Interviews Retour
lundi 13 novembre 2006 - U-Zine

Eternal Majesty

Sagoth

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Afin d'inaugurer la sortie du nouvel album d'Eternal Majesty - soit l'un des groupes de Black Metal les plus anciens de Paris -, U-Zine s'est permis d'interviewer (via mail) Sagoth (Basse) pour qu'il nous en dise davantage sur le sujet...
A noter que Martyr (Guitare) s'est également donné la peine de répondre à deux de mes questions.

U-zine.net : Salut à toi. Pour commencer, je vais te poser la question d-la-mort-qui-tue : peux-tu te présenter toi-même et nous dresser un historique de ton groupe ?

Sagoth : Le groupe est né en 1995, après une premiere demo en 1997 et quelques splits avec notamment Antaeus, Krieg, Judas Iscariot, Temple of Baal, nous avons enregistré un premier album « from war to darkness », un MCD « nights shadows  et le 2ème album « wounds of hatred and slavery » sous Appease Me / Candlelight.

Brünnhilde : Quelles sont vos principales influences et quel serait, selon toi, le ou les sentiment(s) qui a/ont toujours animé Eternal Majesty ?

Sagoth : Nous avons pas mal de références musicales elles vont du Black metal old school en passant par le vieux death metal, le doom l’electro, l’indus et j’en passe… pour te citer des noms : Satyricon, Emperor, laibach, Carpatian forest, W.A.S.P, Diabolicum, Dark throne, Left over Crack, Diamanda galas, Incantation, Murder Rape, Horna… la liste peut être longue.

Brünnhilde : Eternal Majesty est composé de tes trois frères et toi. C'est quand même peu courant... Justement, quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Sagoth : Effectivement nous sommes 4 frères au sein d’ Eternal Majesty, situation peu courante, qui comporte son lot d’avantage comme la spontanéité, l’honnêteté des uns par rapport aux autres, nous n’avons aucune retenu sur nos remarques ce qui nous donne l’avantage de pouvoir communiquer franco sans risques de mettre en péril le line up. On se connait par cœur ce qui nous rend plus fort, nous sommes liés par une véritable solidarité aveugle. Eternal majesty représente vraiment une identité forte ou chacun trouve ça place naturellement. Les inconvénients, il est difficile pour nous de travailler avec des personnes extérieures cela s’est en général soldé par un rejet inconscient de l’élément intrus. On est dans notre bulle et quand tu te retrouve au milieu de quatre frères il est difficile de se faire une place. De plus nos rapports sont très spontanés. A part ça je ne vois vraiment aucun autre inconvénient. Notre propos et la création de notre art musical s’intègre lui aussi à cette bulle limite sectaire. Nous partageons nos idées, et chaque concept abordé dans eternal Majesty fait partie de notre vie et vision de ce monde.

On est peut être un peu trop renfermé sur notre univers je sais pas ?!

Brünnhilde : "Wounds Of Hatred And Slavery", c'est votre nouvel opus et il a été produit par Candlelight. Pour ceux qui ne l'ont pas écouté, comment le définirais-tu ?

Sagoth : Difficile à dire, il est d’un point de vue musical beaucoup plus mélodique et travaillé que le « From war to darkness » le concept globale est une continuité de notre œuvre, elle suit notre logique, il est axé sur trois thèmes principaux « wounds » « hatred » « Slavery ». Pour le reste je vous laisse faire le chemin d’interprétation …

Brünnhilde : Votre "From War to Darkness" est apparu chez Battlesk`rs. Ensuite, vous avez vous-mêmes autoproduit votre mini-disque "Night Shadows". Et finalement, vous avez signé chez Candlelight pour la sortie de votre second full-lenght. Ça fait déjà beaucoup de changements en peu de temps (ou peut-être pas) - sans parler des labels chez qui vous avez sorti vos premiers releases... Comment expliques-tu tout ça ? Est-ce qu'aujourd'hui, Candlelight vous apporte quelque chose de plus particulier ? Comptez-vous travailler encore longtemps avec ce label ?

