Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

The Bled

Found in the Flood

LabelVagrant
styleEmocore
formatAlbum
paysUSA
sortieaoût 2005
La note de
U-Zine
8.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après la sortie de « Pass The Flask » en 2003, The Bled revient sur le devant de la scène avec « Found In The Flood » cette année. Est-ce que les cinq américains allaient nous pondre un Cd beaucoup plus calme comme l’a fait leurs confrères de label, From Autumn To Ashes, ou alors un Cd totalement hardcore à la Evergreen Terrace ? Voila la question qui me tournait en tête avant de mettre « Found In The Flood » dans mon lecteur. Et elle a même fini par se transformer en appréhension parce que j’attends beaucoup d’une formation avec autant de potentiel.

Dès la première chanson, « Hotel Coral Essex », je me sens un peu rassuré je me dis que même si ce n’est pas l’évolution que j’attendais, The Bled n’a pas sombré dans la facilité pour nous sortir une pâle copie de « Pass The Flask ». L’évolution dont je vous parle c’est bien sûr celle d’Evergreen Terrace, en effet ce premier morceau, malgré son intro jouée au piano, est très teinté metalcore mélodique, avec des guitares très lourdes, un rythmique de la batterie assez punk et donc très rapide, en bref une chanson très agréable avec ces deux moments de « pause » où la voix si particulière de James Munoz devient chantée et les instruments se calment pour ensuite repartir de plus belle. Et ça continue avec la piste suivante qui est dans le même genre, sauf que l’influence vient plus du hardcore destructuré, le rythme et la voix un peu aigue dans les cris me faisant penser à Mindless Self Insurance.

Et à la troisième chanson, « My Assassin » (premier single de « Found In The Flood »), je me rends compte que mon premier jugement est totalement erroné. Ce morceau est tout simplement génial, c’est un modèle d’émo (émocore). Il est beaucoup plus accessible que les deux premiers, il met totalement en valeur James Munoz dont la voix est impressionnante. Je ne sais pas si je peux trouver un mot pour la décrire, il peut tout faire avec, ses cris sont sublimes et déchirants ce qui rajoute à une tristesse ambiante déjà présente dans les compositions de The Bled, il peut aussi chanter comme il le fait si bien dans ce morceau (mais aussi dans le suivant, « Antartica »). Les refrains du premier single sont totalement hachés ce qui rend vraiment très bien et contraste avec les couplets très émo, avec des guitares calmes, et une voix posée.

Après cette chanson je crois avoir entendu tout ce qu’il y a de magnifique dans « Found In The Floud », mais absolument pas, il y a encore mieux dans « Antartica » qui pendant les 2 premières minutes ressemble à du Muse, tant par la voix que par les instruments, puis on entend en retrait des cris de Munoz. Puis ceux ci deviennent de plus en plus présents jusqu’à s’imposer en fin de chanson. Je crois que géniale et sublime sont les mots qui correspondent le mieux à cette piste. On retrouve ce style très émo dans « Daylight Bombing », dont la transition avec la chanson précédente montre tout le talent de producteur de Mark Trombino.

Le reste de l’album est plus dans le genre de « Hotel Coral Essex » avec, il faut le dire, une très grosse présence du clavier jouer par celui qui aussi a la casquette de batteur, Mike Pedicone. On le ressent notamment sur « She Calls Home » ou encore sur « The Last American Cowboy » dont les riffs sont absolument énormes.
The Bled a rempli toutes mes attentes, faisnant même mieux que sur « Pass The Flask » et rendant même leur musique plus accessible.


1. Hotel Coral Essex
2. Guttershark
3. My Assassin
4. Antarctica
5. She Calls Home
6. The Last American Cowboy
7. Daylight Bombings
8. Millionaires
9. With An Urgency
10. I Don't Keep With Liars Anymore

Les autres chroniques