Chronique Retour

Album

23/06/19 - ZSK

Bane

Esoteric Formulae

LabelBlack Market Metal Label
styleBlack Metal mélodique
formatAlbum
paysSerbie / Canada
sortienovembre 2018
La note de
ZSK
7.5/10


ZSK

"On est tous le boomer de quelqu'un d'autre."

Non, il ne va pas être ici question du groupe de Hardcore du Massachusetts qui a été programmé au Hellfest il y a quelques années. Ni d’un des antagonistes du Batman notamment présent dans « The Dark Knight Rises ». Le Bane qui nous intéresse aujourd’hui, est un groupe qui nous vient d’un pays finalement peu producteur de Metal reconnu, la Serbie. Enfin, c’est même plus compliqué que ça… Si le groupe s’est formé en 2006 du côté de Novi Sad, il a connu un grand chamboulement en 2012 lorsque son leader Branislav Panić annonça son déménagement pour le Canada - et plus précisément le Québec, à Montréal. Bane a presque du repartir de zéro, alors qu’il avait signé deux albums, Chaos, Darkness & Emptiness (2010) et The Acausal Fire (2012) en plus de quelques splits et EPs, une carrière honnête malgré un line-up assez instable… Bane, le Bane serbe donc (et qui continue à s’afficher en tant que « Bane [Serbia] » sur les réseaux sociaux), s’est donc pratiquement « reformé » en 2013 au Canada, Branislav Panić s’entourant désormais de musiciens locaux évoluant dans Frostbite, Nälzer et Strigampire. Bane n’est pas un groupe franchement connu et reconnu, je l’avais découvert par le biais du promo de The Acausal Fire sorti chez Abyss Records, et je crois que ça reste le seul groupe de Metal d’origine serbe que je connaisse, encore aujourd’hui d’ailleurs. Bref, Bane ne fait donc pas du Hardcore et ne semble pas avoir de rapport avec l’ennemi musclé du Batman. Bane « de Serbie » pratique un Black-Metal très suédois, donc très mélodique, qui se rapproche bien évidemment de Dissection, mais aussi Naglfar ou The Legion ; l’ensemble penchait toutefois vers du Black/Death un peu plus massif, à la Belphegor sur certains morceaux des deux premiers albums. The Acausal Fire était donc une bonne surprise dans le domaine, un album classique mais bien fichu et assez authentique. 6 longues années plus tard et alors que Bane a donc pris des couleurs québécoises, voici que débarque son troisième album, Esoteric Formulae.

Si Branislav Panić s’est entouré de musiciens canadiens pour compléter son line-up, il a néanmoins assuré le travail en studio pour Esoteric Formulae tout seul, confiant juste la batterie au tchèque Jan Kapák (Master’s Hammer, ex-Krieg, ex-Maniac Butcher) qui a en outre mixé et masterisé cet album. Par rapport à The Acausal Fire, nous aurons donc le droit à un son aux petits oignons, notamment la batterie qui était assez affreuse sur cet opus précédent. Et ce n’est pas tout car Branislav a convaincu deux guests de venir se poser sur Esoteric Formulae, et pas des moindres : Giulio Moschini (Hour Of Penance) est venu balancer un beau lead sur "Wretched Feast", et Amduscias (Temple Of Baal) braille sur "Into Oblivion". Bane a donc profité de son déménagement à l’autre bout de l’Atlantique pour monter d’un cran, même s’il se retrouve sur le discret label Black Market (Ov Shadows). Pour la musique, on va se retrouver malgré tout et sans surprise dans la lignée de The Acausal Fire, mais en mieux et avec des équilibrages différents. Si les deux premiers albums du groupe montraient quelque peu de violence au milieu de ces mélodies suédoises, Esoteric Formulae va pencher plus vers la deuxième composante. Et va en cela se rapprocher sensiblement d’une influence primaire et évidente, celle de Dissection. Mais attention, si les deux premiers albums empruntaient fortement à The Somberlain et Storm Of The Light’s Bane (…Bane, ben oui) - remarquons d’ailleurs que "Night’s Blood" a été repris en conclusion de The Acausal Fire, Esoteric Formulae va lui tenter le rapprochement à Reinkaos. Oui, le décrié troisième et dernier album de Dissection, très mélo. Ce n’est d’ailleurs à mon avis pas pour rien que le morceau le plus mélodique et enlevé d’Esoteric Formulae s’appelle… "Reign in Chaos". Et d’ailleurs, n’aurait pas fait tâche sur le dénommé Reinkaos tant il respecte à la lettre ses codes, avec en sus un refrain fédérateur et des mélodies très inspirées, comme elles l’étaient tout de même dans cet album de Dissection parmi les excellents "Starless Aeon" ou autre "Internal Fire". Bref, ça sera à prendre ou à laisser. Mais Esoteric Formulae est malgré tout un album très équilibré et qui fait montre d’un soupçon de personnalité et de variété pour ne pas tomber dans le vulgaire clonage à la Black Horizons ou Thulcandra.

