Live reports Retour
samedi 17 janvier 2015 - S.

Acherontas + Noctem Cursis + Udyr

Le Blogg - Lyon

S.

En cette mi-janvier 2015, les grecs d’Acherontas ont effectué une mini-tournée, coïncidant plus ou moins avec la sortie de leur nouvel album. Trois dates ont été organisées : le vendredi 16 à Saint-Maurice (Suisse) sous la bannière d’Asgard Hass, en compagnie de Shaddaï et Haspurex, le samedi 17 à Lyon via Wintermoon Productions, avec Noctem Cursis et Udyr, et enfin le dimanche 18 du côté de Nantes grâce à Metal Venom Promotions.

Je me suis donc rendu à la cérémonie du samedi soir, au cœur de la capitale des Gaules, dans le café-concert du Blogg. En non-lyonnais que je suis, c’est la première fois que je pénètre dans ce lieu, austère d’extérieur, mais relativement chaleureux une fois dedans. En revanche, pour ce qui concerne les trois groupes programmés, aucun ne m’est inconnu, les ayant vus à diverses occasions par le passé.

On commence avec les locaux d’Udyr. J’avais fait leur connaissance en septembre 2013 dans le cadre de l’ouverture du Black Arts Ceremony. Pour être honnête, leur prestation ne m’avait pas spécialement laissé de souvenir ; j’abordais donc leur show sans attente particulière, néanmoins animé par une curiosité d’entendre leurs compositions dont on m’a dit tant de bien. D’ailleurs, il faut remonter à 2011 pour voir leur unique démo. Pour autant, aucun de ces vieux morceaux ne sera joué, les cinq titres interprétés ce soir seront tous inédits, une partie d’entre eux devrait paraître sur leur nouvel opus qui devrait sortir…le moment venu (pour cette année, me souffle-t-on avec optimisme) ! Croyez-moi, leur prochaine sortie fera l’objet d’une attention de ma part. Il n’aura en effet guère fallu de temps pour me plonger dans leur atmosphère mortifère, les six individus produisant un Black Metal sombre, avec une touche atmosphérique/dépressive. Les instruments sont chacun bien dosés, offrant une bonne cohérence d’ensemble, comme ce clavier, plutôt discret dans l’ensemble, mais efficace aux bons moments. Le titre « défaite » aura sans aucun doute été le point d’orgue de leur set, une ambiance glauquissime, fantomatique, lorgnant sur les terres d’un Xasthur, avec un vocaliste spectral et possédé. Une vraie bonne surprise ce rituel d’Udyr !

Setlist :
Egide
Ce qu'il reste de leurs cendres
Défaite
Autunm Harmony
Ancient haze

 

Autour ensuite de Noctem Cursis, que je connais bien pour les avoir vus deux fois ; c’est d’ailleurs pas si illogique tant les chambériens tournent sur les différentes scènes de France et de Navarre. En octobre dernier, ils ont même eu l’audace de faire quelques dates est-européennes (Pologne, Lettonie, Lituanie). De leurs prestations passées, j’ai plutôt gardé de bons souvenirs mais ici en terres lyonnaises cela aura été différent, me laissant plutôt sur ma faim, pour ne pas dire dubitatif. Sans doute une impression de non prise au sérieux de leur show (volontaire ou non de leur part) essentiellement par un manque de mise en scène. La remarque peut paraître déplacée ou digne d’une crise d’un trve-ivol, mais l’absence de corpse paint et le look « ado » n’aident pas à s’immerger dans l’ambiance, d’autant plus que le jeu de light est inexistant sur les planches du Blogg, des spots fixes aux lumières jaunâtres et rougeâtres. Pour autant, certains morceaux font toujours leur effet, comme « le guerrier noir », mais quelques passages ci et là passent moins bien avec un manque de cohérence dans l’ensemble de l’instrumentation, notamment avec un clavier ayant du mal à se fondre dans les plans Black Metal. Au final, cette sensation de « service minimum », à tort ou à raison, ne m’aura pas totalement convaincu. Ce n’est que partie remise, les occasions de les revoir ne manqueront pas.

Setlist :
From Space
Scars of the Past
Wrath of Winter
Le Guerrier Noir
World to Ashes
Les Rivages de la Mort
Secrets of the Elders
Crossing the Everlasting

 

Je vais être franc tout de suite, c’est clairement la présence d’Acherontas qui m’a motivé à faire le déplacement jusqu’ici. Les grecs font partie des meilleures formations de Black Metal de leur pays, aux côtés des Nocternity, Kawir ou Der Stürmer. J’avais eu l’occasion de les voir au Black Arts Ceremony II où ils occupaient la tête d’affiche. On les retrouve donc ici dans une ambiance plus intimiste, eux qui s’apprêtent à sortir leur nouvel album « Ma IoN (Formulas of Reptilian Unification) » chez World Terror Committee fin février. La mini-tournée dont ils font l’objet a pourtant mal démarré, puisque suite à une succession d’imprévus, ils n’ont pu se produire la veille en Suisse, le quatuor avait donc à cœur de cracher leurs tripes sur l’estrade du Blogg. D’ailleurs, nous avons enfin droit à une mise en scène digne de ce nom : bougies, encens, fumée et individus masqués. Les quatre colosses peuvent distiller leur musique dans un décor adéquat, bien que l’espace soit minime et le jeu de lumière réduit à sa plus simple expression. Qu’importe, les hellènes ne se font pas prier pour envoyer leurs assauts, un Black Metal direct ponctué d’instants plus mid-tempo et baignant dans des atmosphères occultes. Nous avons eu le droit aux principaux morceaux phares de leur discographie, notamment le fameux « Legacy of Tiamat » avec ses mélodies et riffs marquants. Je regrette néanmoins que « The Crescent Pillars of Daath » n’ait pas été interprété, titre très Nightbringerien de leur split avec Arditi, Shibalba et Puissance sorti l’année dernière. Sans grande conséquence au final, la setlist et la démonstration scénique auront été de bonne facture ; cela dit, dommage que quelques cotorep dans le public se soient crus à un concert de hardcore, éjectant de leur pogo certaines personnes du premier rang sur scène, faisant tomber micro ou éléments du décor. Bref.

Setlist :
Blood current illumination
Amenti
Conjuration of the five negatives
Drakonian womb
Legacy of Tiamat
Horned moon wampyric metamorphosis

 

Un bien bon concert au final, ne me faisant pas regretter d’avoir passé mon samedi soir en compagnie de la centaine de camarades lyonnais. Un Udyr qui ne m’a pas laissé indifférent, un Acherontas conforme à mes attentes et un Noctem Cursis moins convaincant que d’habitude.

Merci à tous les acteurs pour cette soirée.

 

Photos