Live reports Retour
dimanche 18 décembre 2011 - U-Zine

ARCH ENEMY + WARBRINGER + CHTHONIC + ARKAN

CCM John Lennon - Limoges

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !


Dimanche 18 Décembre était l'occasion pour l'association Execution Mgt de reconduire son traditionnel festival de Noël. Cette année, du lourd, avec la venue des suédois d'Arch Enemy qu'on ne présente plus. Avec eux, les californiens de Warbringer, les exotiques Chthonic et les français d'Arkan.

Les portes de la salle ouvrent à l'heure et première constatation, il y a du monde ! et pas qu'un peu ! la salle fût quasi comble ce soir là soit près de 700 personnes ! Juste le temps de rentrer et ARKAN entame les hostilités avec son métal aux accents orientaux, une sorte de Lacuna Coil de l'autre côté de la Méditérannée. Les premières secondes du set sont difficiles au niveau du son avec une grosse caisse baveuse et très portée dans les infra basses mais cela s'arrange assez vite. Le groupe prend beaucoup de plaisir à jouer devant une telle foule et paraît plutôt à l'aise sur scène ; leur tournée avec Orphaned Land quelques jours plus tôt n'étant peut-être pas étranger à cette aisance scénique. Musicalement cependant je n'en ressors pas transcendé, au niveau des guitares on a droit à un jeu à base de grosses rythmiques ponctuées de ci de là de quelques accords plus orientaux. La voix death du chanteur guitariste fait son petit effet mais globalement ce n'est pas ma tasse de thé. La présence de Sarah (ancienne The Outburst) qui délivre sa voix féminine et ses danses du ventre porte sur ses épaules une grosse partie de l'attention accordée au groupe. Plusieurs personnes dans la foule portent un pull ARKAN et semblent là tout spécialement pour eux. On accroche ou pas mais le plaisir qu'ils prennent à jouer ce soir là est assez communicatif et on reste devant leur set du début à la fin. Je n'adhère pas outre mesure mais je pense qu'ils ont gagné des fans ce Dimanche soir.

Les taïwanais de CHTHONIC débarquent quelques minutes plus tard et nous délivrent un black métal mélodique se rapprochant fortement de Cradle of Filth. Le chanteur émet à plusieurs reprises un certain cri aigu qui rappelle Dani Filth au mieux de sa jeunesse. La guitare est peu audible, ce qui gâche certains riffs qui semblaient sympathiques, les backing vocals de la jolie bassiste sont inaudibles et les blast beat du batteur honorables mais manquant de puissance. On sent le groupe volontaire et motivé mais un son un peu approximatif et une ressemblance trop directe avec Cradle of Filth gênent quelque peu. Le chanteur utilise sur divers breaks ou intros un instrument oriental à cordes dont je ne saurais vous dire le nom et apprend au public à dire "bonjour" en taïwannais ; tout cela apporte un peu de fraîcheur au set et un caractère sympathique et proche du public de la part du groupe qui proposera aux fans de les rencontrer au stand de merchandising après le show. Deux ou trois morceaux plus mid tempos et nettement plus orientés death mélodique m'ont paru sonner mieux et être plus efficaces que les morceaux résolument plus tournés vers le black. Sympathique mais pas transcendant.

WARBRINGER arrive sur scène tout sourire et on sent les californiens sûrs d'eux et prêts à faire la fête. Leur cocktail entre Slayer et Toxic Holocaust est bien vitaminé sans être original mais parfaitement exécuté avec un son tout à fait correct même si certains solos avaient du mal à percer et si l'un des guitaristes semblait avoir de gros problèmes de son en début de set. Les morceaux s'enchainent sans concession aucune, on prend un mur de son rapide en pleine tête pendant un peu plus de 40 minutes. Et voilà ! C'est là un des problèmes de WARBRINGER que pas mal de gens dans le public ont soulevé après leur concert. En tendant l'oreille on pouvait entendre : "J'en attendais rien mais putain je dois dire que ça envoie et ça fait headbanguer ! Par contre au bout du 4eme morceau ça tourne en rond !". A la différence d'un Toxic Holocaust ou d'un Municipal Waste je dois avouer qu'on ne retenait pas de refrains particuliers ou de passages fracassants même si les mosh pit et autres circle pit furent de mise. "Shattered like glass" et "Senseless life", un des meilleurs morceaux du set, se dégagèrent un peu plus du reste d'un show très correct mais répétitif.