Sagoth : L’évolution d’un groupe passe par plusieurs étape, et les demos en font partie, C’est grâce à bon nombre de petit label et structures underground que nous avons fait évoluer le concept d’Eternal Majesty, il me semble important de savoir prendre sont temps et de ne pas griller les étapes. Notre parcours est logique, ces petites structures nous ont aidées à poser les premières pierres, et nous continuons notre chemin …

Candlelight et Appease me nous apportent un confort devenu primordial pour notre évolution musicale. Ils nous déchargent de pas mal de choses. Ils nous apportent un soutien pour le moment sans faille, et l’importance et l’expérience de ces labels ne peut être qu’un atout pour nous. En tous cas je les remercie vraiment pour leur professionnalisme.


Brünnhilde : Revenons en à Wounds Of Hatred And Slavery... Comment s'est passé l'enregistrement de l'album ?

Sagoth : Nous avons enregistré notre Album au « plus neuf studio » une structure en plein paris 11ème pendant le moi d’avril. L’équipe qui nous a encadré à vraiment été à l’écoute, et nous a vraiment bien aidé dans l’élaboration de cet album. Le Mastering à été réalisé par Mobo au Conkrete studio à bordeaux. Nous avons passé en tous 2 semaines à travailler dans de superbes conditions. Un véritable changement dans nos habitudes. On en a tiré le meilleur pour l’avenir ce qui nous pousse à encore mieux préparer la suite.

Brünnhilde : Est-ce que, selon toi, cet album illustre une évolution au sein du groupe ? J'imagine que oui... Pourrais-tu nous en dire d'avantage ?

Sagoth : Cet Album est une évolution sur plusieurs points non seulement d’un point de vue de la diffusion c’est véritablement notre premier prod qui bénéficie d’une bonne distribution, notre style est aussi plus dépressif. On a vraiment mis en avant l’atmosphère, et les thèmes qui ont inspiré la composition rendent le final plus mid tempo. Nous avons travaillé en dehors de toute barrière stylistique même si fondamentalement ça reste du Black metal l’ensemble à quelque chose de moins standard que sur le From war. Le retour à des arrangements pour appuyer les ambiances est aussi une chose que l’on compte approfondir. Même si tout n’est pas parfait, on est très fier de cette œuvre.

Brünnhilde Martyr s'occupe également d'une sorte de bande-dessinée intitulée Underground. Je m'étais achetée le premier numéro (dont j'avais apprécié la lecture)... Mais je ne suis pas trop au courant. Est-ce que le deuxième numéro est sorti ? Où en est-il ? Sera/est-elle également limitée à 200 exemplaires ?

Martyr : Effectivement le n° 2 est prevu il est quasiment fini et bien mieux réalisé que le premier ; il sera sûrement tiré en 100 ex seulement. Ceci dit c’est un projet totalement indépendant qui n'a rien à voir avec Eternal majesty c'est juste un hommage à la scène mythique scandinave des années 90.

Brünnhilde : Quels sont actuellement vos projets ? A quand le nouvel album ?

Nos projets ??? On vie un peu au jour le jour avec Eternal Mjetsy et en fonction de nos envies. On à en prévision de travailler sur une vidéo qui devrait illustrer un des morceaux de l’album, rien de bien précis pour en parler ici, de plus c’est un exercice difficile nous allons vraiment prendre le temps de réfléchir a ça conception…

Pour le prochain album on y pense déjà… mais chaque chose en sont temps.

Brünnhilde : Qu'en est-il d'Atrox et d'Aosoth ? Quelles sont les nouvelles ?

Martyr : pour atrox j'ai rien sorti depuis la demo infest & desecrate . Manque de temps mais je compte réaliser un jour un album complet j'y pense pas mal ces derniers temps.

Pour Aosoth j’occupais le poste de Bassiste et Thorgon celui de batteur au coté de Set (guitariste d’Antaeus) et du vocaliste d’Antaeus, cette formation s’est créé un peu par hasard nous avons enregistré et sorti un split lp avec Antaeus à la même époque que l’album deprincipii … d’autres morceaux avaient été composés et étaient resté en suspend, depuis j’ai cru savoir que des choses étaient sortie mais je pourrais pas t’en dire plus, j’ai suivi ça de très loin sans vraiment m’y intéresser .

