Live reports Retour
mardi 9 juin 2009

AC/DC + The Answer + Café Bertrand

Stade Vélodorme - Marseille

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Après avoir eu la chance de faire partie des privilégiés présents à Bercy le 25 février de l'an de grâce 2009, pour voir le retour sur scène du groupe mythique australien AC/DC après plusieurs années d'absence ,pour la promotion de leur nouvel album Black Ice. l'opportunité me fut proposée de les revoir lors de leur tournée des stades, en pelouse Or qui plus est. Certes on peut trouver encore une fois les prix honteux, mais dans le cas d'AC/DC leurs concerts sont aussi des énormes shows on dira que ceci explique cela...

Arrivée sur Marseille peu avant 14h, parking à proximité du stade Vélodrome, première constatation aucune indication aux alentours du stade pour trouver les entrées correspondant à la pelouse Or. Le soleil joue à cache cache avec les nuages, dans la file d'attente le public est hétéroclite, tout âges, du fan old school, en passant par des minots marseillais, et des personnes venant de la France entière et aux accents entendus,quelques étrangers.On fera partie de la première vague de spectateurs à rentrer dans le stade où 60 000 personnes sont attendues ce soir.
Premiers changements notables par rapport à Bercy, deux énormes casquettes rouges sont disposés à chaque extrémité de scène, étant entouré de décors sobres représentants des rouages mécaniques, deux écrans inclinés pour les gradins sont aussi disposés de chaque coté de la scène, au bout de l'avancée de scène le dispositif semble aussi légèrement différent, on peut aussi voir la cloche de l'enfer.

Placé contre la barrière de l'avancée de scène, environ à 5/10 mètres de la petite descente qui rejoint l'avancée de scène et la scène principale, observation du stade de la pelouse, moins impressionnant que le Parc des Pinces ou encore le stade Geoffroy Guichard, l'architecture et les tribunes qui sont larges ne donnent pas une impression de profondeur si imposante. Le soleil est de la partie, le coté pelouse Or où je suis présent se remplit tandis que le reste du stade aussi, mais la pelouse Or de l'autre côté est vide et se remplira bien plus tard, organisation étrange, avec ports de bracelets de l'autre côté en passant par la pelouse dite normale.

En guise de première partie Café Bertrand sera le groupe français de l'étape, groupe de rock originaire de Manosque qui a déjà eu l'honneur de faire de nombreuses dates de tournées ouvrant pour Deep Purple, Roger Glover est leur producteur c'est à signaler. N'ayant pas été emballé quand je les avais vu à Vienne je ne le serais pas plus en ce 9 juin 2009, un son très mal réglé, une voix du chanteur inaudible, un côté brouillon musicalement, quelques passages sympathiques, mais un groupe qui ne m'aura pas convaincu une nouvelle fois. Par contre Café Bertrand était très heureux d'être sur scène, le batteur arborant un t-shirt noir AC/DC pour l'occasion, le stade continuant à se remplir tandis qu'ils finirent leur set.

Quelques minutes passent le temps d'accorder les instruments et place à The Answer, originaires de Belfast ce groupe fait la tournée Black Ice ouvrant dans toute l'Europe pour AC/DC aussi bien la tournée Indoor passée, que cette tournée des grands stades. Certains fans du groupe australien, effectuant plusieurs dates en France et en Europe en ont d'ailleurs un peu assez de toujours revoir le même groupe, et que les tourneurs ne proposent pas des artistes différents (ou de plus gros calibre) en guise de première partie d'AC/DC. Pour revenir à The Answer, le guitariste Paul Mahon est quand même toujours aussi doué, un début de set poussif, quelques nouvelles chansons de leur nouvel album Everyday Demons, et deux dernières chansons vraiment efficaces qui réveillèrent le vélodrome. Le chanteur Cormac Neeson jouant avec le public, qui ne demandait que ça, de répondre chanter et participer avec les irlandais. The Answer finira le set avec un morceau où il chante un peu moins et joue de l'harmonica, The Answer conclue leur set avec la meilleure chanson de leur répertoire et de loin.

Prestation un peu plus convaincante de The Answer que lors de leur passage à Bercy, le combo est de qualité c'est indéniable proposant un hard rock bluesy très fortement inspiré de Led Zep, mais la remarque qui revenait souvent dans le public et pour ma part aussi, c'est que ce groupe n'est pas taillé pour joué dans des salles énormes ou des grands stades. The Answer est un groupe qui à mon sens doit être bien plus agréable en petite salle, dans une ambiance plus festive et intimiste convenant mieux à leur musique.

