Interviews Retour
samedi 15 avril 2006 - U-Zine

Pitbulls In The Nursery

Matthieu

U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Pitbulls In The Nursery est tout simplement le groupe qui m'a le plus marqué en ce début d'année 2006. Après une démo très prometteuse en 2001, leur premier album n'a cessé de se faire attendre jusqu'à février 2006. Une fois sorti, je fus totalement conquis par l'opus qui pour moi respirer le génie. Je me devais donc de m'entretenir avec les membres de PITN et c'est Matthieu qui se chargera de cette lourde tâche...

U-zine.net : Tout d’abord, la question que tout le monde se pose… Qu’a fait Pitbulls In The Nursery durant les cinq années qui séparent la sortie de votre première démo, Impact, et ce nouvel album, Lunatic ?
Matthieu (guitare) : Salut à tous. Pour le temps passé, nous aimons jouer sur scène et nous ne prenons pas de période de composition ce qui fait que le processus de création est plus long. Et puis surtout nous ne voulions pas bâcler ce premier album car nous préférons laisser le temps aux compositions d'être jouer sur scène pour les faire vivre et les finir. Comme tu le sais peut être nous avons beaucoup attendu entre l'enregistrement et la sortie de cet album qui nous a fait perdre une année.

Pensez-vous que ces années vous ont été bénéfiques pour atteindre la maturité nécessaire à la sortie de cet opus ?
Totalement, nous avons opté pour sortir un album après l'avoir fait vivre sur scène plutôt que de sortir un album sans que personne ne sache qui on est. Cela nous a permis effectivement d'avoir plus de maturité et de donner le meilleur de nous dans chacun des titres sans exception.

Quel a été l’élément déterminant qui vous a fait plus balancer pour un label grec, Black Lotus, que pour un label français ?
C'est très simple. Premièrement, peu de label nous ont contactés. Deuxièmement, Black Lotus nous a proposé un contrat dans lequel nous avons pu rajouter nos conditions pour garder un vrai liberté artistique et qui nous offrait une distribution assez large au delà de nos frontières.

Quel a été le choix déterminant pour que vous choisissiez le studio des Gojira, le Studio des Milans ?
Nous sommes allez au studio des Milans car le studio dans lequel nous devions enregistrer a fermé et nous devions prendre une décision rapidement. Le son du deuxième album de Gojira étant assez gros et le fait de partir enregistrer loin de chez nous pour être totalement isolé nous a aidé dans ce choix.

La production, logiquement plus travaillée que votre démo (qui jouissait déjà d’une excellente qualité), est plutôt choquante aux premiers abords quand on connaît le son d’Impact. Êtes-vous satisfait de son rendu final ?
Nous avons fait des choix très typé comme la caisse clair ou le kick qui ont pu choqué, et nous avions un temps de mixage très court pour mixer et malgré tout cela nous sommes satisfait de cet album.

Qui est à l’origine de l’artwork du nouvel album et peux-tu nous en expliquer la symbolique ?
L'artwork de "Lunatic" ainsi que celui de "Impact" et de notre site est réalisé par Djahal (Geoffroy Thoorens) avec qui nous collaborons depuis 2001 et qui sait à merveille mettre en images nos idées parfois floues ou complexe. En ce qui concerne "Lunatic", la "machine" représentée est faite de technologie, d'humain, de végétal et d'animal; le tout vivant dans cette création. Alors on peut se demander qui domine dans ce mélange créé indirectement par l'homme qui développe sa technologie sans se soucier des répercutions; est-ce la machine qui a pris le dessus et reprend le pouvoir ou est-ce l'homme qui impose son propre chaos.... On pourrait aussi se demander si une symbiose est possible ? Au final cette représentation peut-être utopiste par rapport à la symbiose et reflète un peu de l'état de notre planète rongée par ses médias et la sophistication permanente des machines mais jusqu'à quel point et à quel prix...

