Interviews Retour
lundi 16 février 2015 - Schifeul

Darkall Slaves

Markus, Got, Alex, Mupp's et Mattis

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Darkall slaves vient de sortir chez Permeated Records son premier album Transcendental State Of Absolute Suffering, je les ai donc choppé alors qu'ils revenaient du Antwerpen Deathfest afin de revenir sur cet album et l'histoire du groupe . Le tout entre deux verres et dans la chaleur et la proximité d'une voiture.

Salut les Darkall Slaves! Pour commencer on va faire dans le classique, est-ce que vous pouvez nous présenter votre groupe?

Markus(chant) : On est Darkall Slaves, on vient à l'origine de Lille, on a été créés en 2005 et on fait du brutal death metal à influence US. Lillois à la base donc, maintenant on est un peu plus disséminés dans toute la France, puisque moi je suis à Paris, il y en a deux à Lille, un mec à Nancy et un mec à Marseille. Donc on va dire qu'on est un groupe français plutôt que de localiser un endroit précis.

Pour notre discographie, on a sorti un promo en 2008, un EP en 2013 après plusieurs changements de line-up et puis là cette année notre premier album Transcendental State Of Absolute Suffering qui sort chez Permeated Records et donc voilà ça nous a pris 10 ans pour sortir ce putain d'album!

Vous avez donc un line-up éclaté dans tout la France, c'est pas trop la merde pour les repet'?

Tous: Si complètement! C'est grave la merde Haha!

Et pour l'enregistrement ça s'est passé comment?

Alex(basse) : Pour l'enregistrement, on avait d'assez vieilles pistes témoins gratte, afin qu'on travaille tous chez soi. On a enregistré la batterie en 2012, chez Gorgore au studio de la forge.

Markus: Gorgore, C'est le batteur d'Agressor, donc tout a été fait de manière professionnelle.

Agressor? Ils sont sur Lille maintenant je crois, ça s'est fait là?

Mupp's ( batterie): Nan c'est à Nancy! Il a aussi joué dans Phasm, il a crée Addicted et c'est lui aussi qui a crée Imperial Sodomy je crois.

Got (guitare): Le reste c'est des pistes qu'on a fait à la maison, sur ma carte son!

Alex: Oui voilà, on s'est ensuite servi des pistes de batterie pour enregistrer les grattes, la basse et le chant.

Got: Ensuite on a fait mixer tout ça chez Tsuntsun production.

Markus: C'est un Russe qui est plutôt spécialisé dans tout ce qui est Brutal Death, il a déjà fait Cerebral Paralysis, qui est son groupe, il a aussi fait Indecent Excision, Cerebral Effusion avec qui on a joué récemment au Deathfest ou encore Soils Of Fate. Donc voilà, c'est un Russe pas trop cher, qui mixe bien et qui est spécialisé dans tout ce qui est brutal.

Mupp's: Même si ça a été super compliqué...

Markus: C'est pas que c'était compliqué, mais disons qu'on avait chacun des expériences limitées en terme d'enregistrement et ..

Got: Et en terme d'Anglais aussi ! Va communiquer avec un Russe qui parle anglais...

Alex: C'était surtout les termes techniques à lui donner, pour la précision, la langue nous a défavorisé. On avait nos propres idées en termes techniques français qu'on a essayé de traduire en Anglais, et parfois on était complètement à côté de la plaque. Du coup, ça a pris beaucoup de temps sur le mastering à cause des incompréhensions.

Mattis (guitare):Puis on savait pas vraiment ce qu'on voulait dès le départ, ça partait parfois dans touts les sens

Alex: Oui y a ça aussi qui jouait, c'est notre premiers album, on avait une idée du son que l'on voulait, mais on naviguait aussi un peu dans des chemins inconnus, de par notre manque d’expérience.

Mupp's: Je pense aussi qu'il y a le fait que par le passé il n'a pas énormément mixé de prod dans notre esprit, il est plus Slam Brutal Death que Brutal Death pur, et nous on voulait un son qui reste naturel...

