Live reports Retour
dimanche 24 janvier 2016 - Schifeul

The Black Dahlia Murder + Benighted + Colossus à Dunkerque

Les 4 Ecluses - Dunkerque

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

affiche the black dahlia murder + benighted dunkerque

Niveau concert, ce début d’année 2016 est marqué par une des tournées les plus excitantes depuis un bon moment. The Black Dahlia Murder et Benighted se retrouvent ensemble sur une même affiche afin de retourner l’Europe ! Et ce, sur 24 dates dont 4 dans l’hexagone qui présentent, en plus de ce package fort achalandé, les deathtecheux de Gorod. Bon en fait suite à la tendinite d’un de leur guitariste, les Bordelais sont contraints d’annuler, mais reste qu’il est impossible de rater ça ! Direction Dunkerque donc, pour la première date où pas mal de monde a dû se faire cette même réflexion, les 4 Écluses affiche rapidement complet, laissant du monde sur le carreau.

C’est donc Colossus qui remplace Gorod au pied levé pour l’ouverture du concert de ce soir. Leur death moderne à l’air de plutôt faire mouche sur le public déjà bien fourni. Faut dire le groupe joue quasiment à domicile ce soir et de nombreuses personnes présentes sont déjà familières avec leur musique. N’étant toujours pas grand fan de la musique du groupe, je mate ça de loin et me préserve pour la suite des événements.

Et elle arrive avec Benighted, visiblement très heureux de revenir à Dunkerque 5 ans après leur date avec Kronos et Malevolant Creation, qui va nous servir un enfilage de mandale en guise de concert ! Déboulant sur la carabinée Collection Of Dead PortraitsBenighted va en 1/4 de seconde mettre les 4 Écluses sens dessus dessous grâce à un public au taquet qui ne se fait pas prier pour mosher et répond présent aux moultes demandes de circle pit et wall of Death. Les titres s’enchaînent dans une ambiance moite et virile avec les hymnes aux rossages et à l’étrillage que sont les Let the Blood Spill Between My Broken Teeth,Carnivore Sublime et Swallow “une chanson qui parle de Rock’n’Roll". La chaleur est telle que des flaques de sueur se forment sur scène, ce qui fait qu’entre deux morceaux Julien manqua de se casser la margoulette en glissant sur une flaque. C’est ça de faire le va-nu-pieds, mets des chaussettes !

Le line-up sur cette tournée est assez spéciale. En effet Gab est remplacé par Fabien Desgardins, qui officie également dans Infected Society ainsi que Carnival In Coal tandis qu’à la basse, Pierre Arnoux à été remplacé en dernière minute par Charles de Walking Dead Orchestra. En outre, Kevin joue ici sa toute dernière tournée avec Benighted. Mais ne boudons pas notre plaisir, malgré ces aléas Benighted reste une énorme puissance de frappe avec un Julien toujours aussi impressionnant au chant et un Kevin qui démontre une fois de plus tout son talent dans le poutrage de gueule. Seule l’absence de Gab se fait entendre, car tous les solos sont réussis à la perfection (bisous mec <3).

Bon, je vais faire mon vieux râleur, mais encore une fois, il est dommage que les vieux albums passent à la trappe. On aura ici rien d’antérieur à ICON, qui ne sera représenté que par le titre Slut. Même Collapse, qui jusque-là avait réussi à rester dans la course, s’est fait tèj comme un chassieux. Mais comme je l’ai déjà dit, les titres joués sont tellement efficaces qu’on ne va pas leur en tenir rigueur bien longtemps ! Même si, bon, Fœtus les mecs… Enfin bref, Benighted, j’ai arrêté de compter le nombre de fois où je les ai vus après 20, et c’est toujours la fessée cul-nu.