Le soleil est en train de se coucher, les roadies s'affairent autour du matos du groupe australien, un d'entre eux d'ailleurs lancera une ola qui fera tout le stade ce qui le rendra hilare. La foule se compresse, les musiques en fond sonore s'arrêtent, le public commence à hurler, les milliers de cornes en plastique clignotent dans les tribunes du stade vélodrome et c'est parti : le Rock'n Roll train sur l'écran de fond de scène arrive à toute vitesse, l'animation ferroviaire avec sous entendus coquins est toujours aussi efficace, et si vous tendez l'oreille vous remarquerez que le bruit de la locomotive reprend le riff de Highway to Hell. Veuillez vous éloigner de la bordure du quai s'il vous plait Marseille ici Marseille, stade vélodrome, AC/DC arrive en provenance de Barcelone, et va botter le cul à 60 000 personnes pendant deux heures!

Les premiers riffs résonnent et Rock 'n' Roll Train ouvre la danse, à la fin de l'animation l'écran géant se partage en deux, et dans un bel effet pyrotechnique on découvre la locomotive en guise de décor qui est derrière le groupe, AC/DC est enfin sur scène pour le bonheur de tous. Angus est vêtu de sa tenue d'écolier bleu foncé, Brian Johnson en jean et chemise noire à manche courte Harley Davidson, tout deux avec leurs casquettes vissées sur le crane qui ne tiendra pas très longtemps. Derrière eux les membres d'origine Malcolm, Cliff et Phil plus discrets comme à leur habitude. Petite frayeur pour la qualité du show, les deux écrans sont HS au début du concert, image coupé en deux, mais le problème sera vite résolu et tout rentrera dans l'ordre assez rapidement. Autre constat ce soir le son est vraiment bien réglé, c'était vraiment l'inconnue numéro un vu l'architecture en cuvette évasée de ce stade, et un son qui s'échappe assez facilement lors de matchs de football. Ce soir il n'en est rien du tout, et surtout Angus et Brian sont en pleine forme et arborent des sourires jusqu'aux oreilles en observant la foule! Suivront Hell Ain't a Bad Place To Be et un putain de Back in Black qui rend le vélodrome ivre de joie, ce qui n'a pas du lui arriver depuis belle lurette! Big Jack second titre de l'album Black Ice est un peu moins efficace mais quand même plaisant en live Malcolm et Cliff gueulant à plein poumons lors du refrain..

Place à The Jack avec de nombreuses jeunes femmes filmées sur grand écran, la chaleur aidant, sous-tifs et maillots de bains sont de sortie, mais la marseillaise est frileuse aucune ne nous gratifiera de leurs formes généreuses, ce sera donc Angus qui comme à son habitude fera monter la sauce, en s'effeuillant comme il le fait depuis de nombreuses années, et le charme opère toujours. La chanson reprendra de plus belle avec une énergie et un brio dont de nombreux groupes devraient s'inspirer!
Brian Johnson se poste au bout de l'avancée de scène pour faire un sprint sous nos yeux et attraper la fameuse cloche de l'enfer, Hells Bells sonne le glas des sceptiques si il en existe encore, AC/DC reste AC/DC et ce soir ils sont en forme olympique ! Shoot To Thrill permet une nouvelle fois à Angus de se lâcher, suivra à mon sens la chanson la plus efficace en live de leur dernier album en l'occurrence War Machine, à se demander si la machine de guerre n'est pas Phil Rudd derrière ses futs, un vrai métronome qui cogne et cogne et cogne et recogne, les écrans diffusant des cartoons dont je n'avais pas fait vraiment attention à Bercy.

Par rapport à la set list de février à Paris, il y aura une seule chanson rajoutée, mais putain quelle chanson, Dog eat Dog de l'album Let there Be Rock, et si certains étaient déçu du choix de cette chanson, force est de constater que sur scène ce sera assurément un des très bons moments à sortir du lot, une bonne partie de la foule reprenant le doog eat dooog, le groupe prend son pied à jouer cette chanson et ça se voit, Brian nous fera même son petit aboiement. Choix judicieux de leur part car sacrément efficace. Suivra Anything Goes, qui fit baisser l'ambiance, toujours le point faible de la setlist, mais ça permet de se reposer entre deux chansons et de reprendre son souffle.
Vu le reste du set, difficile de faire plus jouissif, You Shook Me All Night Long, puis T.N.T qui embraseront le stade Vélodrome, et le public qui hurlera de plaisir et de rage en réponse aux australiens. Rosie commence à enfourcher le rock'n roll train, à la manière d'une bikeuse enfourchant sa Harley, il est temps de savourer pleinement Whole Lotta Rosie, le son est toujours aussi limpide, et si Rosie tape du pied et hoche de la tête elle n'est pas la seule elle est accompagnée en rythme par tout le stade! Elle peut laisser échapper l'air en elle et rejoindre l'arrière de la scène car il est temps de profiter pleinement de Let There Be Rock! Une nouvelle fois cet hymne à la gloire du rock est un moment magique, à peine le temps de s'enlever de la tête les rondeurs de rosie, qu'AC/DC nous touche en plein coeur, Angus nous gratifiera d'un énormissime solo, plus long que celui proposé à Bercy, il rejoindra l'avancée de scène, surplombera la foule, exécutera des riffs dont il a le secret, qui finira en apothéose dans un déluge de décibels et un feu d'artifice et de confettis au centre de la pelouse du vélodrome dans un très bel effet visuel et sonore... Même les agents de la sécurité qui il faut l'avouer faisaient preuve de violence inutile durant tout le concert, ne pouvaient s'empêcher d'observer et de prendre en photo ce grand petit homme qui sait si bien électriser une foule...

