Articles Retour

Quinzième Anniversaire de la mort de Kurt Cobain (5 avril 1994 - 5 avril 2009)

dimanche 5 avril 2009 - U-Zine
U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

En ce 5 avril 2009, comment passer à côté de l'anniversaire des 15 ans de la mort de Kurt Cobain leader charismatique, torturé et doué du groupe Nirvana. Les moins de trente ans, ne se rendent surement pas compte de l'impact et de la claque monumentale que fut la déferlante Nirvana sur les ondes et dans l'univers musical dans le début des années 1990.

A cette époque Internet en était à ses balbutiements aux Etats Unis, et inexistant dans l'hexagone, il n'existait que 6 chaines de télévision, l'échange de CD et de cassettes TDK étaient le meilleur moyen de découvrir de nouveaux groupes, les magazines spécialisés n'étaient distribués aussi abondamment, et ce n'était pas si facile de découvrir tous les groupes comme de nos jours en un clic de souris. La dance music était le summum de la branchitude (sic) la radio Skyrock ne diffusait pas encore de rap mais principalement du rock, en 1991 Metallica sortait son Black album le plus commercial de son histoire se mettant à dos une majorité de son public, AC/DC ne faisait rien de neuf, et sortait heureusement le live à Donington, le Hard FM à la Bon Jovi inondait les ondes, où alors on voyait Slash avec un énorme ventilo cachetonner pour Michael Jackson.

Trois groupes sortiront vraiment du lot, en matière de ROCK dur, en ce début des années 90, Pantera qui sortait 2 albums en guise de coup de poing dans la gueule comme la pochette de "Vulgar Display of Power", coup sur coup début des 90's, et Rage Against The Machine avec ce nouveau son mélant metal et Hip Hop en 1993 avec leur premier opus estampillé "parental advisory explicit content".

Mais ceux qui prirent la route du succès un peu à leur insu il faut quand même le signaler, passant de la petite salle underground de Seattle aux plateaux de MTV s'appelaient Nirvana, un groupe qui ne fit aucun compromis, ne se maquillait pas ou ne sortaient pas des clips avec bimbos siliconées, et qui semblait en avoir rien à foutre du succès qui leur tombait dessus et se jouait aussi beaucoup de la presse et des médias lors de leurs apparitions télévisées. Leur chanteur blondinet maigrichon fringué comme un bucheron clodo, à la voix éraillée et auteur des textes et de nombreuses musiques, se nommait Kurt Cobain. Le Grunge était né, et signifiait la crasse entre les orteils!!

Certes Nirvana n'était surement pas le plus grand groupe de l'histoire du rock, ni même de la ville de Seattle dont ils étaient originaires, mais en 1991 il y aurait un avant et un après Nirvana avec la sortie de Nevermind, et ce clip, tube , hymne d'une génération "smells like teen spirit" qui allait à l'époque faire taper du pied et hurler des millions de teenagers dans leurs chambres à travers le monde, trouvant dans ce groupe une rage sincère qui les touchait et ne les quitterait plus. La recette du succès une dose de punk, un talent d'écriture proche de songwriter d'un Neil Young ou d'un Bowie, un bucheron à la batterie nommé Dave Grohl, un géant par la taille bassiste nommé Krist Novoselic, un groupe qui avait une attitude rock'n roll que l'on n'avait pas vu depuis les années 1970, et un leader du nom de Kurt Cobain drogué notoire certes, mais intelligent, cultivé, talentueux, ironique, désabusé, un poète digne d'un Jim Morrison des années 1990.

Nevermind est un album surement trop bien produit (au gout du groupe lui même vu les sorties suivantes) album qui rencontra à la fois un public rock mais aussi et c'est la grosse surprise un public bien plus large, et une critique unanime, album qui serait aussi surement le début de la fin.

Me concernant j'avais du découvrir ce groupe par le bais de Skyrock, et oui dire ça de nos jours est assez surprenant vu la merde indigeste qui nous est proposé sur cette radio, oui l'un des premiers en France à avoir diffusé Nirvana sur les grandes ondes en France se nommait Maurice et avait son émission sur Skyrock. Mais le premier achat pour ma part fut une cassette audio de Bleach, et cet album reste toujours mon préféré du groupe. D'ailleurs sur Nevermind mes chansons préférées ne sont pas les tubes ou le grand tube, au doux parfum de déodorant, même si j'ai une tendresse particulière pour lui, ce serait surement plus Lounge Act, Drain You, ou Stay Away, qui sont des chansons très proche de ce que faisait Nirvana dans Bleach, tempo plus rapide avec une voix plus écorchée, un son moins propre et une réelle efficacité.

En 1994, le 5 avril Kurt Cobain meurt dans sa maison, un fusil dans la bouche, la nouvelle arrivera 3 jours plus tard, et ce fut un véritable choc, même la mort de Freddie Mercury leader de Queen en 1991 n'avait pas secoué autant les esprits que le décès brutal de Cobain à 27 ans, en pleine gloire, comme Jim Morrison, Jimi Hendrix, Janis Joplin avant lui. Je me rappelle avoir veillé tard la nuit pour voir l'émission spéciale Nirvana de Metal Express sur M6 avec une Laurence Romance des plus attristée par cette nouvelle, depuis, M6 nous fait passer la nouvelle star pour du rock...

En 1996 j'assistai en compagnie de mon père, dans le théatre Antique de Vienne en Isère à un concert mémorable de Neil Young & Crazy Horse dont la première partie était assurée par une inconnue dénommée Alanis Morissette, et un groupe qui m'intéressait au plus haut point, les Foo Fighters, avec Dave Grohl au chant et à la guitare et Pat Smear (second guitariste de Nirvana). Non seulement ce concert fut un des meilleurs concerts auquel j'ai pu assisté grâce à la tête d'affiche qui offrit une prestation magistrale, mais aussi pour avoir pu voir deux ex-Nirvana sur scène, surtout en n'ayant pas pu avoir l'opportunité de voir ce groupe une fois sur scène avant la mort de Cobain.

Que reste-t-il quinze ans après le "suicide" de Kurt Cobain?
Son image est galvaudé et on peut la voir sur des produits vintage, et en boutique de luxe, et porté par des adolescents boutonneux, bobos, qui n'ont jamais du écouté Bleach et ne sauraient pas citer le nom des albums du groupe, il en est de même pour l'imagerie de Jim Morrison. Mais les moins de trente ans ne doivent pas se rendre compte de ce que fut cette déferlante Nirvana, et c'est pourquoi j'ai souhaité taper ces quelques mots sur mon clavier, pour restituer un peu le contexte et faire si besoin est un léger hommage à l'artiste et non pas à l'image qu'il reflète de nos jours, et qui peut en irriter beaucoup.

Ce n'est donc pas une raison pour passer à côté de l'héritage musical de ce groupe, le talent, le charisme, et l'aura indéniable de cet artiste, qui marqua toute une époque, et qui ne survit pas à ses démons ni au succès.

Kurt Cobain est mort il y a quinze ans, mais sa musique est dans nos oreilles et dans nos platines pour toujours, et c'est bien le plus important.

Salut l'artiste.