Interviews Retour
mercredi 27 janvier 2010 - U-Zine

Nightmare

Jo Amore (chant)

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Véritable tourbillon de la nouvelle scène heavy/thrash, Nightmare ne s’arrête plus et continu de grimper les échelons de la reconnaissance et de la popularité, à coups d’albums marquants et imperfectibles et de prestations scéniques irréprochables. A l’aube de la sortie d’un « Insurrection » accentuant encore un peu plus l’intensité de leur musique (après un « Genetic Disorder qui avait méchamment durci le ton), Jo Amore (chant) nous en dit un peu plus sur l’album, le groupe et le heavy métal en général…

1 – Salut Jo. C’est un honneur de pouvoir discuter avec toi. Commençons par retracer le parcours de Nightmare pour les trop nombreuses personnes qui ne vous connaissent encore que trop peu.

Salut Joffrey merci à toi !!
Nightmare a vu ses origines en 1979
La carrière qui suit se décompose en deux grandes périodes jusqu’en 1987 pour la première avec la sortie de deux albums, un silence de 12 années suivi d’un come back depuis 1999 qui a vu la sortie de 5 autres albums studio.

2 – Vous commencez actuellement la tournée promotionnelle pour le support d’Insurrection avec Satan Jokers. Comment se sont passées les premières dates ?

Les 2 ères dates, Nantes et Colmar ont été l’occasion de retrouver des musiciens qu’on a côtoyés dans les années 80.
Nous évoluons dans le même état d’esprit, c'est-à-dire la bonne humeur et l’envie de partager notre amour de la musique.
L’ambiance était super et espérons pouvoir réitérer cette expérience dans un futur proche.

3 - Alex Hilbert a quitté le groupe après Genetic Disorder, et joue aujourd’hui de la basse dans Lonewolf. Que s’est-il passé exactement ?

Alex a décidé de quitter le groupe pour des raisons professionnelles et personnelles, le planning des concerts et tournées de Nightmare n’étaient plus compatibles avec son travail, nous respectons son choix, d’autant que Lonewolf sont des potes à nous.
Son départ s’est passé sans animosité ni rancœur.

4 - Venons-en à ce nouvel album, Insurrection. Il a été produit par Achim Köhler, connu pour avoir travaillé avec Accept, Brainstorm ou Primal Fear. Vouliez-vous obtenir un résultat « à l’allemande », c'est-à-dire carré et très puissant ?

Nous nous sommes rapprochés d’Achim KOHLER pour son expérience, surtout au niveau du son des guitares et son travail sur les mixages que l’on apprécie tout particulièrement. Insurrection sonne encore plus puissant que nos précédents albums et son savoir faire y est pour quelque chose.

5 – Avec le recul, que penses-tu de l’expérience du mythique studio Fredman pour Genetic Disorder ?

Le FREDMAN nous a permis de franchir une étape et Genetic Disorder sonne très actuel, et cette expérience nous a permis de nous rendre compte que le choix du producteur est crucial pour le résultat final.
Cet album a marqué une volonté d’évoluer vers une musique plus brutale.

6 – Genetic Disorder avait surpris par l’omniprésence des guitares et on remarque avec Insurrection que vous êtes loin d’avoir baissé d’intensité, est-ce un moteur pour vous ? Décris-nous Insurrection de ton point de vue personnel ?

En effet, l’importance des guitares est de plus en plus marquée, celles-ci sont plus efficaces par leur puissance, les compositions sont elles aussi plus death mais avec Insurrection, nous avons voulu retrouver de la mélodie au niveau des lignes de chant, de manière à ce que les refrains soient plus efficaces.

7- On remarque également une plus grande mélancolie dans certaines compositions ou même dans les textes, notamment « Eternal Winter » ou « Target for Revenge » ? Est-ce un moyen de proposer quelque chose de nouveau ?

Cet album a été l’occasion pour moi d’exprimer en effet des sentiments plus contrastés, plus forts, tel que la tristesse et le désarroi.

8 – Il y a également « Three Miles Island », un titre atmosphérique bien particulier, aux riffs évoquant parfois la puissance d’un Megadeth ou d’un Arch Enemy. Quelles sont vos influences actuelles ?

