Live reports Retour
vendredi 2 septembre 2011

Between The Buried And Me + Animals As Leaders + Doyle

La Maroquinerie - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Between The Buried And Me en tête d'affiche en France, cela fait longtemps qu'on attendait ce moment et en ce premier vendredi de septembre, les choses allaient devenir vraies dans cette salle pour quelques instants. Accompagné, des Parisiens de Doyle et de leurs amis d'Animals as Leaders, le groupe a rempli sans problème la petite Maroquinerie qui se transformera très vite en four. Le choix de la salle paraît assez surprenant surtout quand on connaît le buzz autour du groupe depuis Colors. Il paraît que pas mal de gens sont restés sur le carreau sans billet devant la salle. Un bien mauvais point pour Nous Productions qui aurait sans doute pu faire preuve d'un peu plus d'audace et nous aurait évité d'être un peu les uns sur les autres surtout que dans cette salle, si tu n'es pas là à l'heure, tu peux te retrouver très vite derrière un pylône.

Doyle

Enfin bref, vers 19h20, il est déjà temps pour Doyle d'ouvrir les hostilités. Le groupe est un peu l'invité surprise de cette soirée et même de cette tournée. Honnêtement, je pensais qu'il n'y avait que deux groupes qui joueraient ce soir et pour continuer dans l'honnêteté, j'ai eu très peur quand j'ai entendu les premières notes et les riffs saccadés. Après la demi-heure du set, l'avis est plus mitigé avec des moments Post-Core voire Screamo bien sympathiques sans être transcendants et ces parties Metalcore assez banales avec des refrains à la voix claire qui m'a semblé bien fausse (oui semblé, car le son n'était pas très bon), qu'on voit arriver à des kilomètres à la ronde. Le groupe est chez lui et une partie du public réagit plutôt bien en allant jusqu'à chanter la fin du morceau « John Airence » (le meilleur titre du set, par ailleurs). Les membres du groupe iront, pour certains, jouer et chanter dans le public mais ça manque quand même bien de charisme pour fédérer toute la salle.

Animals As Leaders

Quand Animals As Leaders est entré sur scène, je ne savais pas à quoi m'attendre et j'ai été surpris que le guitariste de la formation, Tosin Abasi reçoive un accueil aussi chaleureux de la salle. Non, désolé, avant hier soir, son nom ne me disait rien. Bien ça va changer car ce type est juste un virtuose. On va mettre les choses à plat, Animals As Leaders est un trio jouant un Rock Progressif instrumental composé d'un batteur et de deux guitaristes qui s'amusent à batailler pour savoir lequel aura le plus de cordes mais au final, ces deux autres ne sont que des porteurs d'eau pour Tosin Abasi et ce n'est pas étonnant tant celui-ci est impressionnant, déconcertant par sa facilité et son aisance technique. Toutes les techniques y passeront mais le plus incroyable, c'est que tout reste ultra musical et agréable à l'oreille. Ce groupe est d'un feeling...

Et puis pendant ce show, il m'est arrivé une petite anecdote qui ne sert à rien mais remplit cette page à l'origine bien blanche : Il faisait une telle chaleur dans cette salle que j'étais proche de la déshydratation et du malaise donc je suis sorti pour boire, ainsi j'en ai profité pour aller pisser et mon compagnon à la pissotière n'était nulle autre que Tommy Rodgers en personne. Merde quoi, il n'y a pas de toilettes dans les coulisses de la Maroquinerie pour les groupes, il faut qu'ils viennent avec la plèbe. Au moins, un truc que je pourrais raconter à mes petits enfants. Désolé vous vous en foutiez royalement mais ça m'a fait rire sur le coup.

Between The Buried And Me

Nous voici donc devant le phénomène de la soirée Between The Buried And Me qui ne va pas faire dans la dentelle dès son entrée sur « Specular Reflection » avec cette intensité de fou. Je ne suis pas fan de ce titre mais avec le son über approximatif où on ne comprend que la basse et la batterie, on se laisse juste prendre par l'intensité de la musique et en plus, nickel, on entend pas le refrain raccroc du morceau. Le son s'améliorera au fil du set pour finir avec quelque chose de plutôt bon, il n'empêche qu'il m'a pourri le passage énorme d'« Augment Of Rebirth » que je vous ai narrés dans ma chronique. Alors que je m'attendais, légitimement, à « Lunar Wilderness », c'est « Mirrors » qui démarre la partie The Great Misdirect qui se continuera avec « Obfuscation » et « Disease, Injury, Madness » (sur laquelle faudra m'expliquer pourquoi le public pogotte sur la partie Classic Rock et pas sur la partie blastée qui suit) mais, il n'y aura pas « Fossil Genera – A Feed From Cloud Mountain », qui est le meilleur morceau du groupe. Pas grave, le groupe finira son set par la triple conclusion de Colors et donc « White Walls », encore plus grande que sur l'album. Tellement intense et prenante que même moi, le plus introverti et timide qui soit, j'y suis allé, instinctivement, de mon beuglement quand Tommy gueule « White Walls » et je ne parle pas des frissons que le solo final m'a collé. Between The Buried And Me finira son set par un rappel sur « Selkies : The Endless Obsession » plutôt énorme.

Une bien belle soirée avec ce groupe qui a une envie, du charisme et surtout, énormément de talent.

Setlist :

Specular Reflection
Augment Of Rebirth
Mirrors
Obfuscation
Disease, Injury, Madness
Prequel To The Sequel
Viridian
White Walls

Rappel:
Selkies : The Endless Obsession