Markus : Voila, c'est moins aisé de mixer un groupe qui ... bon on va pas dire qu'on est techniques, mais on joue pas non plus deux notes par compo et il y a des groupes qui sont assez simples à mixer. Je pense que pour lui aussi c'était une expérience, quelque chose de nouveau. Du coup, que ce soit pour lui ou pour nous c'était de la nouveauté et donc ça a pris un peu plus de temps que prévu.

La batterie a donc été enregistrée en 2012, du coup les autres pistes de l'album ont été enregistrées et vous en avez tiré l'EP ou ce sont deux sessions différentes?

Markus: Ce sont deux sessions différentes. L'idée de l'EP, c'était de faire un test d'enregistrement, voir où ça nous menait, voir si c'était viable ou pas.

Mupp's : A la base on voulait pas sortir d'EP, mais une promo. Puis c'est Nico de Kaotoxin qui nous a poussé à le sortir en EP

Markus :Voila, le but de la chose c'était vraiment de tester le son, tâter le terrain, voir un peu les retours que l'on aurait et éventuellement voir ce que l'on pourrait améliorer avant l'album. Donc les méthodes d'enregistrement sont assez similaires.

Got : L'enregistrement ce sont les mêmes bases, sauf qu'après on a beaucoup travaillé l'editing et on a fignolé le mix. Donc il y a un peu de travail, si tu écoutes attentivement il y a des micro-variations, mais cela reste quand même fin. C'est vraiment en terme de mix, master et editing plutôt qu'en terme d'enregistrement.

Vous avez mis longtemps avant de sortir ce premier album, c'est surtout dû au fait des changements de Line-up ?

Markus : Voila c'est ça ! Moi je suis arrivé en 2005, Got c'est le membre fondateur, il doit être là depuis, genre, 1992 à peu prêt hahaha ! Il a eu pas mal de changements, quand on a commencé on avait deux percus, un batteur, puis on a changé de batteur...

Comme Slipknot quoi...

Got : Ouais voilà ! Haha ! On a monté le groupe, on était entre potes, on avait un batteur avec pas forcement un bon niveau, puis on a eu un nombre de mecs à ce post t'imagines même pas... Nan mais voilà, au départ c'était vraiment entre potes, on débutait tous dans la musique et on voulait monter un groupe et s'amuser. Le line-up n'en était pas un, juste une bande de potes puis au fur et à mesure ça s'est écrémé naturellement pour diverses raisons puis d'autres membres sont arrivés chacun de leur côté. Il y a eu pas mal de monde et c'est à partir des premiers concerts, dont je ne me rappelle plus la date...

Markus : Le premier vrai concert c'était en 2007 à la Rumeur avec Les Héritiers de la Haine et Stab Your Mistress


Got : Voila, c'est à partir de là que c'est devenu plus sérieux. De toute façon, c'est l'arrivé de Markus qui a marqué le fait que l'on voulait vraiment faire du Brutal Death. Auparavant, on voulait juste faire du metal, on est passé par tout les stades, à commencer par apprendre à jouer ensemble, apprendre à jouer tout court, puis on s'est mis à faire du Thrash... On faisait ce qu'on pouvait en fait, tout simplement ! Puis quand Markus est arrivé il nous a un peu tous convertis au Brutal Death et c'est par là qu'on a voulu partir. Car déjà musicalement, c'est plus intéressant quand tu fais de la musique de partir sur des choses un peu plus techniques, un peu plus bourrines puis on est restés dans ce créneau là. Les gens sont venus se greffer les uns après les autres et maintenant on a un line-up qui tient la route, où tout le monde travaille et voilà où on en est après 10 ans.

Markus : C'est vrai qu'on a mis un peu de temps à trouver les bonnes personnes pour faire cette musique là, y a eu pas mal de changements de line-up parce que les gens n'avaient pas forcement la motivation et le niveau technique pour faire ce style là. Car entre faire des concerts et sortir un album il y a une marche à franchir.

Pour rester sur votre line-up, en ce qui concerne le statut de groupe à deux chanteurs, sur votre album Moots n'est pas présent, Markus tu es juste secondé par deux guests, donc il en est quoi finalement sur votre situation à ce niveau ?

