Live reports Retour
samedi 25 juin 2005 - U-Zine

Furyfest 2005 (jour 2)

Parc des Expositions - Le Mans

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Vendredi 24 Juin 2005 - Samedi 25 Juin 2005 - Dimanche 26 Juin 2005

Cette fois-ci les plannings sont en règle et le metal extrême reprend ses droits au Fury Fest de quoi satisfaire Alexis et MarTin tous deux présents, cette journée. Toutefois, pour cause de lever un peu tardif, la fatigue gagne nos jambes et d’horaires de train à la con, nous n’arriverons que vers 13h30 loupant au passage les belges de Wascars et les français de The Old Dead Tree.

 MAROON : Velvet Stage - Alexis
Leur nouvel album « Endorsed by Hate » avait mis une grosse claque à tout le monde lors de sa sortie, et je me devais d’aller jeter un coup d’œil à cette formation qui est réputé pour être d’une agressivité extrême sur scène. En effet, il suffit de prendre la température du pit quelques secondes pour voir que les sauvages sont vivement invités dans la fosse. Après l’écoute d’un ou deux morceaux d’une efficacité hors norme, je me dépêche car quelques mètres plus loin va commencer le set d’une grosse pointure…

COPROFAGO : Forum Stage - MarTin
Après un rapide passage par la case Maroon, me voilà dans la Forum Stage pour voir les Chiliens de Coprofago enfin en tournée en France. Vu que la musique des chiliens est des plus confuses mélangeant habillement passage jazzy avec influences death ou electro et plans saccadés, je m’attendais à une bouillie sonore dans la Forum, et bien pas totalement vu que le son n’était pas trop élevé. Le public apprécie ce qu’il entend et moi aussi, même si certains passages trop instrumentaux duraient trop longtemps, Coprofago m’a tout de même séduit ! Je ne regrette juste de ne pas mieux connaître le groupe afin de profiter pleinement du set comme les fans…

 CEPHALIC CARNAGE : Main Stage - Alexis
Je parle bien sûr de Cephalic Carnage . Et j’ai eu raison de me dépêcher car les petits pères nous ont sorti un réel show ! Etant arrivé le matin même, c’est avec une joie non dissimulée que j’assiste les yeux écarquillés à mon premier vrai concert du festival. Avec des titres ultra efficaces, des changements de rythme et de style musical toutes les 30 secondes, on ne s’attend jamais à ce que l’on va se prendre sur le nez. Au niveau du chant, l’alternance de la voix surguttural du chanteur Lenzig , et celle un peu plus olé olé du bassiste à la crête Jawsh, rendait à merveille. « Dying Will Be The Death of Me » ou encore leur titre black (où chaque membre pris un deathmask), toutes les chansons exécutées ont pris une tournure de hits, en ce beau début d’après-midi. Leur prestation m’a même convaincu d’acheter un de leur album, mais une fois sur le stand de leur label, Relapse, un Nile qui traînait à côté, a eu raison de moi.

 INSIDE CONFLICT : Forum Stage - Alexis
Pour le dernier concert du groupe devant un immense parterre de fans, avant leur split définitif, ce concert était l’un de ceux que j’attendais le plus de pied ferme. Et… on peut dire que je n’ai pas été déçu ! Cette demi-heure a d’ailleurs été, pour ma part, l’un des meilleurs concerts de ce festival. En fait, je pense avoir accroché bien plus que je ne m’y attendais, car ce n’est tout simplement pas à ça à quoi je m’attendais ! Un set surboosté, des musiciens avec le grand sourire ( mention spéciale au bassiste ), une fosse moins HxC que je n’imaginais, quelques circles pits… que du bon ! On se rend aussi compte qu’Inside Conflict est surtout un groupe de live ; les titres prennent, en effet, une toute autre dimension lors des concerts. Un show qui me fait encore plus rager quand on connaît le non-avenir du groupe… Mais il faut avouer, que pour des adieux, Inside Conflict nous a sacrément gâtés, malgré le son moyen de la Forum Stage.

 ABORTED : Forum Stage - Alexis
Faisant déjà parti du Fury 2004, c’est avec surprise et joie que je retrouvai mes bouchers belges préférés. Retrouver les leaders de death gore européen, c’est toujours une partie de plaisir mais cette prestation était malheureusement la moins bonne que j’ai vue du groupe. Enfin, il faut savoir que les autres prestations que j’avais vues précédemment, étaient d’un niveau quasi-parfait. Même si on assiste toujours à un show très efficace et brutal, cette fois-ci, il manquait un petit truc… Le son de la salle ? Enchaîné après Inside Conflict ? Quoiqu’il en soit, je me suis moins fait raboté le derrière que d’habitude. Même s’ils étaient venus pour promouvoir leur nouvel album, on a eu quelques titres de Goremageddon, comme l’énorme « The Saw & the Carnage Done », qui me fit repenser aux nuits torrides que j’ai passé à l’écoute de cet album. Mais ce set permis surtout à leur nouveau guitariste (ex-Yyrkoon ) de s’illustrer !

