Live reports Retour
mercredi 12 mars 2014 - Schifeul

Loudblast + Benighted : Brutale Coalition - Paris

Le Divan Du Monde - Paris

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

2ème round ! (Le premier par ici ) Ce soir, ça se passe en face de chez Michou car c'est le nouveau Casino que notre Brutale Coalition va retourner ! Et je suis pas le seul à me faire les deux dates, je reconnais quelques tête dont celle de Raymond Domenech ! On sent que ça va être la teuf ce soir !


Cette fois, c'est Fleshdoll qui ouvre le concert, comportant dans ses rangs Sam, ancien batteur de Gorod et aussi une sorte de Vadino de l'Homme Puma avec plus de bide, à la guitare. Première fois pour ma part que je me confronte à la musique des Toulousains et je dois dire que je suis plutôt sous le charme de leur death metal super efficace ! On headbangue bien et le groupe donne tout ce qu'il peut tandis que la salle commence à bien se remplir. Leur chanteur n'hésite pas à descendre dans la fosse pour remuer un peu tout le petit monde. On aura même droit à une petite reprise de Stripped, Raped, Strangled de Cannibal Corpse pas piquée des hannetons : bonne découverte donc et une première partie beaucoup plus cohérente que celle de la veille !

Benighted envahit ensuite la scène. Pour le groupe, c'est simple, on repart sur les même bases que la veille : avalanche de grosses tatanes dans la gueule te donnant l'impression d’être un cycliste face à un TGV Paris-Mulhouse. Les nouveaux titres passent parfaitement bien en live (dont certains déjà très bien assimilés par les fans) et les anciens à l'image de Collapse nous titillent le cerveau reptilien et on ne pense plus qu'à headbanguer ou à détruire toute vie autour de nous. Le groupe est en grande forme avec un Kevin magistral comme à l'accoutumée, le tout servi par un son de tueur.

Ayant toujours d'excellents souvenirs du groupe et du public de Paris, que ce soit à la Scène Bastille, au nouveau Casino ou encore justement au Divan du Monde, je m'attendais à quelque chose de différent de la veille niveau public et ce fut le cas. Salle bien remplie, audience qui réagit au quart de tour et mange dans la main de Julien, circle pit, stage diving et wall of death à profusion, chacun se déchaîne à qui mieux mieux dans le pit : voilà un vrai public pour Benighted ! Bon, en contrepartie, souvent la contrebalance du karma quand on commence à passer un excellent concert, je me tape deux relous... On va appeler ça des Immondes Connards Puant tiens. Déjà parce que ça leur va bien, mais aussi parce que la set list est la même que la veille donc toujours pas de titres d'I.C.P. à l'horizon, flûte !

Après avoir vu Benighted deux soirs d'affilée, il est temps de faire le bilan sur son nouveau line-up. Pour avoir déjà vu Adrien à l’œuvre plusieurs fois, en tant que remplaçant de Gab durant leur tournée avec Morbid Angel, mais aussi en membre permanent lors du warm-up, je savais qu'il n'aurait aucune difficulté à prendre le relais de Liem. Il sublime même son poste en lui apportant un plus de par son énergie sur scène, car, contrairement à son prédécesseur qui restait pas mal dans son coin, Adrien arpente la scène en long et en large, a un jeu très visuel et jouis d'une parfaite entente avec son homologue Olivier. On peut ajouter à ça ses backing vocals apportant une touche hardcore au tout. Nan, le vrai questionnement venait du côté de la basse car passer après Candy n'est pas une mince affaire. Bon c'était obligé, tout le coté fifou passe à la trappe : ça slamme pas, ça va pas jouer au milieu du pit et ça n'éclate pas d'arcades sourcilières à coup de basse mais c'est carré, ça bouge ce qu'il faut pour rester dans la dynamique du reste du groupe et surtout, n'oublions pas que c'est sa première tournée avec les gaillards ! Gageons que d'ici quelques temps, ça risque de péter bien plus que ça !

X2Y
Noise
Let the Blood Spill Between My Broken Teeth
Collapse
Experience Your Flesh
Carnivore Sublime
Prey
Collection Of Dead Portrait
Fritzl
Jekyll
Slaughter/Suicide
Slut



Toujours difficile de passer après ça mais c'est pas à un vieux singe qu'on apprend à manger des limaces et Loudblast passe l'épreuve sans souci :le public continue sur sa lancée à foutre un bordel monstre. Observant tout cela du balcon, je peux constater que ça tabasse dur sous la lourdeur de leurs titres et qu'en aucun cas, ils n'usurpent leur statut de légendes du death français. C'est au milieu du set que j'ai pu assister à un moment ma foi, assez cocasse ! En effet, un jean foutre décide de monter sur scène comme un demeuré en donnant un coup dans le pied de micro, ce qui oblige Stéphane à reculer sèchement pour ne pas se faire péter les incisives. Mais alors que le paltoquet se fait dégager Hic et Nunc tête la première, le morceau touche à sa fin. Du coup, au moment où le museau de la tête d'ahuri du malpoli fait plus ample connaissance avec le sol du Divan du Monde, notre bon Stéphane éructe un énorme « Yeeeeaaaaah » rageur : putain de BEST TIMING EVER !

Blague à part, je dois bien avouer que ces deux concerts des Loud' m'ont fait changer d'avis sur le groupe et il va définitivement falloir que je me penche sérieusement dans un avenir proche sur leur discographie afin de remédier à ce manque ! Pas de reprise de Sepul' cette fois car au Divan les horaires sont strictes : à 22h30, tout le monde au dodo ! Haaa Paris...

Steering for Paradise
Flesh
Emptiness Crushes My Soul
From Dried Bones
Never Endin' Blast
Frozen Moments Between Life and Death
The Abstract God
The Bitter Seed
A Bloody Oath
Taste Me
The Horror Within
Sublime Dementia
Cross the Threshold
My Last Journey

 


En conclusion de ce périple, il en ressort clairement que cette tournée était le gros truc de ce début d'année, deux groupes qui ont enchaîné les prestations de haute volée et qui prouvent que le Death metal français se porte très bien, le tout dans une excellente ambiance. Pour les fifous qui ont tenté les deux dates, il en ressort que pour Eragny, on a eu droit à un côté plus intimiste, avec des musiciens très abordables et une ambiance très bon enfant. Dommage pour le peu de réponses du public et l'inverse pour Paris : davantage dans l'urgence, grosse salle et un public survolté. Deux configurations différentes mais deux excellentes soirée durant lesquelles j'ai pu redécouvrir Loudblast et changer en bien mon avis sur le groupe. Enfin, j'ai définitivement la preuve que Benighted, je m'en lasse toujours pas, même au bout de la 20ème.