Brünnhilde : Le BM, c'est quoi, pour toi ?

Sagoth : Le BM est à mes yeux un art musical extrême, c’est quelques choses de personnel qu’on peu difficilement enfermer derrière des principes prés établis.

Brünnhilde : Encore une question banale (mais intéressante) : quelle est ton opinion vis-à-vis du téléchargement ?

Sagoth : Je pense qu’Eternal Majesty suit le même schéma que la grande majorité des groupes. J’ai vu que notre nouvel Album était déjà en Téléchargement bien avant ça sortie officielle. Je n’en pense pas grand-chose à vrai dire, ça représente un avantage si on considère que ces plates formes permettent une diffusion importante de la musique, en même temps un vrai fan de musique ne se contente pas de simples Mp3 souvent de mauvaise qualité. On a tous type de profil, du consommateur de base qui compte en général pas moins de 4000 albums en mp3 affichés fièrement mais rarement écoutés, au jeune qui n’a pas trop de moyen qui ce résigne et fini par ce contenté de ça, et celui qui aime savoir ce qu’il achète. Je n’approuve pas mais je ne condamne pas non plus.

Brünnhilde : Eternal Majesty respire depuis maintenant 1995. On peut dire qu'aujourd'hui, vous êtes l'un des plus vieux groupes de BM parisien... Quelle place vous attribuez-vous au sein de la scène BM de Paris ?

Sagoth : On ne s’attribue pas vraiment de place au sein de cette scène, on aurait plutôt tendance à la fuir plus qu’autre chose. La musique n’est pas une compétition, Chaque groupe à ces qualités et défaut, on espère juste faire notre musique le plus sincèrement possible. Notre démarche n’attend pas de comparaison avec d’autres formations nous sommes finalement très personnel et surtout nous n’avons pas besoin de nous sentir soutenu. Tant mieux si des gens se reconnaissent dans notre concept, tant pis pour les autres …

Brünnhilde : Etant parisien, quel regard portes-tu sur cette scène BM parisienne ? Quels sont, d'après toi, les groupes parisiens intéressants ?

Sagoth : Très sincèrement je reste loin de ces mouvements j’ai pris tellement de distance avec ce monde que je serais incapable de donner un avis. Je ne te citerais aucun groupe par simple principe de non-appartenance à un quelconque regroupement géographique … il n’y a pas que paris en France.

Brünnhilde : Est-ce qu'il t'arrive souvent d'aller/de te donner en concert sur Paris, ou en dehors de la capitale ? Si oui, ou plutôt non - car il me semble que la réponse sera plutôt non -, peux-tu nous dire pourquoi ? Que penses-tu du public parisien ? Ou bien même des bmeux à Paris, d'un point du vu général ?

Sagoth : Il est rare de nous voir live c’est vrai, en 11 ans de carrière nous n’avons fait que très peu d’apparitions. Pour nous il semble inutile de monter sur scène à la moindre occasion, nous apprécions les concerts, mais on préfère jouer peu mais dans des moments bien choisis. Il devient difficile de réunir les éléments favorables à une prestation de notre part. D’un point de vu général j’ai peu de contactes avec ce qu’on appel les « Bmeux » je ne sais pas vraiment à qui on fait référence quand on me parle de ça ( ceux qui font du BM, ou juste ceux qui n’écoutent que ça ? ) Pour le public parisien je n’ai que les rares souvenirs d’une autre époque, et si je me réfère à cette période s’était un publique extraordinaire. Je ne sais pas ce qu’il en est à l’heure actuel.

Brünnhilde : Rien à voir (enfin si, un peu, quand même), mais as-tu écouté le nouvel album de Bekhira ? Et si oui, qu'est-ce que tu en penses ?

Sagoth : Non désolé, je ne connais pas …

Brünnhilde : Bon, je crois t'avoir posé pas mal de questions... Je vais arrêter de t'ennuyer. Aurais-tu quelque chose à ajouter ?

Sagoth : Non rien à rajouter merci pour cet entretien.

Merci à Eternal Majesty et plus particulièrement à Sagoth et à Martyr pour leurs réponses complètes et enrichissantes.