 TERROR : Main Stage - MarTin
Mon second coup de gueule pour l’organisation du Fury Fest vient du manque d’organisation du stand photographe de la Main où il fallait toujours lutter pour pouvoir prendre des photos. Ainsi, je me suis retrouvé à attendre 20 minutes sur le côté de la scène pour prendre quelques photos ne pouvant donc assister au set des remplaçants de 7Seconds que sur le bas-côté de la salle. Terror a gagné en statut depuis l’année dernière vu que le groupe joue désormais sur la Main et ce n’est pas moi qui vais m’en plaindre. Leur hardcore teinté metal est foutrement efficace et les mosh pits se forment de toute part ainsi que de nombreux circle-pit. Tous les classiques du groupe y passent, notamment ceux de One With The Underdogs de Spit My Rage à Keep Your Mouth Shut. Décidément, Terror autant sur album que sur scène est de la même trempe qu’Hatebreed !!!

 IMMOLATION : Forum Stage - Alexis
C’était la première fois que je voyais les américains de Immolation en concert, et je dois admettre que je fus assez surpris par le côté très carré du set. Même si l’un des guitaristes gesticulait, on va dire « bizarrement », l’ensemble du set reste très droit et prévisible ! La setlist faisait étant plaisir aux fans de la première heure ou à ceux qui les ont découvert récemment ; mais je retiens surtout deux titres : « Harnessing Ruin » et « Of martyrs and Men », qui me firent entrer en transe. Un set de très bonne qualité, une parfaite maîtrise des instruments, mais je pourrais tout de même reprocher ce côté trop rectiligne de la chose.

 DISSECTION : Main Stage - Alexis
N’ayant jamais réellement cherché à m’intéresser à Dissection ( étant donné les antécédents du groupe ), on ne peut pas dire que j’ai été comblé pour leur show. Cependant, j’ai plus apprécié que je ne l’aurais imaginé… c’est déjà ça. Bon, le trip avec le couteau avant de commencer le set, c’est un peu limite mais la musique du groupe passèrent dans les esgourdes plus facilement que prévu (mise à part le son des cymbales qui pouvaient te percer un tympan ! ) et on sentait que leur retour sur le devant de la scène, faisait plaisir à beaucoup de fans, qui s’étaient vêtu de tee-shirts à l’effigie du groupe pour l’occasion. Mais pour mon part, ce n’est vraiment pas l’un des groupes qui marqua ce Fury Fest 2005.

 DARK TRANQUILLITY : Forum Stage - MarTin
Voilà LE groupe que j’attendais en ce Samedi 25 Juin ! Et l’attente en valait pleinement la peine tant le concert des Suédois fut énorme. Alors certes, la set-list de DT fut très traditionnelle et surtout quasi-semblable à celle de l’Elysée Montmartre en Février dernier, mais chaque titre fut une véritable tuerie malgré un son encore une fois immonde… Les Furyeux furent tous conquis tant l’engouement dans la Forum fut général dès l’arrivée sur scène de Mikael Stanne sur The Treason Wall. Une nouvelle fois, c’est un set axé sur leur dernier album Character que le groupe nous délivre des morceaux comme The New Built, Lost To Apathy ou My Negation. Sans oublier les cultissimes The Wonders At Your Feet ou Final Resistance ! Les fans de l’ancien temps, comme moi regretterons cette set-list trop moderne et cette durée trop courte (45 minutes), mais Dark Tranquillity a délivré l’un des meilleurs concerts de la journée, qu’on se le dise !

 THE (INTERNATIONAL) NOISE CONSPIRACY : Forum Stage - MarTin
Après la claque DT, il nous fallait une bonne pause… Exit donc les sets de Kreator ou Bleeding Through, groupes déjà vus il y a moins de 6 mois pour un show moins habituel mais ô combien plaisant. C’est ainsi que je me suis retrouvé à regarder la quasi-totalité du set de TINC avec admiration. En écoutant leur musique, on se demande bien ce que le groupe fait sur une telle affiche vu que le combo nous pond une sorte de pop-rock très tendance proche des The Hives et consort. C’est frais, ça s’écoute facilement… Rien de tel pour reposer ses oreilles et me rappeler l’époque où j’écoutais de tels groupes chez moi ! Quant au chanteur, il fut surexisté pendant toute la durée du set, montant sur les amplis, se roulant par terre, s’accroupissant, haranguant le public… Que d’énergie ! Sans aucun doute, la surprise de la journée pour ma part !

