Live reports Retour
samedi 14 mars 2009 - U-Zine

Mind Whispers + Minushuman + Withdrawn + Techny-Call X + Andreas et Nicolas + Benighted + Banane Metalik + The CNK + Franck Delay (ex-2Be3)

Rock School Barbey - Bordeaux

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Des concerts, il y en a tous les week-ends, un peu partout en France. Des concerts comme le Gomorah’s Delirium Night 2, c’est beaucoup plus rare !! Et pour cause, la première édition avait rassemblé sur la même affiche entre autres : Ultra Vomit, Agressive Agricultor, Passe Partout (oui oui, de Fort Boyard !) Pitbull In The Nursery ou encore Hypnosis. Un an après le succès de cette soirée festive et décalée, l’organisation bordelaise Gomorah Record a décidé de remettre le couvert et de nous servir une deuxième édition encore plus sanglant, encore plus délire et encore plus sex !!

Et en effet, voyez plutôt le programme : Mind Whispers, Minushuman, With Drawn, Techni-Call X, Andreas et Nicolas, Benighted, Banane Metalik, The CNK, Franck Delay (ex-2Be3) et Ultra Vomit, le tout dans une ambiance médiévale festive et décalée comme vous allez pouvoir le constater !

Ouverture des portes du Rock School Barbey de Bordeaux à 17h en ce samedi 14 mars 2009, on s’engouffre dans la salle et c’est partit pour 9h de musique et de délire ! L’organisation a bien fait les choses puisque le planning horaire de la soirée est indiqué dès l’entrée et des flyers le résumant sont distribués. Pour le concert, tout l’espace du Barbey est mis à disposition : le hall principal contient l’Acoustic Stage et la salle de concert proprement dite abrite la Main Stage. Les 4 premiers groupes de l’affiche sont des groupes locaux qui joueront sur la scène principale intitulée pour la première partie de la soirée « Local Support Stage ».

Etant arrivé légèrement en retard, j’ai malheureusement loupé la prestation des bergeracois de Mind Whispers. D’après les échos reçus dans la soirée, leur death mélodique a été apprécié malgré la foule relativement réduite.

Setlist Mind Whispers :
Epitaph – Near Death Experience 1998 – Ocean Waves – When I Close My Eyes – Ite Misa Est

Je suis donc arrivé juste à temps pour le set de Minushuman. La dernière fois que je les avait vus, le groupe participait au tremplin Sin Cession à Limoges. Leur son avait été l’un des points faibles et forcé de constater que le problème perdure. Le son de basse couvrait littéralement le son des guitares si bien que l’on ne pouvait absolument pas apprécier toutes les subtilités de leur thrash/death atmosphérique pourtant excellent sur album. Le groupe s’en donne tout de même à cœur joie et quelques fans connaissaient visiblement les paroles de certaines chansons. Le groupe est tout jeune mais l’expérience acquise avec Dark Poetry leur confère une belle assurance. La copie est donc à revoir au niveau du son, qui paraissait quelque peu brouillon. Le public en profitera pour apprécier le petit exploit de Gaspard à la fois batteur de Mind Whispers et de Minushuman qui enchainera les deux lives en moins d’une heure !

Setlist Minushuman :
Intro – Empire - The Sixth Mass Extinction - All Keep Falling Down – Failure – Liquid

Il est 18h45 lorsque With Drawn monte sur scène. Le groupe à récemment signé sur le label Another Sphère Record et s’apprête à sortir son premier album « Skull Of The Weak ». J’avais eu l’occasion d’écouter quelques extraits sur le myspace du groupe, et il faut avouer que le groupe ne fait pas dans la dentelle !! Ce dernier bénéficie d’un meilleur son que Minushuman et en profite donc pour tout donner !! Leur death metal est incisif et rentre-dedans, ce qui provoquera des beaux mouvements de foule. Vous pourrez retrouver en vidéo Dethrone et Gemini Distance pour vous faire une idée de la puissance de feu du groupe ! Petite découverte coup de cœur pour ma part.

Vous l’avez peut-être compris en voyant l’affiche, le Gomorah’s Delirium Night est un concert-concept totalement décalé. Et, en spectacles annexes aux concerts, nous avions droit à des combats médiévaux et à des jeux de feu (jonglage, bolas, cracheurs, …) assurés par l’association Graal Production (également connu pour tenir la Taverne du Graal sur Bordeaux). Ces activités médiévales, en tenue d’époque, avaient lieu dans la cours intérieure du Théâtre Barbey. La sécurité était parfaitement assurée puisque le terrain de combat était entouré de barrières de sécurité autour desquels se sont rassemblés les spectateurs. Ces performances permettaient d’assurer le spectacle en attendant le changement d’instruments sur la scène principale.