En effet en citant ARCH ENEMY tu as vu juste : Franck, qui a composé Three Miles Island en est fan et font partie de ses influences actuelles.
Je rajouterai aussi quelques influences de groupes plus anciens tels que MAIDEN ou SAVATAGE.

9 – Tu as développé un registre de chant encore plus étendu, allant vraiment au bout de tes limites sur « Mirrors of Damnation » ou « Insurrection » par exemple. Comment as-tu travaillé pour un tel résultat ?

En effet, j’ai pris plaisir à aller taquiner mes limites vocales et j’ai une grande satisfaction d’entendre aujourd’hui les résultats qui apportent une variété à nos compositions.
En ce qui concerne le travail vocal, je n’ai effectué aucune préparation particulière.

10 – Que penses-tu de la scène heavy métal actuelle, et comment y places-tu Nightmare ?

Il y a 2 types de groupes : ceux qui, plus anciens, ont conservé un style plus originel et ceux qui ont continué à évoluer avec les années, Nightmare fait partie de ceux là.

11 – Quelle est cette fameuse Insurrection justement qui est utilisée comme patronyme de l’album ?

Une grande partie des textes de l’album traite de sujets cataclysmiques et en effet l’homme a toujours tenté avec plus ou moins de succès, à contrer ce qui paraît inéluctable et en effet Insurrection résume bien cette volonté humaine.

12 – Après Regain records, plus typiquement extrême (Behemoth, Marduk, Samael), vous avez aujourd’hui signé chez AFM Records, un label plus majoritairement heavy et thrash. Etais-ce le label qui manquait à Nightmare ?

AFM a un catalogue plus similaire à notre style de musique ce qui est plus facile dans le travail avec le label car nous allons dans le même sens et espérons par ce biais bénéficier d’un support plus conséquent et plus constant : notamment dans l’organisation de la promo, tournées etc…

13 – Nightmare est un groupe qui prend réellement une nouvelle dimension sur scène, plus puissante et écrasante. Que représente la scène pour toi ? Préfères-tu composer et enregistrer en studio ou chanter en live ?

Ce sont deux manières complémentaires de travailler et la scène est l’aboutissement de tout musicien, une forme d’apothéose.

14 – Vous avez enregistrés dernièrement une date anniversaire pour vos 30 ans de carrière à Grenoble. Un dvd est-il prévu pour immortaliser l’évènement ?

Tout à fait, un DVD en sera tiré et sortira fin 2010.

15 – Vous aviez collaboré avec Floor Jansen et Sander Gommans pour « The Dominion Gate » ? Quels souvenirs gardes-tu de cette expérience ? Que penses-tu du split précoce et inattendu qui a suivi leur album éponyme en 2008 ?

C’est toujours dommage de voir un groupe se déchirer et splitter, mais en effet parfois il vaut mieux se séparer pour mieux rebondir par la suite, et c’est ce que nous leur souhaitons. Quant à leur participation à The Dominion Gate, on venait de terminer une tournée européenne avec eux, c’est tout naturellement et en toute amitié, qu’ils sont venu apporter ce petit plus à l’album.

16 – Que penses-tu de la scène française actuelle ?

Le métal est une musique parfois qui rencontre des difficultés de reconnaissance, c’est encore plus vrai en France, il y a de réels talents parmi les groupes français qui ne sont pas toujours reconnue à leur juste valeur.

17 – Quels sont les groupes qui t’ont le plus marqués dernièrement ?

Je citerai Kragens & Ellipsis et bien d’autres encore.

18 – Vous êtes confirmés au Wacken 2010, je suppose que vous êtes impatient d’y jouer ? Que penses-tu du Hellfest ?

Ils feraient bien de nous programmer à l’image du Wacken ! Nous allons jouer plus souvent a l’étranger qu’en France..Nul n’est prophète en son pays !!

19 – Je tenais à te remercier pour le temps précieux que tu as passé à répondre à cette interview…je te laisse le mot de la fin…

HEAVY METAL RULES




Merci à Jo et Nightmare en général pour leur disponibilité et leur simplicité sur scène comme en dehors !