Markus : Si tu veux à l'origine moi je suis parti du groupe entre 2010 et 2012 pour raison professionnelle, j'ai dû descendre à Paris, le groupe est resté à Lille et donc c'est Moots qui a pris le relai. Ensuite on a un peu inversé car il est parti un an en Australie, puis après ça il faut savoir qu'il est un peu moins dans le délire metal.

Got: Voilà, ses priorités sont ailleurs maintenant. Ça reste un très bon pote, qui serait éventuellement ouvert à revenir mais il a d'autres priorités dans la vie. Donc disons que la porte n'est pas fermée et il le sait. En tout cas ça reste un bon pote et il n'hésite pas à nous faire de la pub, on reste en contact. Après le principe de deux chanteurs, même si on est pas fermés à ça ,on y est plus.

Alex : On y est plus, et en fait il y a eu le soucis que Mupp's a quitté le groupe après avoir enregistré ses pistes car on arrivait pas à avancer en plus d'autres raisons. Du coup on a eu un an ½ de latence. D'ailleurs, c'est pour ça qu'on a mis autant de temps à sortir l'EP, mais en même temps c'est grâce à cette latence qu'on a eu l'opportunité de le sortir chez Kaotoxin à la place d'un promo. Moots est parti mais dans le malheur on a eu de la chance car en même temps Markus est revenu ainsi que Mupp's, ce qui a permis de créer un équilibre. Donc si y’ a un deuxième chanteur, ça peut être cool, mais on a maintenant notre dynamique. Donc s’ il revient pour des featurings ou des guests en live, pourquoi pas, mais c'est pas en projet chez les deux parties.

Markus : S’ il veut revenir, il a sa place, mais on est clairement pas dans l'optique de lui chercher un remplaçant. C'est Moots ou personne d'autre.

Mupp's : Pour revenir sur mon départ puis mon retour, il faut savoir que le studio s'est moyennement passé pour moi, j’étais déçu de mes parties, de moi et ça m'a un peu frustré. J’étais un peu dégoûté d'avoir passé autant de temps à travailler et de ne pas réussir à réaliser ce que je voulais. Et en même temps, j'avais un projet professionnel qui me demandait énormément de temps, je devais créer une entreprise et au final, cela ne s'est pas fait. C'est pour ça que j'ai décidé de quitter le groupe. Et puis au fur et à mesure du temps...

Got : Ha on l'a pas lâché pépère ! On l'a travaillé sec !

Mupp's : Ouais voilà ! Mais en attendant j’avais complètement arrêté la batterie, j'ai acheté un appart', j'ai tout casser et tout refait, ça m'a pris un an ½ de travaux. Pendant tout ce temps je n'ai pas touché une paire de baguette. Une fois que c'était fini, j'avais du temps donc j'ai repris les baguettes, Got me rappelait assez régulièrement pour prendre des nouvelles, tâter l'terrain !

Got : Et aussi parce que je t'aime bien enculé !

Mupp's : Voilà haha ! Darkall c'est des mecs en or, on a un très très bon feeling ! Des groupes de ce type, y’en a pas des millions en France, c'est vraiment le délire que j'ai et donc ça c'est refait et on regrette rien !

https://fbcdn-sphotos-g-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfp1/t31.0-8/614396_314254775355335_501058486_o.jpg


Justement, respectivement vous veniez d'où avant d’intégrer Darkall Slaves et comment vous avez connu le groupe ?

Mupp's : A un concert avec un pote, le Mass Deathtruction à Namur en 2008 avec Vital Remain. J'avais déjà un délire brutal death et j’ai découvert Darkall Slaves là, j'ai trouvé ça sympa et à la fin « Tiens ils parlent français » ! Du coup, j'ai été voir Got après le live pour discuter. On s'est recroisés au Houten Deathfest en Hollande. Par la suite, sur myspace tout simplement j'ai vu la malheureuse histoire du deathfist, j'ai renvoyé un mail et ça s'est fait comme ça. J’ai bossé deux morceaux chez moi dont la 8 et le test fut concluant.

