Interviews Retour
vendredi 13 avril 2007 - U-Zine

Shining

Kvarforth

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Depuis quelques temps, Shining ne cesse de gravir des échelons dans le milieu métal... Et ce, surtout depuis la sortie du dernier album, “Halmstad”, apparu chez Osmose Productions qui plus est. A cette occasion, U-zine a décidé d’interviewer avec Kvarforth, créateur et leader du groupe.

U-zine.net : Salutations. Bien que vous soyez connus à l'heure actuelle, pourrais-tu nous faire une petite biographie de Shining ?

Kvarforth : J'ai donné naissance à cet enfant malade en 1996 et dès lors, j'ai pollué le marché avec cinq albums, quelques eps et un paquet de concerts véritablement démentiels ici et là. Tout au long de mes onze années de carrière, j'ai utilisé plusieurs outils dans le but de perfectionner l'enregistrement des albums et la prestation scénique, je crois que plus de 40 membres sont entrés et sortis depuis le commencement. Je n'ai pas grand chose à ajouter, si tu entends des rumeurs toutes plus absurdes les unes que les autres sur notre histoire sur n'importe quel site Internet, laisse-les se nourrir de leurs conneries et de leurs rumeurs. Je n'ai pas la force d'en discuter là maintenant, pas tant que je n'aurais pas pris mon café du matin au moins.

Brünnhilde : Halmsad est apparu depuis peu. Pour l'instant, quels échos en avez-vous eu ?

K. : Je n'ai eu le temps de ne lire aucunes chroniques pour le moment, malheureusement, mais les échos que j'ai eu des quelques personnes à qui j'ai fait part de mon nouveau travail ont été bien supérieurs à ce que j'aurais pu espérer avant. Le personnel d'Osmose Productions, tout comme mes plus proches collaborateurs nous ont honoré et respecté quand il ont écouté un peu [l'album]. Tous disent que c'est mon meilleur travail jusqu'à présent, ce que je trouve vraiment très surprenant, vu que j'ai eu le fort sentiment que ce serait l'album qui nous ferait perdre nos fans passés et présents. Nous n'avons pas gagné le double, mais bon, il semblerait qu'il y a quelquefois de bonnes choses qui se passent...

B. : Pourquoi "Halmstad" ?

K. : Quand j'ai vu la direction que prenait l'album pendant l'enregistrement, on aurait cru soudainement que je donnais une série de confessions plutôt que de poser les structures qui deviendraient plus tard un paquet de chansons. Tout le passé de ma famille dégoûtante est à Halmstad et même si j'ai vécu jusqu'à mes 19 ans à Stockholm, je suis retourné là-bas après avoir été à l'enterrement de mon grand-père. Cependant, ce sanctuaire à moi sera devenu plus tard mon pire cauchemard, en perdant ma famille biologique, ma famille d'adoption et en plus, le peu d'espoir qui me restait. Cette plaisante surprise m'est arrivée comme une tornade il y a 9 mois. De ce fait, j'ai choisi le titre en y ajoutant un sous-titre, "Niklas Angående Niklas", qui signifie à la base "Niklas sur Niklas" ["Niklas About Niklas"]. Donc d'une certaine manière, on pourrait considérer que ce cinquième album est absurdement personnel.

B. : Comment s'est déroulé l'enregistrement de l'album ? Es-tu satisfait du résultat ?

K. : Je suis vraiment satisfait du résultat, bien que l'enregistrement était assez emmerdant. Mais c'est toujours comme ça, quand il s'agit de faire quelque chose en rapport avec SHINING, le comsos travaille contre nous et à travers n'importe quelle voie. Rickard Bengtsson, notre producteur, a décidé au milieu du processus qu'on se déplace, ce qui signifie que nous devions nous adapter à une situation, enregistrant dans de différents locaux et à différents moments. C'était quelque chose de certainement très frustrant, car il pouvait quelquefois décider d'aller au cinéma au lieu d'aller enregistrer pour sauver sa relation avec sa petite amie. Plus tard, pendant quelques mois, enfin, à peu près six mois, comme nous nous rendions compte que les mixages n'étaient pas au point, j'ai disparu jusqu'à ce que Witt s'en chargea avec Rickard, pour enfin conclure l'album. Nous ne nous servirons pas de Rickard pour les enregistrements futurs, ce que je trouve assez triste, vu tout ce qu'on a appris avec lui, en produisant à la fois SHINING IV et SHINING V. Il est, sans aucun doute, un magnifique producteur et tuteur, mais on a déjà assez de problèmes psychologiques dans le groupe. Si en plus, on a un producteur qui a l'esprit de compétition, ça pourrait être fatal.

