Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Hammerfall

Threshold

LabelNuclear Blast Records
styleHeavy/Power
formatAlbum
paysSuède
sortieoctobre 2006
La note de
U-Zine
4.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Chacun le sait, le heavy metal est lourd .Cependant, encore faut – il interpréter le mot « lourd » dans le bon sens ce qui ne semble pas être le cas pour Hammerfall. Certes, Hammerfall fait du lourd mais du tellement lourd qu’au bout de quelques chansons vous êtes assommés d’ennui et l’envie de piquer un somme vous prend. Les coups de marteau, ça calme drôlement…

« Threshold » qui est le septième album du groupe retentit comme du déjà entendu. L’artwork n’a pas vraiment changé : toujours le même décor, le même personnage, le même marteau, la foudre, le bleu, etc. Après tant d’années, on finit par le connaître. Il en va de même pour les titres qui font preuve d’une absence d’originalité. Enfin, ceci ne serait encore que des détails si la musique avait été attrayante…Malheureusement, ce n’est pas le cas.

Là encore, Hammerfall nous fait faux bond ! Les morceaux sont banals, répétitifs et sans intérêts particuliers. Pour des musiciens avec 13 ans d’expérience, il est dommage que la musique soit si peu élaborée. Si certains titres ont un coté sympa par leur semblant épique, tels que « Threshold », « The Fire Burns Forever », « Shadow Empire » et « Titan », le fond du morceau reste trop souvent commun et peu évocateur. Trop souvent les chœurs se ressemblent et n’apportent rien de nouveau, à l’exception de « Shadow Empire » où les chants se font plus sombres et plus graves donc plus imposants à notre oreille. Ensuite, beaucoup de chansons sonnent pompeuses. Avec « Rebel Inside », on s’attend à un bon coup dans le crâne mais on n’obtient qu’une petite intro mielleuse en arpège suivie de riffs plats, le tout accompagné d’une batterie barbante à souhait. Pas très rebelle tout ça ! « Carved In Stone » est un vrai somnifère avec son intro inutile et son manque de groove. Enfin, « Genocide » est plus une démonstration de virtuosité qu’une véritable approche heavy mélodique et sonne plus ridicule qu’autre chose.

Ceci dit, pour ne pas faire trop noir, soulignons tout de même quelques passages intéressants. Certaines techniques sont pas mal placées, comme le break dans « Natural High » ou l’utilisation de sifflantes sur « Howlin’ With the ‘Pac » qui rendent la musique un peu plus dynamique. On peut aussi encourager un coté un peu plus speed esquissé sur « Shadow Empire » et un solo qui nous fait décoller un peu sur « Titan ». Finalement, c’est l’instrumentale « Reign Of the Hammer » qui me parait musicalement la plus expressive avec un jeu mélodique sympa et des riffs moins communs. L’absence de voix doit participer à cette préférence car il faut dire que, sur cet opus, la voix est peu émotive et Joacim Cans semble être passif.

Ce dernier album n’a donc pas grand-chose d’épatant, voire même rien du tout. Les 11 titres semblent éternels et, arrivé à la fin de l’album, on attend toujours notre claque dans la tête. Le cd est d’autant plus difficile à apprécier que je trouve le son moyen pour un groupe qui tourne dans les studios depuis 1997 : la production est donc à revoir également. Que le marteau frappe par Thor !


1. Threshold
2. The Fire Burns Forever
3. Rebel Inside
4. Natural High
5. Dark Wings, Dark Words
6. Howlin’ With The ‘Pac
7. Shadow Empire
8. Carved In Stone
9. Reign of the Hammer
10. Genocide
11. Titan

Les autres chroniques