Live reports Retour
samedi 10 septembre 2005

The Offspring + Archive

Fête de l'Humanité - Paris

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Si un jour on m’avait dit que j’irai à la Fête de l’Humanité, je n’y aurais jamais cru ! Et pourtant, me voici en compagnie de je ne sais combien de dizaine de milliers de spectateurs ou militants à ce grand rassemblement annuel. Cependant, ma venue à ce festival n’avait rien de politique, ni même pour participer à un nouveau festival, je venais assister à l’unique prestation live de cette année des célèbre Offspring en France. D’ailleurs, cette date fut la première calée de la tournée Européenne des Américains.

Ne venant uniquement que pour "la progéniture", je débarque donc aux alentours de 20h30 sur le site bondé de La Courneuve et m’aperçoit que je ne serait pas seul vu qu’au bas mot, il y aura 40 000 spectateurs juste pour la Grande Scène. J’ai le plaisir de voir les 35 dernières minutes du set d’Archive qui m’a totalement subjugué. Les anglais officient dans un style pop / rock progressif aux réminiscences electro voire trip hop. Le son est excellent et les lights sublimes… Ne connaissant les londoniens que de réputation, je ne pourrais détailler la set-list, mais les britishs varièrent les plaisirs mélangeant mélodies rock (proches des Pink Floyd par moment) avec des accélérations plus noisy le tout saupoudré d’arrangements éléctronique au synthé où le chanteur vient déposer sa sublime voix. D’ailleurs, une femme viendra le remplacer l’espace d’un morceau nous transportant dans une autre dimension…
Le groupe achève son set avec un morceau progressif d’une durée fort longue mais parfaitement ficelée s’achevant en apothéose avec une explosion de riffs et d’agressivité (pour un groupe de pop / rock electro – ça n’a rien à voire avec un bon vieux morceau de brutal death ! -). Le public ressort envoûté et charmé par la prestation du groupe d’Outre-Manche et moi de même…

Mais venons en au groupe qui m’a fait déplacé, c’est-à-dire The Offspring… Les Américains débarquent sur scène après une longue intro où bruits de métaux et flingues sont à l’honneur dérogeant à leur habitude de commencer par l’intro de leur dernier album - en l’occurrence Slipnter-. Puis, un par un, les membres du quatuor montent sur scène avant d’entamer Americana pour débuter suivi de l’exceptionnelle All I Want. Pas de doute, nous aurons bien le droit à un grand show ce soir, surtout que le son est vraiment bon, malgré la légère saturation de la basse de Greg K. Pourtant, je suis tout de même surpris par l’absence du percussioniste de tournée, mais cela ne m’a pas géné le moindre du monde. Tous les tubes y passent de Come Out And Play à Want You Bad en passant par Long Way Home ou Gotta Get Away. Comme à Bercy, le groupe nous refait le coup de la basse illuminée sur Have You Ever avant d’enchaîner sur Staring At The Sun et The Kids Aren’t Alright.

Par contre, scéniquement, j’avais trouvé l’année dernière que le groupe avait vieillit, cette année, ils ont carrément pris 10 ans, Greg étant immobile, Noodles se contentant de quelques allers-retours sur la scène et l’incontournable Dexter resta plus ou moins immuable pendant tout le set, changeant juste de guitares par moment et assurant parfaitement ses lignes de chants.
Une fois les singles Pretty Fly (For A White Guy), Why Don’t You Get A Job ? et Hit That joués, le groupe se retire quelques secondes avant un final toujours aussi énergique avec (Can’t Get My) Head Around You et l’incontournable et cultissime Self Esteem clôturant chaque concert des Américains.

Quelle claque, une nouvelle fois, j’ai retrouvé mes 15 ans chantant à tue-tête sur la quasi-totalité des morceaux… Hélas, le set fut une nouvelle fois trop court car en 1H10 le groupe du sauter de nombreux titres incontournables comme Da Hui ou Walla Walla ainsi que Smash joué à Cologne quelques jours plus tôt, ni même les excellents titres tirés de Ixnay… : Me & My old Lady ou Mota… Mais qu’importe, le plaisir de voir les Américains nous délivrer bien plus que le vulgaire best-of sorti cet été fut la plus grande de mes satisfactions ! Vivement leur nouvel album et la tournée qui s’en suit !