Il est 19h15 lorsque Techny-Call X rentre sur scène. Avant la moindre note, c’est le look du groupe qui dénote totalement. En effet, tels des robots, leur costume se compose de câbles électriques alimentant des bras bioniques stylé comme un vérin. Et leur look est la représentation même de leur musique : un métal industriel classique du genre !! L’ambiance est tantôt oppressante avec de sombres nappes de claviers, tantôt martiale comme sur le titre « Slavery » que le chanteur hurle tel un sloggan. Certains passages tirent vers l’électro mais offrent un ensemble cohérant et bénéficiant d’un son plus que correct. Scéniquement le groupe s’en sort très bien, en partie grâce à leur concept bionique qui a le mérite d’attirer le regard. On regrettera pourtant la claviériste se tenant en retrait dans le fond de la scène si discrète que certains spectateurs me confierons ne même pas l’avoir remarqué. Le groupe devra affronter une fuite des spectateurs juste avant la fin de leur set. La raison n’est autre que le concert acoustique d’Andreas et Nicolas sur l’Acoustic Stage commençant un peu avant la fin de la performance de Techny-Call X.

Setlist Techny-Call X :
Revolution – Erasing – Delivrance – Slavery – Mechanization - Disconnected - Start the process - Evolution - Control

Rendez-vous donc au rez-de-chaussée du Barbey Rock School pour voir Andreas et Nicolas, formation apparemment très attendu à la vu du monde entassé dans un hall bondé. Comme à chaque concert du duo (devenu trio avec un tout nouveau batteur), c’est surtout l’humour et la bonne ambiance qui domine. Les classiques du groupe n’ont pas été oubliés, tel que « Ours et Compagnie », « J’aime bien m’mettre de la crème (sur le visage) » sur lequel Andreas s’est étalé le contenu entier d’un pot de crème Nivea !! « Singe Facteur » chanson relativement récente, jouée 3 fois rendant Andreas épileptique ou encore la très connue « Montrez moi vos miches madame », chantée par une bonne partie du public. « Petit enfant abandonné » verra tout le groupe mis à contribution de la chanson, Nicolas se chargeant du rôle de dieu et le jeune batteur du petit enfant. Bien entendu, le trio n’a pas oublié « Je collectionne des canards (vivants) », célèbre surtout grâce au succès d’Ultra Vomit reprise en cœur par tout le public et qui verra la scène investie par Flockos et Jacou avec un masque de canard. Nous apprécierons les performances musicales d’Andreas qui jouera le solo des canards avec une flute à bec (bec, canard … ok je sors), et certains autres passages à l’harmonica. Bref, un vrai moment de plaisir acoustique qui donna le sourire à plus d’un !! Vous retrouverez d’ailleurs la vidéo de « Tu m’as sauvé la vie » ici

Setlist Andreas et Nicolas :
Elle change la K7 dans la tête du chat – Ours et Compagnie – J’aime bien m’mettre de la crème (sur le visage) – Toutes les filles qui jouent au foot – Je suis un pacemaker – Singe Facteur – Petit Enfant Abandonné – Je suis ambidextre – Je suis narcoleptique – Will Smith – Chacun ses soucis – Dans la vie – Montrez moi vos miches madame – Tu m’as sauvé la vie – Je collectionne des canards (vivants) – Myspace.com – Compromet moi

Direction la scène principale pour le gros son de Benighted. Javais aperçu la formation au Hellfest, mais si brièvement que leur prestation ne m’avais pas permis de me faire une idée du groupe en live. Avec leur concert du Gomorah, c’est désormais chose faite, et bordel de dieu … qu’est ce que c’est jouissif !! Sur album le groupe envoi la sauce mais en live c’est une étape de plus qui est franchit et qui rappelle que le metal français regorge de groupes monstrueux !! Scéniquement parfait, le groupe délivre une performance de grande qualité, arguant le public de mettre le plus de bordel possible. Et du bordel, il y en a eu !! En gros, tout y est passé, du circle pit au wall of death en passant par le bon gros pogo qui tache et les stage divings à la pelle. Le groupe invitera même le public à les rejoindre sur scène auquel répondrons une 20aine de personnes venues headbanguer en rythme avec les musiciens. Bref, Benighted a pris un grand plaisir à jouer et l’a réellement communiqué à son public. Un live carré, puissant et bénéficiant d’un très bon son. La claque de la soirée.