Got : Le 8 c'était notre test à l'époque, Dirges for Unequivocal Torture, le premier morceau de l’album.

Mattis : Qui n’a pas fait le test de la 8 ?

Got : Bah tiens Mattis, tu restes dans ton coin depuis tout à l’heure, raconte nous un peu ton histoire !

Mattis : Alors moi j'ai connu Darkall Slaves car je connaissais Markus depuis super longtemps, j’ai essayé d’intégrer le groupe bien avant tout ça mais j’ai été recalé comme une merde !

Markus : Parce que t'avais des putains de cordes de chez Easy Cash enculé ahah !

Mattis : Mais j’ai toujours suivi l’actualité du groupe, j’ai monté d’autres projets à coté et quand j’ai vu que Gerbe partait, j’ai contacté Got pour savoir s’ ils cherchaient quelqu’un et il m’a dit « ouais, mais mec on répète à Paris, est -ce que t’es vraiment chaud ? » je me suis dis on va y allez, on va tester et ça c’est super bien passé !

Alex: Après deux ou trois pipes tout de même !

Got : Il faut quand même préciser, puisqu’il parle de recalage, la première fois qu'il s'est fait recaler, c'était pas une histoire de niveau, c'était uniquement une histoire de matos, de motorisation, de logistique en fait, pas du tout une histoire de niveau. A l’époque on était en galère, pas beaucoup de membres avaient le permis, il habitait St-Omer, du coup, ça le faisait pas trop et quand il est revenu c’était totalement différent.

Markus : A ce moment on était tombé sur Seb qui avait aussi des capacités de mixage, il a fait dans le groupe à la fois guitare, batterie et la batterie programmée et on savait dès le départ que ce gars là avait ces possibilités là. Du coup, on avait le choix entre lui et Mattis qu’on connaissaient mais voilà, à l’époque on était partis sur Seb. Maintenant la situation est différente et le choix de Mattis s’est fait naturellement.

Alex : Alors moi ça n’a rien à voir, faut savoir que Moots c'est une petite starlette, il a une fan page sur facebook et donc beaucoup de contacts et surtout des femmes! Et je sais pas pourquoi, mais il y a aussi ma petite sœur, qui a pourtant un décalage d'âge monstrueux, c'est un bébé encore...

C'est peut être pour ça...

Alex :Me fait pas peur, c'est un Belge hein! Enfin bref, donc ma sœur l'avait en contact, et au départ de Tom, le bassiste précédent, Moots avait balancé une annonce sur facebook comme quoi il recherchait un bassiste. Donc moi à cette époque là j'étais sur la région parisienne et ma sœur après avoir vu ça elle me l'a envoyé directement. Du coup, j'ai contacté Moots, de là j'ai eu le contact de Got et ça a fonctionné, ils m'ont recontacté pour passer le test ultime de la 8. Il faut savoir qu’à l’époque, je balançais des vidéos de funk, car c'est une de mes plus grande inspiration sur mon instrument, j'ai énormément appris à jouer du funk, c’est d’ailleurs pour ça que je fais de la basse car je kiffe le groove. Donc ils ont vu les vidéos, c’est quelque chose qui leur a plu et ça les a convaincu, du coup on a pas mal discuté, on s’est rencontré, on a fait des sessions, le test de la 8...

Got : Qui est passé comme papa dans maman !

Mupp’s : pourquoi la 8 déjà ?

Got : Parce qu’elle était pas trop compliquée, que techniquement y’avait tout là dedans de ce que l'on peut jouer. Donc voila on s’est rencontrés à Paris à l’époque et l’un dans l’autre on a un line-up éclaté qui est totalement ouf car quand tu regardes un peu comment s’est disséminé c’est un peu improbable, mais on tient tous car on est tous passionnés et on travaille tous. Bon pour le moment on répète tous à Paris, une fois par mois quand on a pas de concerts, mais on a un bon gros contact sur facebook, on communique tout le temps, on travaille ensemble. Dès qu'on a des riffs, des idées on les enregistres on se les envoie les uns les autres, on est toujours en contact. Du coup, avant les repèt' on sait déjà ce qu’on va bosser, comment on va le faire et c’est plus que du fignolage.

