Chronique Retour

Album

20/02/15 - S.A.D.E

Carach Angren

This Is No Fairy Tale

LabelSeason Of Mist
styleBlack Metal Symphonique
formatAlbum
paysPays-Bas
sortiefévrier 2015
La note de
S.A.D.E
7/10


S.A.D.E

Chroniqueur doom, black, postcore, stoner, death, indus, expérimental et avant-garde. Podcast : Apocalypse

Après avoir narré les légendes et contes fantastiques dans leurs deux premiers albums, les Néerlandais de Carach Angren s'étaient attaqués aux traumatismes de la guerre avec leur dernier album en date Where The Corpses Sink Forever. De retour dans les bacs en 2015, le trio de black metal symphonique, désormais bien installé dans la scène, propose une réécriture d'un conte connu de tous : Hansel et Gretel.

Depuis son premier album Lammendam, le groupe se fait porte parole des récits populaires qui hantent encore les sociétés modernes. Cette fois ils choisissent d'inclure un conte classique dans un univers contemporain. L'intro est sur le format classique de ce que fait le groupe, une mise en ambiance au travers d'une musique très cinématographique (Tim Burton plane au dessus de Once Upon A Time) avant de plonger au coeur de l'histoire. There's No Place Like Home présente le contexte : un père alcoolique, une mère accro à l'héroïne et les pauvres gamins qui tentent de vivre tant bien que mal au milieu des violences conjugales. Bienvenue au 21eme siècle.

Musicalement on est en terrain connu, riffing black metal très acéré et précis, appuyé par une batterie millimétrée. Les orchestrations, à connotations très baroques, sont toujours aussi travaillées, avec une très grosse présence des cordes donnant volume à l'ensemble. Si l'album est très homogène, certains titres sortent un peu plus du lot : The Witch Perished In Flames avec ce passage où le charley passe en contre temps donnant un groove surprenant ou encore Possessed By A Craft Of Witchery agressif au possible tout en développant des mélodies aériennes avec les orchestrations. C'est sur ce genre de piste que l'on sent la production extrêmement soignée et mesurée de l'album, tout s'harmonise sans effort et chaque petit détail ressort grandi.  

Carach Angren a toujours joué sur la théâtralisation de sa musique, notamment au travers du chant. Mais ce genre d'approche nécessite un équilibre subtil où l'excellent n'est jamais loin de l'exagéré. Et par moments on franchit la frontière du mauvais côté, notamment sur la séquence de la mort de la mère des enfants dans When Crows Tick On Windows, Seregor pousse des cris trop forcés, le tout accompagné de violons larmoyants. Passage vraiment trop kitsch. Là où le procédé purement narratif fonctionne très bien en revanche, c'est sur l'interlude Dreaming Of A Nightmare In Eden, diction chuchotée sur une musique inquiétante, avant une montée dans la folie (c'est la sorcière qui parle à ce moment-là), l'effet est bien plus intéressant.

This Is No Fairy Tale est dans la pure continuité de ce que propose Carach Angren : un black metal symphonique techniquement impressionant tout en étant suffisament accessible pour toucher large. Pas de surprise à ce niveau-là, on sait où on pose les pieds. Sans être une redite de ce que le groupe a déjà fait, ce quatrième album ne change pas d'un iota la formule. Mais la musique proposée est si riche et si travaillée qu'il y a de quoi se taper un paquet d'écoutes avant d'être lassé, même si l'on connaît le reste de la discographie du groupe. This Is No Fairy Tale n'est pas sans défaut, mais pas de faux pas majeur et surtout une qualité toujours au rendez-vous. Ceux qui n'aimaient pas n'aimeront pas plus, pour les autres, allez-y.

Tracklist de This Is No Fairy Tale :

1. Once upon a Time
2. There's No Place Like Home
3. When Crows Tick on Windows
4. Two Flies Flew into a Black Sugar Cobweb
5. Dreaming of a Nightmare in Eden
6. Possessed by a Craft of Witchery
7. Killed and Served by the Devil
8. The Witch Perished in Flames
9. Tragedy Ever After

Les autres chroniques