Les lumières s'éteignent, si ça ne change pas il ne reste plus que deux chansons et putain que le temps passe vite, observant la foule je ne vois qu'une marée de sourires et des yeux qui pétillent. Dans un nuage diabolique sortant des flammes de l'enfer, Angus les cornes rivées sur son front, qui entame les premiers riffs de Highway To Hell, la locomotive crache des flammes et fume à tout va, tandis que ses cornes brillent dans la fumée, hystérie collective, ambiance des grands soirs, le groupe est à nouveau en osmose avec son public. Une nouvelle fois le plaisir de voir ces légendes prendre un pied total sur scène est communicatif. Les plus jeunes dans la foule sont en transe, et on les comprend, cette chanson a un statut culte et sur scène ne prendra jamais aucune ride, on ne peut non plus imaginer que ces légendes ont entre 50 et 60 ans, le rock'n roll leur donne véritablement une deuxième jeunesse pour notre plus grand plaisir.
Place aux canons pour la dernière chanson du soir, For Those About To Rock (We Salute You) qui clôt ce concert de fort belle manière. Brian Johnson quitte la pelouse en courant les poings serrés, facile de l'imaginer hurler un "yes" de satisfaction après leur performance du soir, les autres membres quittent aussi la scène , Malcolm Young plus longuement à nouveau le pouce en l'air en direction des fans, énorme ovation plus que méritée. Étrangement les lumières du stade restent éteintes, même si quelques roadies s'affairent à démonter les décors, quelques doutes s'emparent du public, y aurait il un ultime rappel, tout le monde espère, et finalement ce sera un rappel visuel et pétaradant,un feu d'artifice au dessus des deux casquettes rouges qui dominent la scène, tout le monde en prend plein les oreilles et plein les yeux, le stade se rallume, les visages rayonnent, tout le monde est heureux tout simplement.

Ce groupe de légende qu'est AC/DC a offert aux dizaines de milliers de personnes un concert exceptionnel, passé à une vitesse phénoménale, Angus Young prouve si besoin est qu'il est l'ultime Guitar Hero du rock, et qu'après plus de 30 ans de carrière il dégage une facilité, une énergie, un charisme unique allié au talent propre de musicien. Brian Johnson et ses soixantes printemps bien tassé est vraiment impressionnant et ce soir sa voix était digne de ses premières années au sein du groupe. Malcolm et Cliff, toujours plus discrets se sont par contre sacrément lâchés sur les passages où ils font les choeurs et ça prouve aussi encore une fois qu'ils prennent autant de plaisir sur scène, enfin Phil est toujours aussi efficace.
On dira ce qu'on veut, mais un concert en plein air a toujours une saveur particulière, celui ci ne déroge pas à la règle, énorme concert, superbe show, excellente ambiance, et beau temps en prime. Mais il a aussi une toute autre saveur, on imagine aisément et la rumeur court depuis quelques temps déjà,que cette tournée du Black Ice Tour serait la dernière grande tournée d'AC/DC, raison de plus pour savourer ces instants, pensée pour le public présent au Stade de France et qui verra peut être le dernier concert d'AC/DC en France, en espérant que ce ne soit pas le cas bien sûr... Pour conclure je ne dirai qu'un seul mot à ce putain de groupe : MERCI.

NB : Pour voir en grand les miniatures cliquez dessus. All Pics by Pec.

- Set list AC/DC @ Marseille 9 juin 2009:

* Rock 'n' Roll Train
* Hell Ain't a Bad Place To Be
* Back in Black
* Big Jack
* Dirty Deeds Done Dirt Cheap
* Shot down in Flames
* Thunderstruck
* Black Ice
* The Jack
* Hells Bells
* Shoot To Thrill
* War Machine
* Dog eat Dog
* Anything Goes
* You Shook Me All Night Long
* T.N.T.
* Whole Lotta Rosie
* Let There Be Rock

Rappels:

* Highway To Hell
* For Those About To Rock (We Salute You)