Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Muse

Origin of Symmetry

LabelNaïve
styleRock progressif
formatAlbum
paysUK
sortiejuin 2001
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

A peine deux ans après la sortie de leur premier album Showbiz, le trio anglais le plus célèbre du Royaume-Uni en remet une couche avec la sortie du plus controversé Origin of Symmetry. En effet, là où Showbiz se démarquait de par son caractère novateur, Origin of Symmetry tend plus vers une multiplication des singles commerciaux, bien plus encore que son prédécesseur, plus sombre.

Disposant d’un budget bien supérieur, le son de ce nouvel opus est tout d’abord bien meilleur, la portée de chaque instrument est décuplée et le rendu, notamment lors des passages plus agressifs, confère un côté live aux titres. Cette nouvelle orientation auditive permet aux anglais d’affirmer leur côté rock progressif, tout en incorporant de nombreuses nouveautés, notamment des incrustations électroniques.
Dès New Born, le groupe se démarque de leur passé sans pour autant le renier. A l’égal de Sunborn (titre introductif de leur précédent opus), le morceau débute par une sublime intro au piano (la basse en plus, cette fois). Pourtant, les mélodies s’allongent, se développent, se propagent avant que la guitare tranchante de Matthew Bellamy ne vienne fendre cette douceur cristalline tel le déchirement d’un éclair dans la nuit profonde. Désormais, le piano / clavier de l’autodidacte « chanteur – guitariste – compositeur » sera bien plus présent comme l’atteste le titre suivant Bliss où les claviers sont extrêmement présents. Ce dernier s’est par ailleurs largement amélioré en deux ans, ce qui ajoute une force supplémentaire à l’album. Les nappes de mélodies au piano sont donc toujours aussi transportantes, si ce n’est plus que sur Showbiz comme l’atteste la sublime Space Dementia où le chanteur fait des prouesses de technicité au clavier. Toujours dans ce morceau, le groupe s’amuse à ajouter plus d’éléments électroniques avec des sonorités spatiales à la fin du titre.

La rythmique des compos, désormais plus diversifiée, devient plus enlevée, plus rock mais les mélodies envoûtantes nous replongent dans la réalité. Ainsi, le groupe puise tant ses influences dans le rock des Pink Floyd, que dans la pop anglaise, le classique de Schuman ou le metal progressif, pour nous pondre cette musique aux allures de rock progressif voire neo-prog.
Musicalement parlant, chacun des membres s’est amélioré et dispose d’une plus grande prépondérance dans le rendu final. Les lignes de basses sont mises en exergue (Plug In Baby), la batterie se veut plus rapide, les cymbales sont plus usitées que par le passé… Bref, le groupe se tourne désormais vers un rock moderne aux aspérités proches de la pop, mais se démarque complètement de leur pop / rock d’antan. Preuve en est un morceau comme Citizen Erased.
Au rayon des améliorations, on remarquera que le timbre de voix de Bellamy s’est largement affirmé, le guitariste a pris de la bouteille, sa voix n’est plus aussi hésitante et son panel vocal est désormais encore plus varié, pouvant descendre encore plus bas dans les aigus ou moduler sa voix !

Seul point noir dans ce tableau idyllique, la reprise de Feeling Good, très décevante. Le groupe a voulu innover en reprenant le titre à sa sauce, rendant le morceau moins percutant. Toutefois, face à des tubes interplanétaires comme New Born, Space Dementia ou Plug In Baby, on oubli très vite ce morceau...
Enfin, l’album se conclut sur un titre très lent où influences argentines, britanniques et orgue se mêlent.

Là où Showbiz propulsait Muse en haut des charts, Origin of Symmetry envoie Muse au panthéon des artistes de la fin du XXème siècle - augmentant au passage son nombre de détracteur - grâce à une forte évolution musicale sans pour autant s’éloigner leur trame musicale dressée depuis l’EP Muscle Museum. Les mélodies des anglais sont toujours aussi sublimes et envoûtantes, mais le groupe table désormais sur un rock progressif et non plus sur des influences très pop british. Le meilleur album du groupe, incontestablement à mes yeux !

1. New Born
2. Bliss
3. Space Dementia
4. Hyper music
5. Plug In baby
6. Citizen Erased
7. Micro Cuts
8. Feeling Good
9. Screenager
10. Dark Shines
11. Megalomania
12. Futurism* (japan version only)

Les autres chroniques