Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Stille Volk

La Pèira Negra

LabelHoly Records
styleMedieval
formatAlbum
sortiemai 2014
La note de
U-Zine
7.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Stille Volk est un groupe bien fascinant. Alors que certains acteurs de la musique médiévale se prostituent sur The Voice au point d’en perdre toute leur majesté musicale, d’autres ont l’intégrité de produire album après album d’excellentes compositions. Et pourtant, même fondé il y a 20 ans, Stille Volk ne bénéficie que d’une relative reconnaissance de la scène. Mais lorsque l’on voit le succès du groupe au Motocultor puis au Hellfest, on ne peut que s’incliner devant la magnificence de sa musique, qui ne se limite pas qu’à une vague bande son de joutes médiévales.

Et il faut être patient pour apprécier la musique de Stille Volk. Après un début plus que prolifique (4 albums entre 1997 et 2003, la formation Pyrénéenne se fait plus discrète, semble prendre son temps pour sortir des albums plus aboutis et plus matures. Ainsi il avait fallu attendre 6 ans après la sortie de Maudat (2003) pour pouvoir écouter Nueit de Sabbat (2009), pierre angulaire de la discographie du groupe, album unanimement acclamé par la presse et les fans. Ainsi, après 5 années d’attente supplémentaires, on se demandait bien comment allait sonner La Pèira Neigra

Et clairement, dès les quelques premiers titres, on se rend compte que l’ensemble est très sombre. En effet Stille Volk nous emmène dans un univers souterrain obscur où se tiennent sabbats et autres chants liturgiques. L'éveil Du Spectre, sera un très bon exemple, avec ses chants langoureux et mélancoliques auquel l’utilisation de la trompette apporte un côté maléfique. Le titre commençait pourtant à la guitare acoustique, rappelant les chants autour du feu, mais nous emporte peu à peu dans les abysses dominées par cette grande pierre noire.

Pour autant, tout n’est pas sombre sur cet album : Sous L'oeil De La Lune nous prendra par surprise, faisant preuve d’une grande allégresse. Un petit côté épique pas piqué des vers qui nous emporte par-delà mers et monts. Dans un autre style, très médiéval, Forêt Gorgone sonnera le tocsin de la danse. Le titre, qui avait pourtant commencé avec lenteur et mélancolie se fait d’un coup plus rapide et enjouée, avant de terminer sur une rythmique à la cornemuse et trompette qui en fera danser plus d’un.

Ce qui fait probablement la puissance de cet album, c’est aussi le retour de Yann Arexis mais également la participation de Didier Bignalet pour enregistrer les parties de basse. Cet ex-Eviternity jouait déjà sur leur iconoclaste mais néanmoins excellent 2ème album [Ex-uvies] ainsi que sur The Painless, leur reprise de Paradise Lost. Stille Volk ne s’arrête pas là puisque leurs potes transalpins de Barbarian Pipe Band apparaissent aussi en tant qu’invités sur l’album.

Du changement au niveau du line-up qui se ressent dans le rendu musical. Litanie Du Pétrifié par exemple sonne très médiéval, véritable appel à sentir le vent souffler sur son visage vieilli par les années de labeur. Toujours aussi cosmiques et telluriques, les lyrics sont à leur habitude influencées par le terreau local, alternant entre français et occitan. Cet humus fertile est aussi lié à un son très organique, d’où on distingue clairement chaque petite nuance.

Ainsi, cet album nous révèle Stille Volk sous un tout nouveau visage. Une mutation musicale qui se ressent par un disque plus sombre que d’habitude, une période noire pour les sabbats nocturnes, et les rites orgiaques. Quoi de plus logique par ailleurs de clore cet album sur Come To The Sabbath, reprise de l’intemporel titre de Mercyful Fate, rappelant par la même occasion que Stille Volk est a jamais lié à la scène métal. Une reprise surprenante, le morceau étant totalement réarrangé à la sauce médiévale.

Au final, La Pèira Negra nous prend par surprise mais révèle à qui sait l’entendre des sonorités nouvelles, et une teneur très obscure. Stille Volk tient ici un album d’exception assez éloigné de Nueit de Sabbat, prouvant que la formation pyrénéenne sait se renouveler. Du grand cru en somme magnifié par un artwork de toute beauté, très sobre, signé Yan Arexis.


1. Demntis Maudiçon
2. Sous l'Œil de la Lune
3. L'Eveil du Spectre
4. La Peira Negra
5. Litanie du Pétrifié
6. Forêt Gorgone
7. Heaume de Lichen
8. En Occulz
9. Come to the Sabbath (Mercyful Fate Cover)

Les autres chroniques

Album

janv. 1998 U-Zine

Stille Volk

Ex-Uvies