Mupp’s : Y’a aussi pas mal de choses qui changent forcement, avec le feeling et les idées que l’on peut avoir sur le tas.

Alex : Chacun ramène sa base, Got va composer un riff, Mattis ou moi on va regarder le riff, on va dire : « ouais joue le plus comme ça » La batterie va faire un truc du coup le riff va changer, la structure va changer... Donc on a une base qu’on apporte chacun.

Got : Le but c’est de mixer les idées de tout le monde, personne n’impose ses idées même si moi nativement j’ai toujours composé pour ce groupe, on travaille tous ensemble, tout le monde a son mot à dire et chacun a son importance.

Votre album vient de sortir chez Permated Records, comment ce contrat s’est-il goupillé ?

Markus : A l’origine ce qu’il faut savoir c’est que parmi les acheteurs de notre promo 2008, il y’avait monsieur Stefan Meraner, qui est Italien et est le boss de Permated Records ! Donc ce gars là nous suit depuis pas mal d’années de prêt ou de loin.

Got : Pour l'histoire, on a rencontré au Houten Death Fest Matteo Bazzanella, le chanteur de Neurogenic et Indecent Excision, qui fait d’ailleurs un feat sur l'album, qui se trouve être aussi le bras droit de monsieur Permated, Suite à ce concert, on a parlé avec lui histoire de le rencontrer et de parler un petit peu. Il connaissait le groupe aussi et il a proposé qu'on fasse un deal avec lui et Permated. Au début il savait qu'on était chez Kaotoxin, on lui avait dit et il nous a répondu que ce qu'ils voudraient vraiment c'est qu'on sorte l'album chez eux. On lui dit « ok, voit ce que tu peux proposer ! », Quelques jours après il nous renvoie un mail, il en a parlé avec Meraner, le boss du label, et on reçoit une proposition de contrat de Permated qui nous proposait la totale, le pont d'or ! Sans rentrer dans les détails pour pas dire de conneries c'était clairement avantageux par rapport à ce que l'on avait chez Kaotoxin, on est pas partis pour rien.

Markus : Après il faut préciser qu'on est pas partis uniquement pour une histoire de « il nous offre plus, tac direct on se barre ». C'est plutôt qu'on avait quelques divergences avec Kaotoxin sur certains points, on était en contact avec Meraner depuis un moment, le contrat proposé était vraiment intéressant en terme de copies octroyé au groupe, de merch...

Alex : Après il faut savoir que c'est une histoire de cinq/six mois en fait. Quand on a sorti l'EP, on avait reçu un mail de Permated nous disant qu'ils voulaient nous signer pour l'album. On a jamais répondu car on s'est dit, on est chez Kaotoxin on va pas faire les fils de putes. Mais tout de même ça me tournait dans la tête et on s'est dit il faut quand même leur demander « qu'est ce qu'ils nous proposent ? ». Justement au Houten on s'est vu en vrai, on a pu en parler de vive voix et demander, si tu nous veux, qu'est ce que tu nous proposes ? Car on était un petit peu coincé par rapport à Kaotoxin, on était engagés et on voulait pas là lui mettre à l'envers... Mais on était curieux de savoir ce qu'ils nous proposaient car c'est pas un petit label, ils ont un roster de ouf et on va dire ce qui est : on est pas un gros groupe, on est des petits et du coup c'est curieux de savoir pourquoi un label comme ça s’intéresse à nous et jusqu'où il peut allez pour nous avoir.