B. : Comment en êtes-vous arrivés à signer avec Osmose Productions ?

K. : J'ai contacté un toute petite quantité de labels quand j'ai décidé de couper court avec Avantgarde Music, et après m'être entretenu avec chacun d'eux pendant un très, très long voyage en voiture avec un ami à travers l'Europe, j'ai décidé qu'Osmose Productions avait la meilleure et la plus sincère approche de SHINING et de nos onze longues années d'existence. Maintenant, cependant, je ne peux pas dire si c'était une bonne décision ou non, on n'a qu'à attendre et voir.

B. : Comment définirais-tu en quelques mots ce nouvel album ?

K. : Sans aucun doute l'album de l'année, au moins dans un genre si effacé comme celui dans lequel nous oeuvrons actuellement.

B. : Etant donné que les textes de ce nouvel opus sont intégralement rédigés en suédois et que nombreux sont ceux qui ne comprennent pas cette langue, pourrais-tu nous dire concrètement de quoi parlent vos textes ? Ma question peut paraître stupide, la pochette le montre clairement, mais j'aimerais, si possible, que tu développes un peu.

K. : Ce n'est décidément pas une question stupide, mais plutôt le contraire. "Yttligare Ett Steg Närmare Total Jävla Utfrysning" est en fait la suite de "Ännu Ett Steg Närmare Total Utfrysning" de SHINING II, lequel reflète, à la base, un dégoût de l'homme, de la nature, du bien, de la vie en général, et qui exprime aussi bien les conditions physiologiques que psychologiques liées à une crise d'angoisse quotidienne dont j'ai plus ou moins souffert chaque jour de ma vie, du peu que je me souvienne. Un bon souvenir pour commencer ma confession, je crois. "Längtar Bort Från Mitt Hjärta" est un morceau qui concerne la haine du spectre émotif en soi, étant donné qu'il est le seul composant qui travaille contre l'évolution personnelle et le ralliement du corps. Il a été écrit pendant la première partie du "divorce" de ma soi-disante âme soeur, avec qui j'ai passé mes quatre dernières années et c'est extrêmement difficile pour moi de revivre cela, créant ainsi un angle noir de l'album. "Låt Oss Ta Allt Från Varandra" n'a pas été écrit par moi, mais par Ynas Lindskog, A.K.A. Mörkkh du groupe suédois Malign, même si les paroles me parlent beaucoup. Je ne me sens pas assez adroit pour en parler. "Besvikelsens Dystra Monotoni" parle une fois encore du génie de refaire à nouveau ses propres erreurs continuellement, démontrant d'une manière réelle que tous les aspects "importants" de la vie finissent dans le monde Kvarfoth, comme des amis qui deviennent des ennemis, ou l'amour qui devient la haine, l'admiration qui tourne à la convoitise et l'amour qui devient la tristesse. "Åttiosextusenfyrahundra" est malheureusement un concept qu'on ne peut pas décrire avec des mots. Tu es obligé de le vivre, tandis que la dernière chanson de l'album, "Neka Morgondagen", parle tout simplement du besoin de refuser le jour de demain. En somme, les paroles de cet album sont le résultat de quelques années dans la rue...

