Chronique Retour

Album

16/02/15 - Leviathan

Keep Of Kalessin

Epistemology

LabelIndie Recordings
styleBlack/Death Metal épique
formatAlbum
paysNorvège
sortiefévrier 2015
La note de
Leviathan
6.5/10


Leviathan

Dracarys !!!!!!....Ehehe...Je m'égare dans le haut valyrien. Il n'est pourtant pas question de Game Of Thrones dans cette chronique, même si le dragon est la figure symbolique de cette horde venue de Trondheim, dont je vais vous parler. Le nom du groupe est tiré d'une œuvre médiévale fantastique écrite par l'auteur américaine Ursula Kroeber Le Guin.

Cinq années se sont écoulées depuis la sortie de Reptilian. Durant cette période, Keep Of Kalessin s'est refait une santé en épurant son line-up. Sa composition s'articule autour d'Obsidian C. (chant/guitares), de Vyl (batterie) et de Wizziac (basse). Vous ne rêvez pas, Arnt Ove Grønbech alias Obsidian C. s'est autoproclamé lead vocaliste du combo en plus d'être son guitariste. Le dernier opus Epistemology présente donc un nouveau départ pour le trio norvégien, aussi bien humain que musical.

Il est difficile de qualifier la musique de Keep Of Kalessin. Ce qui est certain, c'est que ce sixième opus annonce un autre tournant dans "la carrière" des scandinaves. Si Armada se posait en album charnière et créait une rupture entre deux périodes artistiques, Epistemoligy affiche lui une certaine maturité. Les influences Heavy Metal et Thrash Metal qui étaient à un stade plus embryonnaire sur Kolossus et Reptilian passent au premier plan. Cette étape est franchie naturellement par le groupe et n'est absolument pas perturbante. Les morceaux restent toujours aussi épiques et sophistiqués, ils sont soutenus par une section rythmique ultra rapide.

Comme à son habitude Keep Of Kalessin nous sert des morceaux héroïques qui avoisinent les 10 minutes et aussi des brulots de moins de trois minutes d'une densité instrumentale redoutable. Les musiciens se sont attardés sur le travail de fond et cette démarche a été payante, puisque les guitares se combinent singulièrement aux claviers atmosphériques omniprésents. La mise en place est particulièrement soignée et confère à Epistemology une touche aérienne. Il n'y pas à dire Obsidian C. sait composer de vrais titres, on apprécie sa capacité à développer des riffs accrocheurs. Vyl, son fidèle lieutenant, fait son job en déployant un jeu véloce et intense qui laisse peu de place aux déchets. Paradoxalement, l'excellence est atteinte sur Necropolis, un mid-tempo aux ambiances orientales, placée au centre de l'opus.

La prestation d'Obsidian C. en tant que vocaliste et le chant de manière générale sont assez marquants. On est vraiment à l'opposé de ce que proposait Thebon ou Attila Csihar sur les précédents opus. Le résultat est très mitigé. Les chœurs manquent de relief et sont bourrés d'effets stériles édulcorés, notamment sur le refrain de Spiritual Relief (ironie du sort...) ou encore sur les titres Epistemoligy et Introspection. A contrario, les chœurs sans surcouche artificielle et les vocaux sont bien mieux posés et mixés sur l'excellent Universal Core. Le chant principal ne subit pas tout ces désagréments, même si un véritable chanteur aurait dû être recruté pour délivrer plus d'énergie et d'agressivité sur les vocaux.

Les productions post-Armada me laissent, à chaque fois, une impression négative. Le combo s'entête à sonner propre et carré. Keep Of Kalessin se détache définitivement de ses racines en laissant de côté les ambiances glaciales et sauvages. Les titres auraient mérité un autre destin acoustique, afin qu'ils soient définitivement mis en valeur. Il serait temps pour le groupe de travailler spontanément et plancher sérieusement sur des sonorités organiques (on peut toujours rêver). Les musiciens ont décidé de ruiner leurs efforts en peaufinant au maximum toutes les étapes de production. Au final, on se retrouve avec des textures sonores rondes et synthétiques. Je pense que l'utilisation des claviers si particulière chez Keep Of Kalessin comble le vide ambiant laissé par des guitares bien trop compressées. Cela rejoint ce que je disais plus haut au regard de l'osmose entre certains instruments. Pour continuer, la boite à rythmes...euh...la batterie...enfin vous avez compris...Vyl rejoint Hellhammer qui a une fâcheuse tendance à démolir les productions de ses parties de batterie.

Les choses sont claires: Keep Of Kalessin navigue entre la stratosphère et l'abîme. Le groupe compose d'excellents hymnes mais arrive à les gâcher par des choix artistiques médiocres et une production beaucoup trop commerciale. Loin d'être mauvais, Epistemology est un album agréable à écouter, mais ce dernier manque cruellement d'agression pure et de rugosité (la vitesse n'est pas tout dans la vie). A la vue de la progression du groupe ces dix dernières années, je pense que les meilleurs moments de Keep Of Kalessin sont dans le rétroviseur.

01.Cosmic Revelation
02.The Spiritual Relief     
03.Dark Divinity     
04.The Grand Design     
05.Necropolis     
06.Universal Core 
07.Introspection
08.Epistemology
09.Anima Mundi*
10.Novae Ruptis*

*Bonus édition digipack.

Les autres chroniques

Album

juin 2008 U-Zine

Keep Of Kalessin

Kolossus