Plusieurs longues minutes s'écoulent, des vidéoprojecteurs diffusent des images et logos d'ARCH ENEMY et enfin la bande à Angela et aux frères Amott débarquent sur scène. "Yesterday is dead and gone" entame les hostilités. Première constatation, le son est bon, pas ultra puissant, mais entièrement compréhensible, notamment la basse. Deuxième constatation, ce titre du nouvel album est vraiment moyen ! Néanmoins il passe mieux l'épreuve de la scène que du cd. "Revolution Begins" poursuit le concert et le côté presque victory rock, enfin "fédérateur" dirons nous, enflamme certains mais me refroidit. Je n'ai jamais été fan de ce morceau et des trois derniers albums du gang de toute façon. Les paroles du refrain sont projetés sur le mur derrière le groupe et on ne peut s'empêcher de faire une moue un peu dubitative devant des paroles aussi "naïves" voire "faciles". Heureusement, ou malheureusement, la suite du concert semble marquer le vrai début du show ! Je dis malheureusement car on sent en live que les morceaux plus anciens possèdent un dynamisme qui a quasiment entièrement disparu sur les morceaux plus récents. Enchaîner "Ravenous" et "Enemy Within" met une bonne petite claque ! "My apocalypse" alourdit le tout en renforcant le côté nettement plus death des suédois et fédère plus le groupe et son public que le morceau "Revolution Begins". ARCH ENEMY semble content de jouer et offre un jeu de scène moins stéréotypé et calculé que d'habitude ; du moins, ils semblent moins froids et mécaniques qu'auparavant.

Le fil conducteur de la soirée entre tous les groupes aura d'ailleurs été ce plaisir de jouer devant cette salle comble du John Lennon pleine du début à la fin des hostilités, que ce soit pour les émergeants hexagonaux d'ARKAN ou les vétérans d'ARCH ENEMY. Angela entame un hommage à Chuck Schuldiner pour introduire "Blood Stained Cross" dont les paroles sont apparemment très inspirées par les albums "Leprosy" et "Spiritual Healing" de Death. Ce morceau passe mieux en live que sur cd et on peut dire la même chose de "Under black flags we march" qui seront les seuls extraits du dernier album en date "Khaos Legions". Et ce n'est pas pour me déplaire ! Daniel Erlandsson se fend d'un bon solo de batterie mais qui semble être le même depuis celui du dvd à Londres, à base de samples déclenchés en frappant les cymbales. Angela explique le pourquoi de la présence d'un stand Amnesty International dans la salle du John Lennon et soulève des "horns" et des cris de la part du public en soutien à tous les "brothers" qui souffrent dans le monde. On notera les réactions un peu moins enthousiastes du public quand Angela encouragera les gens à aller rencontrer Amnesty et faire un don. Cela étant dit, la miss présente "Dead Eyes see no future" comme son morceau favori d'Arch Enemy issu du très mitigé "Anthems of Rebellion". Elle et Sharlee headbanguent sans cesse et semblent se lâcher durant tout le show. Surprise ! Angela ne pousse pas un seul growl grave, voire presque porcin comme auparavant, et c'est tant mieux !

Peut-être est ce dû à la fatigue ou autre, mais la chanteuse-hurleuse s'est contentée d'une voix death aigue et c'était très bien comme cela ! Michael et Christopher pratiquent des backing vocals qui sont, respectivement, bien growlées et audibles (pour une fois !), et inaudibles pour le plus jeune des frangins. Peut-être fallait il se placer différemment dans la fosse pour l'entendre, je ne sais pas. Les frères Amott s'adonneront par la suite chacun à un solo et la différence entre les deux frères se fait de plus en plus évidente. Leurs niveaux techniques sont élevés et ils donnent une leçon de guitare à de nombreux six-cordistes, leurs complémentarités et leurs harmonisations coordonnées sont impeccables, mais là où Michael favorise quelques notes éparses qui produisent une belle mélodie avec juste quelques effets de reverb, Christopher déploie une technicité impressionnante en tapping au son très crystallin. Un superbe solo tout en technique et au feeling superbe. "Diva Satanica" déboule, fait son effet, mais ce sera tout en ce qui concerne l'époque "Liiva" si on omet le rappel de fin qui combinera "Nemesis" au thème de fin de "Fields of desolation" de l'album "Black Earth".

Après presque 1h30 de show et un petit rappel ARCH ENEMY tire sa révérence en saluant à maintes reprises le public, en serrant des mains, donnant des médiators, des serviettes et autres goodies... ARCH ENEMY a donné un bon concert avec le meilleur son de la soirée, a semblé moins cliché et stéréotypé que d'habitude (même si Angela défilant sur scène avec un drapeau Arch Enemy pendant les solos harmonisés des frangins faisait un peu... "kitch" ?) mais garde un côté un peu froid malgré tout, Christopher semblant fermé sur lui même en quasi-permanence, et Michael brandissant sa guitare vers le public mais la reprenant aussitôt que la main d'un kid s'en approche de trop près. Une soirée agréable avec un ARCH ENEMY en forme qui aura montré qui était le maître.

Set list Arch Enemy :
Yesterday is dead and gone
Revolution begins
Ravenous
Enemy within
My apocalypse
Blood stained cross
Drum solo
Under black flags we march
Dead eyes see no future
Solo C Amott
Solo M Amott
Diva Satanica
Dead bury their dead
We will rise
Rappel
Snowbound
Nemesis/Fields of desolation