Got : Et il nous a lâché le pont d'or ! Au début j'étais un peu réticent par rapport à l'engagement chez Kaotoxin, après on a tous lu le contrat et on c'est dit que s'était une occasion à ne pas rater ! Du coup j'ai recontacté Matéo pour lui dire que c'était super intéressant, mais, est-ce que c'était possible éventuellement de sortir le premier album chez Kaotoxin comme c'était prévu et ensuite de signer chez eux. Là il nous a clairement fait comprendre que c'était ou l'exclusivité du premier album ou le deal ne serait plus du tout le même. Donc c'était maintenant ou jamais. Il a fallu réfléchir, on en a parler entre nous et à l’unanimité on a choisi de prendre l'opportunité. Après pour le groupe, on a envoyé un mail a Kaotoxin pour s'excuser, dire merci. On a essayé de s'expliquer mais il l'a pris un peu pour lui alors qu'on est pas partis à cause de lui mais pour une opportunité plus intéressante pour nous. Depuis il est un peu en froid avec nous mais de notre coté il n'y a aucune rancune, on le remercie encore pour tous ce qu'il a fait pour nous et on lui fait des bisous !

Markus : Dernier point, Permated c'est quand même un label qui nous correspond plus en terme de style, de roster. Il y a beaucoup de groupes qui ont été signés ou qui sont chez eux, je pense à Septycal Gorge, Putridity, Degrade, des groupes qui sont plus dans notre délire Brutal Death, qui nous font rêver. Kaotoxin c'est un bon label, ils ont sorti des bons trucs mais c'est un roster plus généraliste, ils ont du grind, du doom, du black...On se sent un peu plus chez nous sur un label qui soit consacré au Brutal Death à l’Américaine, on est quand même assez peu en France à faire ça et donc on est contents d'être sur un label qui fait précisément ce genre de musique et uniquement ce genre de musique.

Votre album est maintenant sorti il y a quelques mois, vous avez déjà des retours de la part du public ou de la presse ?

Markus : Pour l'instant on a plutôt des bons retours, on a une superbe chronique dans Horns-Up haha ! On a 9/10 chez Xtreem... Pour l'instant, les retours sont plutôt bons, on a pas eû de commentaires négatifs sur l'album pour l'instant. Ça viendra certainement comme pour tout le monde, on s'expose toujours à ça. L'album n'est pas parfait, on sait aussi quels points on doit améliorer donc on aura certainement des chroniques qui seront moins élogieuses mais pour l'instant on a eu que des bons retours, on est plutôt satisfaits, sur les lives c'est la même chose. Et putain après 10 ans on était quand même en attente de ce que les gens pouvaient penser de ses compos là !

Got : Et globalement les gens qui kiffent ce genre de style ont l'air d'apprécier !

Par rapport à vos 10 ans de carrière, votre album reprend tous les titres sortis sur votre démo et votre EP, sauf un, pourquoi ?

Markus :Alors pourquoi on a pas mis Feeding the Absurd, c'est une très bonne question ! Alors c'est très simple ! Si tu veux, Feeding the Absurd c'est une compo qui est très Slam Death. Alors le Slam Death c'est quoi, c'est ce qui est dans le style de Devourment, c'est les grosses parties un peu mosh, les trucs comme ça. Et quand on a sorti le promo, direct on nous a collé l'étiquette « ha ouais ils font du Slam Death ! »

Got : Et on l'a super mal pris ! Haha !

Makus : On l'a un peu mal pris parce que le Slam, c'est une composante de notre musique mais c'est vraiment pas l’intégralité, on considère pas faire du Slam, c'est un élément qu'on apporte à nos compos mais vraiment c'est pas la majorité. Donc on a décidé de pas mettre la Feeding car pour nous c'est une compos qui est trop Slam, ça ne correspond pas à ce qu'on fait aujourd'hui. Quand t'écoutes les dernières compos genre Litany of Martyrs, Abysses of Seclusion, des choses comme ça, c'est plus du tout le même délire que Feeding : il y a beaucoup moins de Slam, c'est un peu plus technique et ça nous paraissait pas être une super idée de la mettre, même si on sait qu'elle marche, que les gens l'aime beaucoup. Ça correspond moins à l'esprit du groupe tel qu'il est aujourd'hui. Peut être qu'à un moment elle reviendra, peut-être sous une forme plus ou moins modifiée. Mais pour l'heure elle n'est pas d'actualité.