B. : Selon toi, quelles différences y a-t-il entre Halmstad et The Eerie Cold ?

K. : Bien sûr, j'ai évolué depuis le dernier album, aussi bien musicalement qu'au niveau textuel. Si tu regardes l'ensemble, on n'a pas fait un gros progrès, compte tenu de la démarche que nous avons pris entre SHINING II et SHINING III, par exemple, ou SHINING III et SHINING IV. Je sais que nombreux de nos fans veulent que je refasse SHINING II, cependant, ce serait complètement stupide comme c'était il y a six ou sept ans, tu sais. On peut toujours s'attendre à un progrès entre chaque nouvel album qui sort, un progrès qui pourrait avoir un contenu musical qui diffère de l'album précédent. Cea dit, tout ce qui importe, c'est que je ne vais jamais perdre contact avec ce que nous faisons, l'atmosphère de SHINING est tout ce qu'il y a d'important caché dans l'ombre. On fera peut-être un jour un album de pop, mais pour moi et pour ceux qui sont vraiment dans le groupe, c'est vraiment la même chose.

B. : La pochette de l'album est pour le moins significative. Qui l'a réalisée ?

K. : Je l'ai fait à partir d'une photographie que j'ai trouvé quelque part. Comme pour tous les précédents releases de SHINING, je suis coupable de tous les aspects visuels.

B. : Hellhammer a été remplacé par Witt dans ce nouvel album. Serait-il possible d'avoir une explication concernant la cause de son départ ?

En fait, Hellhammer a été remplacé par Witt il y a quelque chose comme deux ans quand on a finalement décidé de jouer en live. Tout d'abord, je n'étais pas vraiment satisfait du jeu de batterie de Hellhammer. Enfin, je veux dire, c'est un bon batteur, la question ne se pose pas, mais j'ai trouvé que le style de Witt était plus approprié à la musique que je fais. Deuxièmement, Hellhammer s'est impliqué dans Dimmu Borgir en même temps, et jouer avec eux, comme avec Mayhem ou Arcturus, ne faciliterait pas sa capacité de partir en longues tournées avec SHINING, qui gagne moins d'argent que tous les trois. Malheureusement, l'argent est une priorité pour la survie, comme nous en sommes tous les deux conscients et je ne décommanderais pas une autre tournée juste parce qu'un membre de notre groupe a une autre affaire, donc la décision a été très simple. Cependant, nous sommes restés bons amis et nous aurons peut-être un nouveau projet dans l'avenir.

B. : Quels sont vos projets à présent ? Le successeur de Halmstad est-il en route ? Aurons-nous bientôt l'occasion de vous revoir en France ?

Nous allons probablement de nouveau entrer en studio cet automne mais en ce moment, notre grande prioriété est de jouer le plus possible en live et on est actuellement en train de négocier avec de diverses agences pour allonger notre tournée aussitôt que possible. Cependant, s'il y a quelqu'un en France qui veut nous prendre pour quelques concerts, il ne faut pas hésiter à nous contacter, on serait ravis de venir vous foutre en l'air. J'ai moi-même d'autre part pas mal de choses qui se passent en ce moment, à côté de SHINING. J'ai été invité à faire des parties vocales pour les prochains enregistrements de Nattefrost et Skitliv, des concerts avec différents groupes, et dernièrement quelques concerts avec Urgehal. Ces derniers temps, je suis en train de travailler sur des paroles et des parties vocales pour le groupe King of Gorgoroth et pour d'autres musiciens qui sont bien établis. Cela dit, rien n'est sûr, mais j'espère que ça va marcher et m'occuper dans le proche avenir.

B. : Quelles sont tes dernières découvertes musicales ?

Actuellement, le nouveau Watain que j'ai reçu du groupe le week-end dernier lors d'une petite soirée blast-from-the-past que nous avons passés ensemble après leur show au Inferno Festival et je dois avouer que cet album me met réellement hors de moi. J'ai toujours su qu'Erik était destiné à de grandes choses et je suppose qu'il y parvient plus rapidement que je le pensais. Putain, c'est stupéfiant...

B. : Je te laisse les mots de la fin.

Achetez le nouvel album, droguez-vous, violez des salopes et passez une bonne journée, tata / K

Merci à Kvarforth et à Nico d'Osmose.