Live reports Retour
vendredi 11 novembre 2016 - Schifeul

Rise Of The Northstar + Make My Way + The Butcher's Rodeo @ Roulers (BEL)

De Verlichte Geest - Roulers

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

ROTNS Roeselard

En cette fin d’année, Rise Of The Northstar lance son Underatted Tour, avec pas moins de 9 dates en France. Pas de bol, y a rien dans le Nord, donc direction Roeselare (ou Roulers pour ceux qui n’ont pas à chercher une ville en Flandre Belge) et la salle De Verlichte Geest, qui affiche complet de ses 200 places depuis 15 jours, pour la deuxième date de cette tournée.

Arrivant avec un peu de retard, je rentre dans la salle alors que The Butcher’s Rodeo vient d’entamer son set. Le groupe joue ce qu’ils appellent du Hobocore et partage le même chanteur que… Aqme, putain ! Bon après pour ceux qui pensent encore à leur affiliation à la Team Nowhere (Heu... Vous avez connu ça les jeunes ?), je vous conseille d’aller écouter un titre comme Enfants de Dieu pour voir que le groupe peut se montrer tout de même un peu vénère. Fin de la parenthèse, on retourne à The Butcher’s Rodeo qui a tout ses musiciens à même le sol, batterie comprise, ce qui fait qu’il est encerclé par le public. Public que les musiciens n’hésitent pas à haranguer, allant le chercher physiquement afin qu’il s’approche au plus près d’eux ! D’ailleurs sur ce point, les Butcher’s Rodeo doivent avoir des vers au cul, car ils ne tiennent définitivement pas en place, jusqu’au chanteur qui s’en va monter sur le comptoir du bar afin de l'arpenter tout en chantant. Musicalement, ce n'est pas trop mon délire, mais bordel les mecs mouillent le maillot ! Une excellente mise en bouche.

Mark My Way, qui prend la suite, vient de Ypres et comporte des membres qui ont l’air très jeune. Les petits mecs proposent un hardcore tantôt mélodique, tantôt assez porté sur le beatdown, mêlé à du rap, mais genre, beaucoup de rap ! Tellement d’ailleurs qu’à force, ça commence à devenir un peu lourd, malgré un flow ultra maîtrisé et diversifié qui colle très bien à la musique. Bon, y a pas que du rap non plus, le petit gaillard sort quand même des vocaux plus commun dans le metal/hardcore, avec même un petit passage qui m'a fait penser à The Black Dahlia Murder période Unhallowed. On notera l’effort du frontman de s’exprimer parfois en anglais ou français pour ceux qui ne comprennent pas cette langue des Enfers qu’est le flamand. Pas vraiment ma came, mais délire parfaitement exécuté, à conseiller à ceux qui aime cette touche plus Hip-Hop dans le hardcore.

Après de longues minutes d’installation et une courte intro, Rise Of The Northstar vient faire la bagarre en déboulant direct sur Again and Again. Bon, comme les ROTNS, je les ai déjà reportés pas mal de fois sur le site, je vais la faire courte sur les détails. Ici comme d’hab, on se prend le concert façon droite de Saitama direc’ dans l’nasal. Le public réagit à 200% et donne du jump, du two-step ou encore du circle pit à chaque fois que Vithia ou son bassiste en demande ! Hyper cool pour l'ambiance, mais quand t’es au premier rang avec une scène qui t’arrive juste en dessous du genou, bah, tu manges ! Tant pis, ça me fera travailler ma proprioception, qui est un peu naze vu le nombre de fois où j’ai dû poser mon genou sur la scène. Comme d’hab les nombreux sing-along viennent aider le frontman ou suppléer les backs, par contre le son est assez moyen. Même si je reconnais les titres sans difficulté particulière, les speechs d’entre morceaux sont eux plutôt inintelligible, et c’est pas à cause de l’accent du chanteur...

Par contre, je vais m’attarder sur quelques points de la set list, à commencer par The New Path, car c’est grande joie que d'entendre ce titre, que je considère comme le plus puissant de l’album, définitivement intégré à leur set (déjà joué à Dunkerque cet été, mais entre cette date et leur release party au Divan du Monde, mon cœur n’était rempli que de tristesse de ne pas l’avoir entendu) suivi d’un passage classique pour ceux qui suivent le groupe depuis longtemps avec Protect Ya Chest, mais surtout un retour du titre One 4 All, issu de leur premier EP Tokyo Assault.

Vers la fin du concert, après un Blast’em All - que je trouve assez anecdotique sur album, mais passe carrément bien sur scène - avec petit passage brisage de nuque - on revient ensuite sur l’EP Demonstating My Sayan style avec le titre éponyme, qui a une grosse côte de popularité dans le public. Vithia en profitera même sur la fin pour nous faire une Slipknot : il fait s’accroupir tout le monde afin de faire tout casser en jump façon Spit It Out sur l’ultime “Find in your mind da sayan rage”. Après ça le groupe enchaîne sur une reprise de Rage Against The Machine avec Bullet In The Head. Bon, j’ai toujours trouvé ce groupe chiant, mais là ça passe crème, surtout quand la véhémence des ROTNS subliment le dernier passage bien énervé de la chanson ! Après quoi, Rise Of The Northstar quitte une première fois la scène.

Après une courte pause, on repart sur la même cadence de pétage de dents avec What The Fuck. Bon, dans le public, on sent que y a de la fatigue quand même, le mosh est moins violent. Mais on y jette tout de même ses dernières ressources, avant que tout ne se termine avec un ultime Bosozoku, avec rallonge du refrain à la fin pour qu’on se termine bien les cordes vocal sur le sing-along. Encore un très bon concert de Rise Of The Northstar, qui démarre sa tournée en étant déjà chaud patate. On regrettera peut-être l’absence d’Authentic surtout que je n’arrive toujours pas à accrocher à Dressed All in Black, mais tout cela ne reste que du chipotage au final.

Setlist :

Again And Again
Bejita’s Revenge
Sounds of Wolves
The New Path
Protect ya Chest
One 4 All
Welcame
Samourai Spirit
Dressed All in Black
Blast’Em All
Demonstrating My Saia Style
Bullet In The Head (Rage Against The Machine cover)

What the Fuck
Bosozoku