TURBONEGRO : Main Stage - Alexis
Honnêtement, je n’avais jamais entendu parler des guignols de Turbonegro avant le Fury. Officiant dans une sorte de hard rock FM, ces scandinaves ont opté depuis pas mal de temps pour une musique et des tenues des plus originales. Mais avant de voir la bête en scène, je partais avec un gros a priori de médiocrité… Encore une fois, je me foutais le doigt dans l’œil jusqu’au coude ! Car si le groupe joue un style totalement opposé à ceux que j’écoute habituellement, c’est avec le plus grand plaisir que je regardais presque la totalité de leur set. Avec un second degré ( ou plutôt un dixième degré ), les membres du groupe sont complètement décalés et reflètent un certain amour pour la YMCA attitude. Le chanteur nous informe donc que c’est « une pute du Bois de Boulogne » et chant avec la fosse « Je m’appelle Jordi, j’ai 4 ans et je suis petit ». En clair, ce set fut une bonne partie de rigolade et un réel plaisir.

 LOFOFORA : Forum Stage - Alexis
Sur album, on ne peut pas dire que j’ai été charmé par les compos du groupe ; mais en live, c’est une toute autre histoire. En effet, un aspect auquel je m’attendais pas du tout, est apparu pendant leur show ; la joie et la bonne humeur. Ces sentiments m’ont envahi à partir du morceau « Justice pour tous », où la fosse ( au même titre que moi ), s’est totalement emballée. Même si le discours de Reno était très remonté, il émanait un certain bonheur de vivre assez rare dans le monde du métal. Une des meilleures surprises de ce festival !

 THE EXPLOITED : Main Stage - Alexis
Connaissant un poil les compositions de The Exploited, c’est surtout par l’attrait d’un groupe culte que je m’approche de la Main stage. Et d’entrée de jeu, j’ai été frappé par la « violence » de la musique. Pas que je sois choqué d’une telle violence, mais disons que les quelques morceaux du groupe que je connaissais du groupe ( « Punk is not dead », « Sex and Violence » ) ne me préparait pas du tout à ça. C’est clair que je fus un poil déçu pour un son très loin d’être groovy et « cool ».Cependant, le chanteur aux nattes rouges ravi les quelques punks venus au festival, même si certains, trop bourrés pour venir à l’heure pile, me demanda deux heures après : « C’est où que The Exploited joue ? ».

   NEUROSIS : Forum Stage - MarTin
Que de regrets ! Et oui, bêtement, je n’ai pas vu l’heure tourné et discutant dans l’Extrême Market où j’ai appris que les T-Shirts du Fury Fest étaient sold out, j’ai loupé une grande partie du set de Neurosis. De quoi s’en mordre les doigts, vu que j’avais déjà loupé Cult Of Luna hier !!! Je n’ai donc vu que la dernière demi-heure du combo où j’ai pris une claque monumentale. Les mélodies et sonorités développées par le groupe sont sublimes et collent parfaitement à l’ambiance sombre et hynotique dont se sert le groupe à coup de lights bleutées de toute beauté et d’une projection astrale en fond de salle. Chant plaintif et timbre hardcore étouffé succédent aux nappes de mélodies envoûtantes… On se met à planer sur des titres tels que Burn ou A Season In The Sky, la musique nous transporte dans une autre dimension de douceur, où l’on oublie tous nos soucis. Hélas, 30 minutes c’est trop court !!! Et vu la fréquence à laquelle passe les Américains, je ne suis pas prêt de les revoir… Le groupe achève son set avec un End Of The Harvest qui en fera pleurer plus d’un (si, si je vous assure !). L’un des meilleurs sets du Fury Fest sans aucun doute même si j’ai loupé la moitié du set, j’ai assisté à quelque chose de grand ce soir et ressort de la salle le sourire aux lèvres prêt à acheter la disco entière du groupe !

MEGADETH : Main Stage - MarTin
Après un tel set de Neurosis, ma tête était forcément ailleurs, mais il me fallait tout de même voir les légendes de Megadeth. Une nouvelle fois, la Main est pleine à craquer et c’est donc du milieu de la salle que je regarde la bande à Mustaine se débattre avec leurs instruments avec grâce et efficacité. Car le seul mot qui vienne à l’esprit pour ce concert est efficacité ! Les hits de Megadeth s’enchaînent à une allure impressionnante et le public en redemande… Que dire de hits en puissance comme Symphony Of Destruction ou Holy Wars ? Malgré le côté vieillissant de Mustaine et son manque flagrant de communication, le show sera assuré par le batteur de Megadeth dont les cheveux dansaient au gré des deux ventilateurs disposés à côté de lui ! Je ne suis pas fan de Megadeth, mais leur set est passé comme une lettre à la poste…

>> Suite