Interviews Retour
samedi 13 mai 2006 - U-Zine

She Said Destroy

Anders

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

She Said Destroy nous sort un premier album en 2006 du nom de Time Like Vines. Cet opus fut à mes yeux une réelle découverte et un pur moment de plaisir, rempli de mélancolie et de tristesse. Leur death metal riche et varié m'a tellement plu que j'ai voulu faire le point avec Anders (chant/guitare) tant cette formation m'a agréablement supris...

U-zinet.net : La première fois que j’ai entendu le nom de She Said Destroy, j’ai tout de suite pensé que c’était un groupe d’emo car le nom a vraiment une consonance emo…
Anders (guitare/chant) :
Et bien oui. Nous le savons… mais nous ne faisons pas d’emo, donc voilà !

L’artwork de Time Like Vines n’est pas très commun pour un groupe de death metal. Ne penses-tu pas que les fans de métal vont être désorientés et peu attirés par cet artwork, donc par l’album ?
Nous voulions que la pochette de notre album soit agréable à regarder. Si les gens qui apprécient seulement les pochettes où l’on voit des démons et des cadavres n'achèteront pas notre disque, nous n’en seront pas trop déçus.
Quoiqu’il en soit, nous étions très intéressés par un artwork qui ne fasse justement pas penser à du métal. Nous voulions que les gens soient confus et qu'ils se trouvent déconcertés à la vue de cette pochette. “La confusion est quelque chose de bien. Elle nous incite à réfléchir. Réfléchir est bon” disait Con Fu Tse a.k.a. Confucius, un putain de philosophe asiatique.

Comment s’est passé l’enregistrement de ce nouvel album ?
Ce fut une expérience incroyable – nous mettions énormément de pression sur nous-mêmes et nous en avons appris beaucoup de cette pression et de la façon dont il faut la gérer. Nous travaillons dur pour obtenir tout ce dont on désire. Notre producteur et notre ingénieur du son, Marius Strand, ont fait un boulot formidable en parfaite adéquation avec notre vision des choses et de la musique que l’on souhaitait faire.

Même si la production est relativement bonne, je trouve quand même que cette dernière reste un peu faible pour votre style. Es-tu d’accord avec moi ou tu en es satisfait ?
Je ne trouve pas du tout qu’elle soit faible, c’est méchant ce que tu me dis là. Les parties de batteries sonnent bien avec un gros son acoustique, les guitares vont droit au but, elles sont déchirantes et accrocheuses ! Quant à la basse, elle sonne réellement comme un instrument et non comme le faible écho de la guitare. Le son dans sa globalité est énorme ! Je ne vois pas comment tu peux la trouver faible… “Smaken er som baken”, comme on dit en Norvège.

Si tu ne devais garder qu’une seule influence parmi les multiples que vous avez, laquelle serait-ce ?
Prince.

Time Like Vines nous transporte dans des ambiances sombres et atmosphériques... Pourquoi avez-vous choisi de pratiquer ce genre de death ?
Bien que je pense beaucoup à tout ce qui ce rapporte à la mort, je n’ai pas encore choisi de mourir encore maintenant. Je ne sais pas quel genre de mort je choisirais, mais je voudrais choisir moi-même la façon dont ça se fera ; en tout cas, elle sera très probablement pathétique. Nous sommes des gens émotionnels. C’est de là que de vient le sombre et atmosphérique de notre musique. La condition humaine !

Te considères-tu comme jouant du death technique ?
Pas vraiment. Nous jouons une sorte de métal extrême qui peut être vu comme le résultat de l’environnement dans lequel nous avons grandi et des 25 années de l’histoire de métal extrême que nous avons derrière nous.

Les chants sont très agressifs et dégagent beaucoup de rage par rapport à votre musique…
On aime l’agressivité. Hourra !

Quelle est ta plus grande source d’inspiration dans ta vie pour la mélodie et la mélancolie ?
Pour la mélodie, c’est ma guitare. Pour la mélancolie, il faut suffit d’éteindre la lumière de ma chambre et penser…

Avoir son premier album chez Candlelight Records, ce n’est pas rien. Est-ce un réel honneur pour vous ?
Oh oui, c’est vraiment un honneur ! Nous avons été signé par un de nos héros du black metal sur un label légendaire. Non seulement ça, mais au delà de ça, ce sont des personnes qui font un bon boulot. Ils s’occupent bien de notre groupe.

Est-ce qu’une tournée serait envisagée…?
Pour l’instant, nous avons une tournée de prévu avec Cryptopsy, Gorerotted et Sylosis au Royaume-Unis et en Irlande en aout. En plus de ça, on espère décrocher une tournée européenne et tourner quelques temps durant cette fin d’année...

A part Zyklon et Blood Red Throne, le black metal est bien plus implanté que le death metal en Norvège. Ce n’est pas trop dur pour un groupe de death de s’imposer dans ce pays ?
Ce n’est pas difficile de ne pas jouer de black metal. Il n'y a plus de purs groupes de black metal ici. Au lieu de ça, il y a bien trop de pauvres groupes qui jouent du thrash metal retro. Le rétro thrash mal joué me donne envie de m'entailler les oreilles dans de la pulpe de sang avec un bâton pointu. Je souhaite qu'il y ait réellement plus de black metal. Hail Satan.

Qu’est ce que tu écoutes à l’heure actuelle ?
J’écoute actuellement le son de ma television.

Merci à Anders d'avoir répondu à cette interview et à Phil pour qu'elle ait pu se faire