Live reports Retour
samedi 9 mars 2013 - U-Zine

Job For A Cowboy + Beneath The Massacre + War From A Harlots Mouth + Gorod + As They Burn + Make Them Suffer

Rio Grande - Montauban

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

En quelques années, le Bonecrusher Fest est devenu une valeur sure. Après Dying Fetus en 2011 et Carnifex en 2012, c’est au tour de Job For A Cowboy de mener toute l’équipe pour un mois de tournée quasi-non-stop. Curieusement les deux dates françaises ne passent pas par Paris ni par aucunes autres grandes villes. Au programme : Savigny Le Temple et Montauban, deux villes pas toujours réputées pour le nombre de leur concerts. Quoi qu’il en soit cette date de Montauban aura le mérite de réunir dans un même lieu les fans venus de Toulouse, Bordeaux, Limoges, Angoulême ou Saintes. Du beau monde venu de loin pour honorer cette affiche 100% deathcore et death.

MAKE THEM SUFFER

Sans surprise, le Bonecrusher est un festival carré. Tellement que les concerts commencent pile à l’heure. 19h30 pétante, Make Them Suffer entre sur scène pour 20 minutes de show. Au programme, un deathcore bien amené, avec des rythmiques assassines misent en valeur par les nappes au clavier. A ce propos, aucunes traces sur scène de la claviériste, puisque tout vient de sample … un peu dommage. La formation offrira une première partie permettant de dégivrer le public encore un peu frileux. Une bonne mise en bouche.
 


AS THEY BURN

Autant, leur musique sur album a du mal à m’atteindre (d’autant plus sur leur dernier opus), autant, à chaque fois que je les vois sur scène, je me prends une belle mandale dans la tronche. Cependant, ce soir étant leur troisième concert auquel j’assiste en 6 mois, force est de constater qu’il n’y a que peu de spontanéité. As They Burn maîtrise son sujet un peu trop bien, ce qui donne un rendu relativement convenu et prévisible pour peu qu’on les ai déjà vu sur scène. Dommage parce que c’est toujours ultra massif et le public s’en donne à cœur joie.

Setlist As They Burn :
Medicine 2.0.
When Everything Falls Apart
It's A Nice Day To Keep Your Life Safe
A New Area For Our Plagues
Beg For Death
Sons Of Shiva
 


GOROD

Quelle surprise de voir débarquer Gorod sur scène sans son charismatique bassiste Barbie. En lieu et place, un chevelu du nom de Cymon Lamarre (ex-Zubrowska). Comme l’expliquera Julien au milieu du set : Barbie est présent ce soir (puisque la date est quasi à domicile), mais il n’est pas membre de la tournée (le concerné m’expliquera plus tard avoir une formation professionnelle l’obligeant à ne pas pouvoir se joindre au tour). Quoi qu’il en soit, Cymon avait du pain sur la planche avant de concurrencer techniquement et scéniquement Barbie. Il s’en sort avec les honneurs, par une prestance scénique bluffante (si on excepte le headbang mode « parce que je le vaux bien »). Ceci dit, Gorod est toujours une valeur sure et a parfaitement maîtrise son sujet malgré un temps de jeu très réduit et quelques soucis de micro.
 


WAR FOR A HARLOT MOUTH

Etrangement, ma position pour ce groupe est à l’opposée de mes collègues de Planet Metal et de Metal Sickness. N’étant de base pas fan de mathcore, j’ai eu l’impression d’entendre un seul (long) titre tant tout m’a semblé similaire. Ceci dit, il faut reconnaitre que scéniquement la formation assure totalement et sait occuper l’espace avec un leader charismatique. Ceci dit, musicalement, c’est saccadé, vraiment trop pour moi. Le public semblera apprécier et n’hésitera pas à mosher. C’est l’essentiel !
 


BENEATH THE MASSACRE

Ne connaissant la formation que de nom, ça a été la grosse surprise de la soirée. Sur la lignée d’un Gorod dopé aux hormones, Beneath The Massacre nous offre un set ultra technique avec un guitariste bluffant de technicité. De plus, le groupe étant originaire de Quebec, le chanteur s’exprime en français entre les titres, qui rajoute une bonne dose de facilité à communiquer. Au fur et à mesure de leur set, le groupe envoi parpaing sur parpaing dans la gueule, à grand renfort de riff destructeur. Fort bonne découverte !
 


JOB FOR A COWBOY

La dernière fois que j’avais pu voir les cowboys, c’était au Hellfest … 2009 ? Et j’en avais le souvenir d’un groupe aux membres assez maigrichons. Imaginez ma surprise quand j’ai vu débouler sur scène ce groupe de colosses !! Le changement est radical, et l’impression scénique s’en trouve décuplée : le show sera massif. Et à l’image de Entombment Of A Machine, ça sera réellement destructeur. Les titres du dernier album passent avec brio l’épreuve du live et sonnent elles aussi l’heure de la destruction. Le pit s’est un peu calmé (après 4 heure de mosh non-stop, rien de surprenant) mais sur scène, la formation d’Arizona envoi le paté.
 


Voilà, c’est fait ! Le Bonecrusher a réussi à caller 6 groupes en 4 heures. Merci à Tanguy de A Jeter Prom’ pour la logistique et à AL de Metal Sickness pour le co-voiturage.