Live reports Retour
vendredi 14 novembre 2014 - U-Zine

Forgotten Tomb + Nocturnal Depression + Livets Angest

L'Ampérage - Grenoble

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Une fois n’est pas coutume, une affiche Black Metal de bon calibre est organisée à Grenoble, que l’on doit à l’association Bambane’s crew. Baptisée « Dark depressive night », la soirée s’articule autour de trois groupes à consonance plus ou moins DSBM : Livets Angest, Nocturnal Depression et Forgotten Tomb. Les hostilités ont lieu dans la petite salle de l’Ampérage au cœur de la cité alpine.

On commence avec les locaux de Livets Angest qui ne me sont pas si étrangers, les ayant déjà vus il y a 2 ou 3 ans au Dock, j’en avais gardé plutôt un bon souvenir. Apparemment, ils ont connu quelques remaniements de line-up entre temps. Au programme, cinq morceaux issus de leur seule production en date (Reflexions on the Will to Live) et deux autres inédits. Contrairement à la dernière fois, je n’ai pas réussi à m’immerger dans leur prestation. Déjà, la mise en scène laisse quelque peu perplexe avec leurs masques blanc en carton tout droit sortis de la Foir’fouille. Mais plus que cette secondaire chose qu’est l’image, c’est surtout au niveau musical que j’ai eu du mal, les morceaux manquent de cohérence dans les structures, les quelques riffs sympas qui préfigurent l’instauration d’une ambiance sont cassés par des plans inopportuns, avec des passages presque Death notamment au niveau vocal, si bien que l’aspect dépressif censé être véhiculé par leur musique est pour ma part plutôt créé par l’ennui de ce set. Néanmoins, à leur décharge, le combo a eu des pépins techniques, ils ont dû jouer plus de la moitié de leur prestation avec une guitare en moins, ceci expliquant peut être cela…c’est dommage.


Setlist :

Sanctified by sorrow
Transcendantal transformation
Negation of the Will to Live
Mad World (Tears for Fears cover)
Metaphysical Disenchantment
Akrasia

Changement de décor avec l’entrée sur scène de Nocturnal Depression. Je ne vais pas le cacher longtemps, je suis clairement venu pour eux ce soir. Fer de lance du Black Metal dépressif français, le quatuor emmené par Lord Lokhraed joue à domicile ce soir et exprime sans détour leur plaisir de se produire en terres grenobloises. Mais le plaisir, il n’en transparaitra pas au travers des mélodies distillées durant le show, le quatuor suivant le fil conducteur de la nostalgie. Les quatre individus, grimés et sanguinolents, nous ont concocté un set solide et varié, avec certains morceaux assez rentre-dedans et d’autres mid-tempo, voire même lorgnant dans les méandres du doom. On notera la présence de plusieurs soli émergeant du flot sonore, relativement bien interprétés, rappelant en cela un certain Shining. Cerise sur le gâteau, on a même eu le droit au titre Fjaer (Spring) issu de leur démo « Four seasons to a depression » que je m’étais procurée à l’époque (2006), un hymne restant gravé dans l’esprit, probablement mon préféré de leur discographie. Une excellente prestation, répondant pleinement à mes attentes !

Setlist :

As blades penetrating my flesh
L’isolement
Acédie
They
Host
Méditation grisâtre
Spring
Nostalgia
Dead children

Au tour de la tête d’affiche d’entrer sur scène, Forgotten Tomb. Pour être honnête, c’est pour ma part le petit plus de la soirée, davantage la curiosité que la passion. Les italiens, avec leurs quinze années d’existence et une réputation dépassant les frontières, n’ont jamais réussi à vraiment m’intéresser mais il paraît qu’en live ça vaut le coup. C’est dans cet état d’esprit que j’aborde ce set. En guise d’introduction, c’est un extrait musical du film The Seventh Seal « Dies irae », qu’un certain Funeral Mist avait déjà repris sur son titre Sun of Hope soit dit en passant. Pendant environ une heure et demi, les transalpins vont nous balancer leurs titres extraits de leur période « black dépressif » (premiers albums) et de leur virage plus « Black mainstream » de ces dernières années, teinté goth / post-rock. Sans être transcendant, force est de constater que le courant passe bien, c’est joué avec énergie et conviction, avec une originalité dans la setlist : deux morceaux correspondant à des medleys de deux de leurs albums. Faisant mine de clôturer leur show, les quatre bonshommes remontent sur scène sous la demande (discrète, reconnaissons-le) de rappel du public.

Setlist :

Rejects existence
Deprived
Todestrieb
Medley album Negative Melomania
Daylight Obsession
Spectres Over Venice
Medley album ...and Don't Deliver Us from Evil
Shutter (rappel)

Mise à part le souci technique pour le premier groupe, cette soirée a globalement été bien menée avec pas loin de 200 entrées. On notera également la bonne qualité du son dans l’antre de l’Ampérage. Après, je pourrais toujours faire quelques reproches sur le jeu de lumière pas toujours idéal avec tous ces contrejours sur les musiciens (c’est le photographe perfectionniste qui parle, trop habitué au luxe d’un CCO ou d’un Ninkasi !).

Merci aux organisateurs et à l’ensemble des acteurs de la soirée.