Chronique Retour

Album

11/11/16 - DarkMorue

Amaranthe

Maximalism

LabelSpinefarm Records
styleAspirateur à respect
formatAlbum
paysSuède
sortieoctobre 2016
La note de
DarkMorue
1000/10


DarkMorue

Un mec qui écrit des trucs.

Mais. Mais wow. Mais ils sont sérieux. Mais oulalah. Wooooooow.

Alors on va pas y aller par quatre chemins. J'adore Amaranthe. Mais genre vraiment un truc de fou. Et ce pour deux raisons :

1 – Mes goûts c'est de la merde
2 – Déso mais en Pop de pute à paillettes on ne peut juste rien faire au dessus.

Bien évidemment que c'est absolument détestable et que tous les Jean-Michel Prétentieux de mes couilles vont basher parce que lol c comercial pd pd pd satan. Mais merde. Okay en tant que groupe de Metal c'est exécrable, mais alors pris comme un groupe de Pop le Game est en PLS absolue. Britney Spears peut à peine rivaliser niveau efficacité. Les trois premiers albums c'était pas compliqué, si on avait 12 titres alors on avait 12 tubes et rien d'autre. Sérieusement, rien que mater les tracklists me remet tous les refrains en tête pour une semaine. Le premier était pas si incroyable que ça d'accord j'avoue, mais contenait quand même des hits intemporels. Si "The Nexus" est particulièrement solide et contient certains de mes titres préférés ("Future on Hold" me fera toujours craquer) c'est véritablement avec "Massive Addictive" qu'on a touché le divin. Le niveau de je-m'en-foutisme total devenait hilarant (on oublie pas que quasi tous les membres ont d'autres groupes de Mélodeath ou de Heavy biens plus sérieux et font Amaranthe juste pour niquer de la groupie et ça s'entend) et surtout, niveau écriture, la recette est devenue tellement rodée que chaque seconde était millimétrée pour nous rester dans le crâne à jamais.

Et du coup je l'ai pas mal attendu ce nouvel album. Le premier extrait, l'abominable "That Song", m'a terrifié et a failli me faire renier mon amour pour eux. Puis j'ai écouté tout l'album en allant bosser en voiture. Mon cerveau a fondu et j'ai eu un sourire béat figé sur le visage toute la journée. J'adore les groupes qui veulent la mettre bien profond à tout le monde. Je sais pas trop ce qui leur est passé par la tête cette fois mais ils ont du passer l'intégralité de leur temps en studio totalement explosés de rire. Cet album est interdit. Il ne devrait pas exister. C'est un véritable trou noir à respect, une abomination Lovecraftienne telle que pourrait l'imaginer Beyoncé, un condensé de tout ce qu'on déteste, et ça rend l'album génial à un point rare.

CHAQUE titre renferme un passage qui nous fera juste nous dire "putain de bordel de merde mais nooooon mais ils ont osé mais sééérieeeeuuuuxx olalaaaaaaah". Tout le temps. TOUT LE LONG DE L'ALBUM. AUCUNE PAUSE. J'ai envie de parler de tout.

Bon donc déjà, la prod est devenue bien plus lisse et gentille, quand on réécoute les précédents on se dit que le son de guitare était vraiment méchant en comparaison. Mais on s'en fout, c'est de la Pop et basta. Et on a toujours le triple chant, avec un hurleur vraiment pas content pour faire lever les mains comme ça : /m/ , parce qu'on aime Satan. Et un chanteur clair, avec sa voix suave de beau gosse qui veut nous offrir un orgasme. Et y'a Elize. Ah, Elize. Une excellente chanteuse s'il en est, avec une voix versatile et... Et... ET PUTAIN MES HORMONES BORDEL MAIS COMMENT QUE JE LUI FAIS DU SALE MAMENE non sérieusement je vais arrêter là parce que c'est pas bien de juger là dessus mais jamais ô grand jamais une voix n'a autant sonné comme une invitation à s’alléger de quelques millilitres de liquide séminal. Sur la pseudo-ballade "Limitless" c'en est carrément malsain au moment du break. Pfiou.

Et sinon je parlais de viol du respect. Alors. Si je vous dis que "On The Rocks" ressemble à la chanson des Lofteurs ? Que "That Song" est une des pires putasseries de la création, faisant du RnB Metal sur une rythmique de Queen ? Que le morceau "Fury" se présente comme l'un des plus agressifs mais est en fait un bordel sonore dancefloor hystérique et blindé de poudre blanche, avec sur le break un PUTAIN DE DESCENTE DE SCRATCH AUTOTUNÉE SUR DU CHANT DEATH ? Et je parlerais pas de "21" qui ressemble à du Nu Pagadi (si vous connaissez pas ce groupe de génie, cliquez là) ou du "We are not ironic, we're supersonic !" certifié punchline de 2016 sur le morceau du même nom. Et à côté de ça, on a toujours des énormes tubes comme ils savent en faire. La règle du 2e morceau est respectée. Personne n'a jamais réussi à s'enlever "Hunger", "Invincible" et surtout "Drop Dead Cynical" de la tête, maintenant on va ajouter "Boomerang" à la liste. Parce que niveau plus gros hit de tous les temps il s'impose, écoutez à vos risques et périls. Et dans une moindre mesure, le morceau d'ouverture et "Fireball" font bien le taff.

Bref, vous devez saisir le délire. Tu es une énorme biatch, passionnée par le fait de se prendre en selfie pendant que tu suces des bites en soirée électro sous prods ? Eh bien dans ce cas là ça nous fait beaucoup de choses en commun, et tu devrais adorer Amaranthe. Et si t'es pas comme ça, c'est que ta vie doit être triste et de toute façon j'ai pas envie de te parler. Bref tout ça pour dire que "Maximalism" est un putain d'album de merde, c'est mauvais, y'a tous les clichés atroces qu'on aurait dû interdire dans les années 80, TOUT y passe puissance 1000. Mais à un tel niveau de putasserie aguicheuse que c'en devient complètement génial. Cet album est à mourir de rire. Il se transcende tout seul. Je pensais pas qu'ils pourraient aller plus loin que les albums précédents, mais si, ils ont juste exterminé toute forme d'amour propre, leur skeud sent le foutre et les mauvaises intentions, mais on s'en fout, ça met beaucoup trop de bonne humeur, et ça passe de "plaisir coupable" à "nanar jouissif" donc c'est plus simple à assumer qu'avant.

Et puis, Elize quoi.

Tracklist :

1 – Maximize
2 – Boomerang
3 – That Song
4 – 21
5 – On the Rocks
6 – Limitless
7 – Fury
8 – Faster
9 – Break Down and Cry
10 – Supersonic
11 – Fireball
12 – Endlessly  

Les autres chroniques

Album

oct. 2020 Michael

Amaranthe

Manifest