Live reports Retour
samedi 28 septembre 2013 - Schifeul

Regarde Les Hommes Tomber

Le Biplan - Lille

Schifeul

Dans l'équipe car il était là avant.

Suite de la soirée Marathon ! Une Fois le Brutality Is Law terminé, cassos direct en direction du Biplan pour aller voir la sensation du moment :Regarde les Hommes Tomber et vérifier si toute la hype qui s’est faite autour est légitime !
 



Bon forcément, vu que le précédent concert a fini à 23H30, je rate Hast, ce qui est bien dommage car, les ayant déjà vu une fois, ils m’avaient laissé une excellente impression. Par contre, alors que j’avais quitté L'[Art]gressif en trombe de peur de rater le début de RLHT, j’arrive à la salle alors que les Love Sex Machine n’ont pas fini leur set . N’arrivant jamais à rentrer dans la musique d’un groupe quand j’arrive au beau milieu de leur concert, je fais l’impasse, les ayant déjà vu deux fois et n’étant pas trop fans de ce qu’il font.

On passe donc directement à Regarde Les Hommes Tomber, qui s’apprête à balancer devant un public nombreux (la salle affiche complet ce soir !) leur mélange de Sludge, de post hardcore et d’autres trucs lourds et violents qu’on appellera pour plus de facilité « parpaing-core » . Et attention, peint en noir le parpaing, car il se dégage de la musique du groupe une vibe malsaine propre au black metal. Un son excellent nous permet de discerner tous les instruments, sauf le chant qui est volontairement laissé en retrait, laissant l’omniprésence des riffs faire leur travail, nous faisant planer par moment, puis l’instant d’après, nous écraser au sol de par la lourdeur des riffs. Même si la musique du groupe se suffit à elle-même, l’ambiance est renforcée par l’obscurité dans laquelle le concert se déroule, hormis de faibles lumières positionnées sous les retours et les coups de stroboscopes qui nous martèlent dès que la musique sied à cette effet, nous permettant ainsi d’apercevoir la fumée qui enveloppe les musiciens.

L’unique album du groupe est joué entièrement, dans l’ordre et d’une seule traite, sans temps morts entre les morceaux, ce qui renforce cette impression de bloc qui vient nous écraser et nous enfoncer implacablement dans la terre avant de nous libérer après 40 minutes de possession totale de nos esprits. Alors est-ce que RLHT vaut tout le pataquès qu’on a fait autour d’eux ? Oui, 1000 fois oui ! La prestation qui nous a été délivré ce soir rentre directement dans mon top 10 des concerts de l’année. Rarement, on peut assister à un concert si intense, ou on rentre totalement dans la musique pour n’en sortir qu’un fois le concert terminé.
 



Deux excellents concerts en une soirée, le public qui bouge en masse aux deux concerts (avec pas mal de monde qui se sera aussi partagé entre les deux salles héhé ) Donc, merci aux groupes, au biplan, à L'[Art]gressif et à Fat Noise Gigs pour tout ça, c’était cool !