Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Bled

Pass the Flask

LabelFiddler Records
styleEmocore à tendance Hardcore
formatAlbum
paysUSA
sortiejuillet 2003
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Connu depuis 2001 environ et leur tournée dans tous les Etats-Unis avec Dillinger Escape Plan, Thrice et un peu plus étonnant Midtown (pop punk), The Bled sort en 2003 un nouvel opus qu’ils nomment « Pass The Flask » (avec une pochette collant parfaitement au titre).

On ne peut pas définir le style de The Bled comme ça, tant il est rempli d’influences diverses. Certes, ça reste dans l’esprit rock hardcore metal mais ça prend tous les genres présents dans la fourchette. C’est ça qui est remarquable, un groupe qui par sa qualité arrive à toucher à tout avec une telle dextérité, vraiment c’est excellent. En plus, la production est un chef d’œuvre, Monsieur Beau Churchell (accessoirement guitariste de Saosin), qui fait ici un travail impressionnant, réussissant à raccorder tous les instruments avec la voix de James Munoz.

Cette voix qui peut être magnifique dans « Porcelain Hearts And Hammers For Teeth », ou alors totalement saturée et criée dans « Get Up You Son Of A Bitch Cause Mickey Loves Ya » et dans « Spitshine Sonata », où il pousse des cris déchirants, et à la fois très beaux. En fait, James crie dans toutes les chansons, mais c’est comme si il avait plusieurs façons de hurler selon les morceaux, comme si son cri s’adaptait au style de la musique produite. Il est tout simplement bluffant.

Les différentes chansons de « Pass The Flask » appartiennent à deux styles différents : un style proche du metalcore et du hardcore à certains moments et plus mélodieux, plus sensible, en bref plus émo et plus pop.
« Get Up You Son Of A Bitch Cause Mickey Loves Ya » est exemple flagrant du premier mélange. Ca part dans tous les sens, je ne trouve pas que ce soit une de leurs meilleures chansons, mais bon, c’est un hardcore ultra rapide où le but du groupe était probablement de faire le plus de bruit. La piste est très courte seulement une minute et 30 secondes. Dans ce style on a aussi un morceau et surtout le pont (« Red Wedding ») qui se rapprocherait plus de From Autumn To Ashes dans leurs parties très brutales, ou encore « Ruth Buzzi Better Watch Her back » qui me fait penser à du Norma Jean avec un poil plus de mélodie.
Du coté émo, on a du gros morceaux, deux sont particulièrement à écouter : « I Never Met Another Gemini » et « Porcelain Hearts And Hammers For Teeth ». La première serait plus émocore, alors que la deuxième et son début au chant clair sublime, est à classer dans l’émo. Le point commun des deux chansons, c’est leur moments calme, relaxant, avec des guitares beaucoup moins violentes que sur le reste de l’album, limite pop, accompagnées par la voix impressionnante de James. On peut quand même remarquer qu’il s’illustre plus dans « Porcelain Hearts And Hammers For Teeth », qui est au passage ma piste préférée sur « Pass The Flask » (et celle qui plaira le plus aux fans d'émo). Toute la sensibilité de The Bled se ressent dans cette très belle chanson, où les cris s’accordent parfaitement avec les guitares, tantôt pop puis très lourdes.
De plus, on peut aussi louer le groupe pour la diversité de ses morceaux, pas un riff ne ressemble à un autre riff présent sur une autre piste. La qualité de l’écriture est impressionnante tout comme l’album d’ailleurs.


1. Red Wedding
2. You Know Who's Seatbelt
3. I Never Met Another Gemini
4. Ruth Buzzi Better Watch Her Back
5. Sound of Sulfur
6. Porcelain Hearts and Hammers for Teeth
7. Get Up You Son of a B****, Cause Mickey Loves Ya
8. Spitshine Sonata
9. We Are the Industry
10. Nothing We Say Leaves This Room

Les autres chroniques