Après une belle intro orchestrale, Esoteric Formulae se lance tout en blasts, riffs appuyés et vocaux plus rauques avec "The Calling of the Eleven Angles", finalement même plus proche d’un Necrophobic que d’un Dissection même si les mélodies vont vite s’avérer très typiques. En tout cas, il n’y a rien à redire, c’est du bon Black mélodique suédois, influencé mais toujours bien foutu et déjà très complet, brut et méchant mais raffiné et résolument mélodique. Bane a un vrai savoir-faire et va le montrer sur les 36 minutes de cet album, ce qui est peu il est vrai mais le groupe serbo-canadien saura s’arrêter avant de lasser. "Beneath the Black Earth" est donc à nouveau une piste classique mais appréciable de Black (très) mélodique suédois mais va surtout nous amener au gros tube d’Esoteric Formulae qu’est "Bringer of Pandimensional Disorder". C’est tout simplement du beau et grand travail, un véritable hymne doté d’un refrain irrésistible et de compos endiablées, Branislav est possédé par son art et il ne fait nul doute que si ce genre de morceau avait été composé et sorti à la fin des années 90, il aurait facilement pu devenir un culte du genre. Mine de rien, Bane a largement les moyens de se mêler à ce qui se fait de mieux dans le style. Mais il a aussi ses particularités, et un "Wretched Feast" va le montrer, car dans la lignée de The Acausal Fire, Bane peut aussi virer Black/Death avec des compos plus agressives et massives et un chant plus grave. Cela va donc amener une variété bienvenue à Esoteric Formulae qui brode habilement sur du Dissection façon Reinkaos avec un peu plus de noirceur quand c’est nécessaire. Ça sera encore le cas pour "Into Oblivion" qui en outre n’hésite pas à amener quelques arpèges plus sombres et mystiques. "Burning the Remains" est à nouveau très classique comme un "Beneath the Black Earth", mais Bane est toujours en forme, nous amenant donc au très particulier "Reign in Chaos", qui c’est sûr ne plaira pas à tout le monde tant les mélodies sont lumineuses et « gentilles », mais pour une stricte application du style de Reinkaos, c’est une franche réussite.

Avant une outro, Esoteric Formulae se clôt sur "Acosmic Forces of the Nightside", un instrumental hélas un peu anecdotique, trop démonstratif mais aussi trop classique. Bon c’est sûr, Bane n’est pas un groupe très original tant ses influences sont évidentes, et certaines ressortent plus ici que par le passé, dont forcément Dissection. Mais encore une fois, le savoir-faire de Branislav Panić est évident. Cela n’est peut-être pas suffisant pour faire d’Esoteric Formulae plus qu’un petit album sympathique de Black mélodique suédois « à la manière de », mais il ne fait jamais honte à qui que ce soit de la scène, et s’avère un très bon disque de seconde division, gommant d’ailleurs les quelques défauts de The Acausal Fire. Il y a bien sûr le fait que cet album penche souvent vers du Dissection à la Reinkaos, ce qui fera jaser, mais le dernier méfait de feu-Jon Nödtveidt a aussi ses amateurs, et ils se retrouveront facilement dans la plupart des morceaux de cet album de Bane comme "Beneath the Black Earth", "Bringer of Pandimensional Disorder" et "Reign in Chaos" Qui sont d’ailleurs les trois morceaux les plus marquants de cet album, très réussi et inspiré du point de vue strictement mélodique. Le reste est classique, parfois trop donc, mais Esoteric Formulae remplit facilement sa mission. The Acausal Fire était déjà sympathique, Bane grimpe d’un niveau avec son successeur, cela ne suffit pas pour l’instant pour en faire plus qu’un très bon exécutant de Black mélodique Dissectionesque, mais c’est déjà pas mal et de francs tubes sont là. Sympathique et attachant de par son histoire singulière, même si on parle ici de Black-Metal un minimum noir et anti-cosmique, Bane est un petit groupe sans prétention mais inspiré et de bonne qualité, à recommander à tous les amateurs de Black-Metal assez mélodique qui descend de Sacramentum, Dawn et consorts et donc bien sûr, Dissection.

 

Tracklist de Esoteric Formulae :

1. Invocation of the Nameless One (1:15)
2. The Calling of the Eleven Angles (3:47)
3. Beneath the Black Earth (3:36)
4. Bringer of Pandimensional Disorder (3:49)
5. Wretched Feast (3:46)
6. Into Oblivion (4:35)
7. Burning the Remains (4:02)
8. Reign in Chaos (3:31)
9. Acosmic Forces of the Nightside (5:28)
10. Wrathful Reflections (1:59)