Vous avez repris l’intégrité des trois titres de votre démo sur l’album. Pourquoi ce choix ?
La démo impact a été enregistré 3 mois après mon arrivé dans le groupe et François (basse) n'était pas encore dans PITN, les titres ont donc évolué au niveaux de l'arrangement et surtout dans la manière de jouer. Nous avons donc choisi de les réenregistrer pour les jouer à la manière d'aujourd'hui et parce qu'ils font parti de la période "pré-Lunatic".

Les influences de Lunatic semblent plus portées sur Death ou Atheist. Qu’est-ce qui a déterminé cette orientation ?
On ne choisit pas d'orientation. Les influences changent et nous avons des goûts très larges dans PITN et je pense que nos influences ne sont pas plus portées sur tel ou tel groupe. Des rapprochements comme ceux que tu fais nous font très plaisir car ce sont des groupes que nous admirons et qui ont marqué les esprits mais nous avons encore tout à prouver et nous sommes encore très loin de ces groupes cultes.

Le niveau technique de PITN demande de la part de ses membres un niveau est des plus élevés. Pourtant, votre line-up semble plutôt stable…
Nous avons tous la même faim d'avancer et donc on progresse tous ensemble dans le même sens. Au delà du groupe nous sommes amis et il y a une ambiance très joyeuse entre nous que ce soit en répétition ou en concert ce qui aide à bosser sereinement. On aime aussi tous beaucoup jouer ensemble.

L’incorporation d’un sitar sur le dernier morceau est un coup de génie ! Vous n’avez pas peur que cela en bloquent certains, les plus fermés d’esprit ?
Tant pis pour eux !(rires) Nous sommes pour le métissage, l'expérimentation et l'ouverture d'esprit et ce morceau était un bon moyen de faire tout cela en un titre. Cela peut ne pas plaire à certains car forcément ça ne peut pas plaire à tous les gens mais jusqu’ici, le public a très bien accueilli ce morceau et nous le jouerons à chaque fois que les conditions le permettront avec beaucoup de plaisir.

Qu’est ce qui a décidé Panda à chanter en français sur le titre « La Norme » ?
Panda avait envie de chanter en français pour donner une autre sonorité par rapport à la prononciation et puis c'était un petit clin d'oeil à notre belle langue.

Une importante tournée est-elle prévue pour la promotion de Lunatic ?
Je n'ai moi-même aucune information à ce sujet car il y a des projets mais rien n'étant sûr, je ne peux rien te dire à ce sujet.

Comment appréhendez-vous le VS Fest # 2 ?
On a hâte d'y être évidement. L'affiche est belle, la salle est belle, et nous y revenons 3 ans après notre première fois la-bas avec encore plus d'envie.

D’où vous est venu cette idée de la Meute et de ce fameux concours ?
Pour la meute, on devait trouver un nom pour notre association et on a donc cherché un mot fédérateur qui représenterait un regroupement. Notre nom nous a aidé à trouver "la meute" en rapport aux chiens et ça nous a bien plu. Le concours sur le site est parti du fait que notre manager a fait porter le premier tee-shirt de PITN au Fury-Fest à Stéphane Buriez (Loudblast) et en voyant la photo on s'est dit que ça pourrait être marrant d'avoir un concours de ce genre sur notre site.

Vous êtes très fier de votre ville d’origine, Rambouillet. Même Black Lotus la mentionne sur le pack promo. D’où vous vient ce si fort attachement ?
On ne vient pas tous de Rambouillet mais c'est à Rambouillet que le groupe a vu le jour et répète depuis des années. L'usine à chapeaux est une salle où l’on a fait de beaux concerts et pour la plupart nous avons été au collège et lycée dans cette ville. D'où cet attachement.
Merci à toi et à tous les gens qui nous supportent. CARPE DIEM

Merci à Matthieu pour avoir pris le temps de répondre à nos questions et à Phil...