Got : Elle nous a donné une étiquette qu'on avait pas envie d'avoir pour ce qu'on voulait faire, et donc sciemment on l'a viré ; même si on est conscients qu'elle marche très très bien en live.

Markus : Puis elle nous saoule un peu à jouer aussi haha !
Got : Comme d'autres mais on va pas rentrer dans les détails. On voulait vraiment marquer le coté Brutal Death, celle là est plus Slam et il fallait trancher la dessus.

 

C'est votre premier album, mais en 10 ans vous avez pu faire masse de concerts, dont des première parties de Gorgasm, Lividity, Vital Remains.. Qu'est ce que ça vous a apporté ce genre d’expériences ?

Markus : Bah clairement, Je vais parler au nom du groupe même si je n'étais plus dedans à ce moment là, la date de Gorgam, c’était un putain de truc ! Gorgasm et Defeated Sanity c'est juste exactement nos influences, c'est les groupes qu'on vénère le plus depuis longtemps et quand bien même on est un peu en froid avec Nico (Kaotoxin) On le remercie de nous avoir invité sur cette putain de date, c'était énorme ! Et pareil pour Lividity, c'est des groupes qu'on aime beaucoup, notre objectif c'est quand même de jouer avec exactement les groupes qu'on aime, comme tous les groupes en fait ! C'est quand même une scène qui est assez petite, y’a pas non plus des masses de groupes de Brutal Death notamment en France, nos références elles sont plutôt étrangères. Donc quand on a l'opportunité de jouer avec ces groupes là, putain c'est clair c'est un kiff absolu !

https://scontent-cdg.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/1044608_409374092510069_310061153_n.png?oh=6df47ace43e3bd732501a72284c4b056&oe=555C4067

Got : Et ça nous donne une visibilité, on a des retours direct ! On a eu aussi, contre toute attente, des retours de quasiment tous les groupes avec qui on a joué, qui venaient nous voir d'eux-mêmes, pour nous dire que vraiment c'était bon! On sort de nulle part, personne ne nous connaît, on arrive et des fois on met quelques petites fessés, ça peut arriver ! Et ouais, du coup, on a eu pas mal de retours, des mecs de Lividity, même du batteur de Vital Remains à l'époque, des mecs de Gorgasm, de Defeated Sanity aussi, d'ailleurs koni a fait un feat avec nous. Après voilà, je dis pas que les mecs sont ultra fans de ce qu'on fait, mais en tout cas on a gagné le respect de nos pairs, un peu de visibilité et du coup beaucoup de motivation !

Alex : Oui ça nous motive encore plus dans ce qu'on fait parce que quand des personnes comme ça qui ont des groupes avec une certaine renommé, qui sont nos influences, qui viennent nous voir pour nous dire gentiment que ce qu'on fait ça a de la gueule et qu'on joue bien, bah ça montre que l'on ne s'est pas trompés et ça nous met plus de motivation ! Sur les concerts que l’on a fait, les groupes que l’on rencontre et il en ressort que l’on a les mêmes influences.

Got : Les gens arrivent à nous cerner, les personnes de cette scène là arrivent à bien cerner nos influences, ce qui montre que l’on ne s’est pas trop trompés. Je pense que, en parlant au nom du groupe et en mon nom car je suis là depuis le début, ce qui nous pousse à continuer c’est qu’on a toujours eu des bons retours des personnes, on va dire, notable du milieu. Du coup, on garde la motivation malgré les galères que l’on a pu avoir et après 10 ans on sort notre premier album, on est toujours vivants même si le line-up a changé, la musique a changé on a toujours la rage, on est tous super motivés et le fait d’avoir fait beaucoup de concerts et assez peu d’enregistrements ça nous a tout de même tenu en vie.

Depuis le début de l’interview vous dites que vos influences sont surtout américaines, que la France est peu pourvue en groupe du style. Or sur votre t-shirt on peu voir le logo FRDM (French death Metal), ça représente quoi pour vous, une certaine fierté ? C’est quoi votre regard sur notre scène actuelle ?

