourrait rattraper ce départ diesel mais le refrain est peu convaincant et l’ensemble est juste correct. Puis "Dying to Live" est assez niais, eh oui c’est bien du Betraying The Martyrs qu’on écoute, pour le meilleur et pour le pire… Plus classique, le morceau-titre n’est pas loin de vraiment lancer les hostilités, avec un bon refrain avant une fin plus poussive. Betraying The Martyrs ne semble donc pas armé pour faire aussi bien que Phantom mais cette fois-ci, le groupe a gardé le meilleur pour la fin, faisant rapidement oublier un début d’album plus anecdotique que mauvais au final. C’est notamment l’excellent "Unregistered" qui va montrer BTM sous son meilleur jour. D’ailleurs le groupe français lorgne ici du côté d’un Heart Of A Coward, avec un riffing plus bagarre qui sera d’ailleurs ponctué d’un breakdown bien voyou, et cerise sur le gâteau le refrain est excellent, prouvant d’ailleurs que Victor a bien progressé dans le registre clair ces dernières années. Depuis Breathe In Life, Betraying The Martyrs a toujours montré que lorsqu’il donne dans le pur Deathcore, il ne le fait pas à moitié, et "Unregistered" est assurément un des morceaux les plus croustillants de son répertoire. "(Dis)connected" lui emboîtera d’ailleurs bien le pas ensuite, avec des cavalcades Death-Metalcore classiques mais efficaces, notons aussi que Aaron est toujours aussi inspiré dans ses growls rauques, tandis que le côté sympho finit de personnaliser l’ensemble. Haters gonna hate… mais BTM, quand il est en forme, c’est un monstre de Deathcore symphonique.

Et le groupe voit large avec une certaine réussite, c’est ainsi qu’avec le plus Djenty "Behind the Glass" ponctué de claviers plus électroniques, Betraying The Martyrs penche plus vers du Born Of Osiris et le résultat est ma foi très bonnard. "Waste My Time" prolonge d’ailleurs ce plaisir sous le signe du Sumeriancore, avec encore un refrain de qualité. En parlant de refrain on notera encore celui de "Ghost", transformant un morceau classique en quelque chose d’assez fédérateur. The Resilient ne payait donc pas de mine au départ mais s’avère au final bien troussé, s’offrant une deuxième partie d’album homogène en qualité et plutôt variée, avec un excellent "Wide Awake" de clôture, bien syncopé et efficace avec une dernière fois un refrain hyper accrocheur. Certes, c’est du Betraying The Martyrs, avec leur côté volontairement lumineux et propret dès que le Deathcore se calme, mais quand on connaît la musique la recette marche et d’ailleurs le plus calme et rose bonbon "Won’t Back Down" est finalement très réussi. The Resilient montre donc encore une fois ce que BTM sait faire en matière de Deathcore symphonique à refrains en chant clair, et c’est une tambouille qui fonctionne du moment que l’on remet tout ceci dans les bons contextes. Dommage que le groupe ne parvienne pas à faire mieux que Phantom, avec toujours cette hétérogénéité latente qui se manifeste ici par un début d’album en demi-teinte, avant que les vrais hits qu’on attendait ne prennent le relai. Bien que très chrétien, Betraying The Martyrs sait mettre ses couilles sur la table quand il faut, tout en continuant son récital pour prêcher la bonne parole avec des refrains d’église moderne. The Resilient est donc globalement un très bon album de Betraying The Martyrs, qui n’évolue pas mais continue à cartonner dans son registre de Deathcore épique, avec efficacité et classe. Pour ceux qui se sentiraient malgré tout hors-sujet à tout ceci (et je les comprends tout à fait), je vais terminer en citant Vithia de Rise Of The Northstar : « Tu sais ce qu’on dit, si tu kiffes pas t’écoutes pas et puis c’est tout ».

 

Tracklist de The Resilient :

1. Lost for Words (3:59)
2. Take Me Back (4:50)
3. The Great Disillusion (4:15)
4. Dying to Live (3:45)
5. The Resilient (4:09)
6. Unregistered (4:22)
7. Won't Back Down (4:10)
8. (Dis)connected (4:13)
9. Behind the Glass (3:20)
10. Waste My Time (3:28)
11. Ghost (3:31)
12. Wide Awake (3:58)

 

Les autres chroniques

Album

nov. 2009 U-Zine

Betraying The Martyrs

The Hurt, The Divine, The Light

Album

sept. 2011 U-Zine

Betraying The Martyrs

Breathe in Life