Setlist Benighted :
Intro Mourning – Collapse – Grind Wit – Identisick – Saw It All – Forsaken – Nemesis – Invoxhate – Foetus – Slut

Petite descente sur l’Acoustic Stage pour un “strip zombie”. Cette dénomination consistait à un petit strip-tease topless de 2 créatures pendant un petit quart d’heure sur des musiques goth et indus. Appréciable et totalement dans l’ambiance loufoque du concert. Le temps de prendre une pinte et retour à la scène principale pour les zombies bretons déjantés de Banane Metalik. Le groupe à juste sortit son dernier album, Nice To Meat You et enchaine quelques dates dans l’hexagone pour le promouvoir. Et leur passage à Bordeaux fut terrible !! Visuellement d’une part, le groupe est plus qu’excentrique et plonge le spectateur immédiatement dans leur concept zombifiant. Leur genre, autoproclamé gore’n’roll, est festif au possible et invite le public à bouger. L’aspect scénique est renforcé par des vidéos projetées sur le fond de scène, montrant la plupart du temps des chauves-souris et autres têtes de morts. Ne connaissant pas la discographie du groupe, je n’ai reconnu que "Strip Or Die", extrait du dernier album. Mais le groupe semble avoir pioché dans divers albums de sa discographie pour composer sa setlist. Le chanteur appellera à plusieurs reprises à l’anticonformisme. Le groupe se verra complété sur quelques chansons par une jolie créature dévorant cœurs et tripes, arrivant sur scène tantôt avec un hachoir, tantôt avec une tronçonneuse !! Bref, un spectacle visuel magnifique !! On appréciera également la contrebasse, instrument peu courant dans les musiques extrêmes.

Après le concert de Banane Metalik, l’Acoustic Stage a accueilli un petit quart d’heure de musique country blues mais étant partit chercher de quoi me restaurer, je n’ai pas pu y assister. Concernant la restauration, Graal Production était chargé du stand nourriture médiévale qui proposait comme plat principal un bourguignon et ses patates. On y trouvait divers sandwichs et des crêpes (dont une crêpe spéciale : la crêpe du bourrin qui, de mémoire devait comprendre sucre, beurre et nutella, bref de quoi mettre un mort sur pied !). On regrettera cependant le prix quelque peu élevé de la nourriture (2€50 la crêpe nutella par exemple).

C’est donc du nutella plein la bouche que j’ai entendu raisonner l’Ode à la Joie depuis le stand nourriture. Direction la salle principale en 4ème vitesse pour ne pas louper la performance de The CNK. Je n’étais pas venu spécialement pour eux, contrairement à ce que me confierons de nombreuses personnes dans la foule, mais il faut avouer que le groupe possède une prestance scénique hors du commun. Rose Hreidmarr notamment, fort de ses expériences musicales passées avec Anorexia Nervosa sait tenir son public, et a conscience de ses qualités charismatiques. Ne connaissant que très mal le groupe, je ne peux malheureusement pas vous donner une idée de la tracklist, puisque je n’ai reconnu que "Vote for Winners". Le groupe au visuel militaire a eu la riche idée de renforcer cet aspect martial avec de nombreux effets vidéo projetés en fond de scène. Certaines vidéos appellerons à consommer de la viande chevaline, d’autre inciterons au vote, le tout dans une ambiance quelque peu dictatoriale. Bref The CNK a offert une prestation très convaincante que le groupe a dédiée à la mémoire d’Alain Bashung, décédé le soir même.

Le temps de quelques changements techniques sur la scène principale, et 10 minutes plus tard se tenait en place l’une des têtes d’affiche de la soirée : Franck Delay. A la base, c’était Bernard Minet qui avait été programmé mais l’ancien membre des Musclés à annulé sa présence au concert en tout début d’année. L’organisation a donc recherché à remplacer l’artiste pour conserver la touche d’humour et l’aspect décalé et loufoque du concert. C’est donc un ancien membre des 2Be3 qui a été choisit, et même 10 ans après, le beau gosse a encore des restes ! Acclamé pour sa présence dans une affiche métal, il a réussi à transformer une horde de metalheads en groupies hystériques !! Franck a en effet chanté 3 titres des 2Be3 dont « 2Be3 » et « Partir un jour » ainsi qu’une chanson extraite de sa carrière solo intitulée « Dangereuse Séduction ». Il offrira même le spectacle de quelques pirouettes rappelant les clips désormais célèbre du boy’s band. La réputation des 2Be3 semble lui coller à la peau encore 10 ans après étant donné les quelques réticences à chanter certains vieux titres. Il transmettra également sa joie de se produire devant une foule n’ayant rien à voir avec son public habituel.

