Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Darkspace

III I

LabelAvantgarde Music
styleBlack Metal astral
formatAlbum
sortieseptembre 2014
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Contemplant cette nuit noire sertie d'étoiles où règne l'orbe sépulcrale...rêvant d'infinité cosmique...Le trio aliénigène s'est enfin incarné. Naviguant sur l'océan stellaire depuis six ans, Darkspace est revenu sur Terre.

Darkspace s'est manifesté à travers une brèche spatio-temporelle conduisant vers un nouvel univers, qui d'apparence conserve les propriétés élémentaires des galaxies I, II et III. Les coordonnées spatiales délivrées à cinq cents terriens sur un support numérique antique et portant l'inscription III I pointent vers trois sources radio pulsantes symbolisées par les codes 4.18, 4.19 et 4.20.

Les sons diffusés par ces trois corps célestes s'apparentent à des sursauts gamma. Si la substance basique qui compose ces trois astres reste très similaire à ce que nous connaissons déjà, on note, tout de même, l'apparition de nouveaux éléments. L'énergie absolue transmise est sans doute liée à la taille de chacune de ces sphères. Elles sont en effet bien plus imposantes que celles découvertes précédemment. Dans la face cachée de l'éclipse, les signaux émis sont plus détaillées que ceux qui nous parvenaient des autres galaxies: chaque code est parfaitement audible et comporte des messages sombres et mystiques. Les pulsations sont plus marquées et les distorsions électriques sont multiples. Les unes sont issues de la matière noire de l'univers, créant ainsi un rideau stellaire froid et infranchissable. Les autres dessinent les reliefs mélodieux des constellations. Les nappes astrales sont diffuses et drapent l'ensemble des astres de cet univers.

Le vaisseau utilisé sur les champs stellaires et destiné à capter les signaux semble être le même qui avait été utilisé lors des voyages précédents. Pourtant, des améliorations ont été apportées à l'instrumentation. Le niveau de réception et d'émission offre un spectre de fréquences audibles bien plus large. Ce qui permet au trio de nous révéler des équations sonores beaucoup plus riches et ciselées. L'implantation des données collectées permet à ses hôtes d'atteindre la transcendance spirituelle.

Le voyage vers ces trois astres fût long...4.18 est sans doute le plus éloigné, il est aussi celui dont le diamètre est le plus important. Il est constitué d'une ceinture d'astéroïdes qui s'entrechoquent et produisent des sons typiquement industriels et bruitistes. Une fois passé ce champs de météorites, les ondes pulsatiles futuristes rapides sont très présentes. Certains échos sont familiers et rappellent les émanations terriennes créées par Vangelis. Les effets du champs gravitationnel de l'astre en rotation ralentissent parfois la transmission, donnant un aspect sombre et menaçant à ce codex astral.

La ceinture d'astéroïdes se meure progressivement derrière nous. C'est alors que l'on aperçoit un voile fantomatique éclipsant partiellement 4.19. Les signaux captés sont éthérés et le flux de données relativement lent. A mi-chemin, la transmission est filtrée, les distorsions électriques sont imperceptibles, tout est comme figé, froid et hypnotiques. Pendant, quelques instants une quiétude enivrante est palpable, finalement les perturbations magnétiques cessent et les signaux sont de nouveau transmis.

A l'approche de 4.20 la vitesse augmente considérablement, le débit de transmission des signaux de l'astre atteint son paroxysme. L'espace temps se dilate et des ondes de chocs se propagent. La source radio pulsante est épileptique , les distorsions électriques agissent continuellement. Un mur lumineux, glacial et impénétrable se dresse devant nous. L'effondrement gravitationnel est inéluctable. L'énergie libérée par cette déflagration sonore se fond dans le vide cosmique ne laissant derrière elle qu'une nébuleuse obscure dans une partie sombre de l'espace.

Darkspace semble défier les lois de la physique et révèle grâce à ces nouvelles coordonnées spatiales trois sources d'énergies sombres, ténébreuses et mystiques. Ce voyage méditatif et transcendant à travers l'infinité cosmique permet l'espace d'une heure de se détacher totalement de notre monde matérialiste.

01. 4.18
02. 4.19
03. 4.20

Les autres chroniques

Album

mai 2008 U-Zine

Darkspace

Darkspace III