Tracklist : 
Collection Of Dead Portraits
Experience Your Flesh
Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
Carnivore Sublime
Slut
Fritzl
Defiled Purity
Swallow
Asylum Cave
Jekyll

Après une courte intro, The Black Dahlia Murder monte sur scène pour interpréter Reiceipt, titre d’ouverture d’Abysmal, sont dernier album. Et je me dois, malheureusement, d’admettre que ce premier morceau passe plutôt moyennement sur les planches des 4 Écluses. Pas qu’il soit mauvais, non, mais faut bien avouer dans un premier temps, qu’après la folie furieuse de Benighted, tout parait forcement fade ! Ce n’est donc pas un morceau peu connu du public qui déclenchera les passions.

Mais la donne change totalement dès le deuxième morceau, car The Black Dahlia Murder décoche son surclassique What a Horrible Night to Have a Curse et c’est parti pour donner du horns up à qui mieux-mieux en remuant les bras durant plus d’une heure. The Black Dahlia Murder joue ce soir un set qui va enchaîner tous les classiques du groupe, piochant dans toute leur disco et en faisant la part belle à Miasma, qui était pourtant un peu mis à l’écart sur les dernières tournées. Le dernier album est lui aussi mis à l’honneur, même si les quatre morceaux joués ne pèsent pas lourd à côté des 7 d’Everblack qui étaient proposés lors de la tournée de cet album. Quatre titres d’Abysmal donc, qui passent rudement mieux en live une fois que l’on est bien chaud, en particulier le très rapide Threat Level n°3.

Alors que je dandine du cul au premier rang sur Elder Misanthropy, je remarque que l'ambiance est nettement moins folle que pour Benighted. Chose plutôt logique, je trouve, déjà parce que la musique des Français est bien plus brutale et à du complétement vidé certaines personnes. Mais on est en France et les Stéphanois sont une veritable pointure dans leur pays, peut être plus que TBDM en terme de popularité, à voir donc à l’étranger si la donne est differente. Mais cela ne gêne absolument pas Trevor qui demande du bruit pour Benighted, dont il se présente comme un grand fan. Ce qu’on avait déjà deviné, car le gaillard se pavane avec un short du groupe.

Sur scène, on peut noter qu’ici aussi il y a du changement de line up, car Ryan Knight a cédé sa place à un gaillard qui se touche tout autant avec sa guitare. Trevor lui, reste toujours fidèle à lui-même sur scène, arborant un sourire et une grosse patate durant tout le concert. Il va tour à tour tendre son micro pour permettre les sing along, se servir de la scène devenue une patinoire de fluide corporel pour exécuter quelque pas de danse tout en glissade et souplesse ou encore aller toucher du doigt le t-shirt d’un mec pour donner un signe d’approbation sur le groupe représenté. Il prendra aussi le temps entre certains titres de balancer vite fait le sens de ceux-ci à base de "c’est l’histoire d’un mec qui tue des gens en leur foutant des bouts de bois dans le cul" ; "ça parle de transformation en loup-garou" ou encore de "cette sensation quand vous enfoncer votre bite de Français dans un cadavre". Le reste du groupe fait clairement le taff, Brian est toujours aussi espiègle contrairement à Max qui à l’air trop défoncé pour faire autre chose que jouer. Alan lui démontre qu’il est parfaitement intégré au groupe et que niveau batterie, cette tournée est définitivement une grosse branlée.

Après la plus belle chanson d’amour du monde, Deathmask Divine et l’éternel I Will Return, The Black Dahlia Murder quitte la scène ne me laissant que l’envie de les revoir au plus vite. Ça tombe bien ça sera pile 15 jours après.

Tracklist :
Receipt
What a Horrible Night to Have a Curse
On Stirring Seas of Salted Blood
Threat Level No. 3
Vlad, Son of the Dragon
Moonlight Equilibrium
Elder Misanthropy
Abysmal
Funeral Thirst
Everything Went Black
A Vulgar Picture
I'm Charming
Raped in Hatred by Vines of Thorn
Miasma
Statutory Ape
Deathmask Divine
I Will Return