Markus : Alors le FRDM si tu veux ça a pour nous une symbolique bien particulière, c’est une référence au TXDM, donc Texas Death Metal, c’est les truc comme Insidious Decrepancy, Devourment, des choses comme ça.. Après il y a eu beaucoup de variantes de ce logo, mais si tu veux la présence de ce logo ça témoigne un peu d’une appartenance à une scène Brutal death US. C’est pas dans le sens French Death Metal du genre n’importe quel groupe de death, pour nous afficher ce logo là, c’est quand même une appartenance à une scène américaine et c’est pour ça qu’on l’a mis sur nos T-shirt, c’est pour ça qu’on l’a mis sur l’album, sur l’EP, et clairement c’est pas juste FRDM « on est français » mais vraiment on fait du Brutal Death à l’Américaine, mais on est français si tu veux...

Got : Mais au-delà de ça je veux dire, et peut être que je parle que pour moi, mais le FRDM ça représente aussi, il y a pas beaucoup de groupes de Brutal death en France et on est contents d’être sous cette bannière. De se dire qu’on représente notre pays. Même si on représente pas la scène française qui est toute petite

Mupp’s : On fait du type US, mais on est fières de nos racines

Got : Voilà, on est fiers d’être Français, de représenter la France. C’est peut être con à dire, mais voilà.

Markus : Pour pousser un peu la réflexion, on aimerait bien aussi voir d’autres groupes d’influence américainne en France car on trouve que la scène française est bien pauvre en terme de groupe à l’Américaine par rapport à nos voisins allemands, anglais ou encore italiens... Y’en a eu quelques uns comme Human Parasite, même Devour The Fetus, des choses comme ça, mais on est quand même très peu à faire ce style et on aimerait franchement que l'on soit plus de groupes à embrasser un peu le style américain et pas juste faire du death à la française qui mélange les influences de tels truc ou de tel truc.

https://fbcdn-sphotos-b-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xpf1/v/t1.0-9/1509985_709750629139079_7572907006648067701_n.jpg?oh=8c8f5bc3ac8d21eca77dd85027c4142c&oe=5559DDAC&__gda__=1431628653_c2f0399fab8ac1bbf36900333f1fac05

Pour la suite de Darkall slaves, des projets déjà en route ?

Got : Y’a des trucs en prévision, on est en train d'essayer de voir pour se booker une petite tournée avec Iniquitous Savagery, des Écossais qui font du Brutal Death à l’américaine, qu'on a rencontré au Ludwigshafen Deathfest y’a pas très longtemps et avec qui on a gardé un bon contact donc la c'est en train de se prévoir peut être pour mars. Pour l'instant, y’a rien de fait, ça se fera entre l'Angleterre et la Hollande, pour l'instant on est en réflexion dessus, entre la logistique, les moyens pour voir si vraiment on peut le faire. A priori c'est bien parti. Pour les concert on a Mattis qui nous aide à booker pas mal de dates, c'est en gros le bookeur officiel du groupe ,on a des trucs en cours. Et on a un projet d'EP, on est en train de travailler dessus, on compose deux nouveaux titres

Alex : Histoire qu'on se garde une actu, pour courant 2015 on sort un EP de deux titres, voire un split, pour montrer qu'on est toujours présents et aussi car on sait que c’est difficile de faire des tournées, de trouver des contacts pour des gros concert car le chemin est encore long. On travaille tous, financièrement c’est parfois c’est dur. Donc on se dit ça serait bien de sortir un deux titres histoire d’avoir un objectif, une actu, pour pouvoir garder notre public, le peu qu’on a ! Haha !

Got : Les deux mecs qui nous suivent depuis 10 ans

Mattis : dont un qui nous interviewe Haha !

Got : Donc voilà on a des objectifs, des projets et maintenant il faut les réaliser et on est sur le coup.

Markus : Si tu veux, les compos de l’album sont assez anciennes, la plus neuve a du être composée en 2011/2012, c’est assez vieux et on a quand même bien évolué de notre coté et on est assez impatients de pouvoir retranscrire ce que l’on fait maintenant.

Mattis : Et surtout montrer les compos du line-up actuel !