Et pour conclure en beauté, le Gomorah à eu l’excellente idée de reconduire la tête d’affiche de l’année dernière : Ultra Vomit. C’était pour moi la 4ème fois que je voyais les nantais sur leur tournée « Objectif : Tour » mais je constate avec joie que la setlist n’est jamais la même à chaque fois. Il y avais donc trois nouveaux titres que je n’avais encore jamais entendu en live :" Max & Compagnie", « Les brunes comptent pour des prunes » parodie de Lio, ainsi que le générique de Batman dans le cadre des interludes cinématographiques. On regrettera cependant l’absence de la Marseillaise, jouée à Limoges juste après Jack Chirac et qui fut un vrai plaisir. Quoi qu’il en soit, Ultra Vomit confirmera ce soir qu’il fait partit des meilleurs groupes français étant donné l’extrême aisance du groupe à aborder avec classe tout genre de métal. Les nombreux concerts donnés leur confèrent également un grand charisme sur scène, capable d’entrainer toute une foule à chanter qu’il collectionne des canards (vivants bien sur !). Bref, Ultra Vomit n’a plus rien à prouver en live, et pour les avoir vu à de très nombreuses reprises, je n’ai qu’une envie : y retourner !!

Setlist Ultra Vomit:
Intro - Quand J’Etais Petit - Darry Cowl Chamber - Les Bonnes Manières - Mechanical Chiwawa - Gremlins At The Gates - Je Ne T’es Jamait Autans Aimé - Mountains Of Maths - Boulangerie Patisserie - Pour Un Mosh - Poil Pubien / Poil de Cul - Croute de Pus - Bouba - Predator - Une Souris Verte - Jack Chirac - Je Possède Un Cousin - Les brunes comptent pour des prunes - Judas Prost - Batman - Max & Compagnie - I Like To Vomit - Bouba - C’était Mieux Là - Je Collectionne des Canards (Vivants)

Ultra Vomit sortit de scène, le Rock School Barbey a commencé à se vider malgré les quelques activités annexes restantes. En effet, pour finir la soirée, il était organisé un concours de « Air Strip Guitar », ainsi que strip-tease et chippendales. Deux jolies jeunes femmes sont ainsi rentrées sur scène commençant à prendre des poses suggestives. C’est à ce moment là que Sacha, l’organisateur de la soirée est apparu : « Avant de clôturer avec nos deux charmantes strip-teaseuses, nous avons prévu un petit concours de Air Strip Guitar !! Il me faut 5 volontaires !! ». Petit à petit, hésitants, quelques candidats (et candidates) se sont hissés sur scène. Le Air Strip Guitar consiste donc à un mix entre le air guitar et le strip-tease, autant dire qu’il faut être extrêmement synchro !! Sacha a donc envoyé la musique, du Pantera en l’occurrence, et les candidats se sont lâchés, en donnant le meilleur d’eux même et de leur masse capillaire. L’applaudimètre a non pas déterminé le gagnant, mais le perdant, qui s’est vu le droit de profiter d’une lap dance. L’heureux perdant s’est donc retrouvé assis, les yeux bandés pendant qu’une forme masquée s’approchait de lui. Sous le masque ne se trouvais pas l’une des deux jolies créatures, mais un chippendales qui s’effeuillera (quel vocabulaire !) devant notre perdant blasé mais qui se prendra tout de même au jeu !! Une fois ce show terminé, la soirée se terminera avec un strip-tease intégral de nos deux jolies filles du départ.

Il est 2h40, après plus de 9h de musique et de spectacle, le Rock School Barbey se vide de ses metalleux, le sourire aux lèvres !! D’après quelques échos, il y aurait eu une démonstration de piercing et de suspension sur l’Acoustic Stage en fin de soirée (probablement pendant Franck Delay ou Ultra Vomit) auquel je n’ai pas pu assister. Bref, le Gomorah’s Delirium Night 2ème édition se solde par une réussite, tant par la diversité musicale proposée que par les activités annexes. Vivement la 3ème édition !! Pour avoir posé la question à plusieurs personnes lors de la soirée, il semblerait que Pierre Perret soit en tête des personnes que les fans souhaiteraient voir l’an prochain dans la continuité de Passe-Partout et de Franck Delay.

Cependant quelques points noirs sont à signaler. Ainsi, on regrettera les prix quelque peu excessifs des boissons et de la nourriture et le fait que la sortie soit définitive (il ne valait mieux pas oublier quelque chose dans la voiture …). Et enfin, et je tenais absolument à en parler, certains agents de sécurité se trouvant sur scène m’ont paru un peu zélé étant donné que plusieurs slameurs se sont retrouvés rapidement poussés dans la foule quelques secondes seulement après être monté sur scène. Certains ont même été poussés sans personne dessous pour les rattraper … Pour un agent de sécurité, le concept de sécurité de ces dernier me parait relativement contestable … Soit on annonce explicitement « Pas de slams » comme il se fait dans certains concerts, soit on attend que la foule soit conséquence avant de pousser les gens.

Bref, malgré ces quelques points à améliorer, la soirée fut une pure réussite. Merci donc à Sacha, à toute l’organisation du Gomorah et à Graal Production pour cette excellente soirée.