Chronique Retour

Album

12/05/15 - S.A.D.E

George Kollias

Invictus

LabelSeason Of Mist
styleDeath Metal
formatAlbum
paysGrèce
sortiemai 2015
La note de
S.A.D.E
5/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Accueilli dans le Panthéon des cogneurs de l'extrême depuis son arrivée au sein de Nile, George Kollias est incontestablement un des batteurs les plus rapides et les plus techniques de la scène metal. Son jeu alliant vitesse, précision et brutalité, il a cette fois décidé de le mettre au service de ses propres compositions en se lançant dans un projet solo où il s'occupe de tout : batterie bien sûr, mais aussi guitare, basse, chant, le Grec s'occupe de tout sur Invictus.

Quand on lance la galette, une fois passée l'intro de circonstance, on se prend une bonne leçon de brutal death moderne avec le morceau éponyme : petits effets de cymbales à la Behemoth sur des accords flottants, avant une construction sur les toms pour mettre en place un riff bien imposant qui se trouve logiquement amplifié d'un bon gros blast pour être bien sûr que l'on comprenne que ça va cogner. Ensuite, c'est tapis de double ultra rapide entrecoupé des fameuses descentes de toms à la Kollias, celles où il marque chaque temps d'un coup de grosse caisse. Accueil classique mais efficace pour ce premier morceau, mais rien d'hyper transcendant non plus.

Et c'est bien le problème de l'album dans son ensemble qui affleure déjà : zéro surprise. Là où faire un album solo différent de ce qu'il fait avec son groupe aurait pu être tentant, Kollias fait la même chose, mais tout seul. Pourquoi pas, s'il fait ce qui lui plaît tant mieux, mais quand même un poil d'originalité n'aurait pas été de refus. N'empêche que si cet Invictus est un Nile sans l'Egypte, il bastonne comme il faut. Kollias reste une machine à la batterie, c'est chirurgical au possible, chaque break est une tuerie. Il y a quand même quelques petites touches personnelles, les rythmiques un peu ritualistes du début de Aeons Of Burning ou de Treasures Of Nemesis. Globalement, les compos sont chargées, on tape dans les plus de cinq minutes de moyenne et clairement, vu la densité du propos, on est proche de la saturation rapidement. Et même si les riffs ne sont pas les plus mémorables, la virtuosité du bonhomme à la batterie reste suffisante pour fournir un intérêt à l'ensemble de l'album. Mais encore une fois, Kollias, seul maître à bord aurait pu se permettre quelques petites infidélités au death metal, mais malheureusement non, son style de jeu ne bouge pas d'un iota et c'en est presque frustrant lorsqu'on sait qu'il doit avoir dix fois le niveau technique pour proposer n'importe quelle autre approche de l'instrument. Alors encore une fois, il fait bien comme il veut le monsieur, mais ça reste triste de le voir s'enfermer dans un style qu'il a déjà retourné avec son groupe principal.

Sur des morceaux comme Shall Rise Shall Be Dead ou Epitaph on sent bien la volonté de matraquage en bonne et due forme, clairement c'est la pure branlée auditive et ça fait du bien. Mais se manger un tel rouleau compresseur sur presque une heure, c'est quand même dur à avaler. Et l'ajout, à la pertinence discutable, de samples en arrière plan (Voices, Buried Under The Flames) développe encore de l'épaisseur et arriver au bout de l'album d'une seule traite est quand même ardu.

Invictus n'est pas mauvais, mais il ne brille pas par son originalité. Et vu la démarche de Kollias, produire un album solo, quitter les contraintes de Nile pour au final faire exactement la même chose, c'en est presque décevant. A quoi bon faire tout seul ce que l'on fait mieux à plusieurs ? Tout au long de l'album, la batterie est imparable, forcément, mais le reste sonne malheureusement comme du sous-Nile, des riffs moyens, des solos dépourvus d'originalité, une voix sans variations et une production death moderne sans grande personnalité.

Tracklist de Invictus :

01. Echoes of Divinity
02. Invictus
03. The Passage
04. Aeons of Burning Galaxies
05. Shall Rise/Shall Be Dead
06. Voices
07. Treasures of Nemesis
08. Apocalypse
09. Epitaph

10. Through Empty Eyes of Light
11. Buried under the Flames