Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

WirgHata

Cold Dismay

LabelBlasphemour Records
styleBlack/Death mélodique
formatAlbum
paysRussie
sortieoctobre 2013
La note de
U-Zine
8/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

On a depuis longtemps l’habitude d’assimiler le death mélodique aux pays froids. Donc si je vous parle aujourd’hui d’un groupe de black/death mélodique qui nous vient tout droit du fin fond de la Sibérie, vous ne serez pas étonnés ? Probablement pas. Par contre, si je vous dis qu’un groupe si jeune (fondé en 2008), repéré par Blasphemour Records il y a quelques mois, va vous mettre une rouste, vous ne me croirez surement pas ! Car chaque année, dix nouveaux groupes de death mélodique arrivent sur le devant de la scène et peu sont ceux qui valent vraiment le détour (Be’lakor notamment). Et pourtant, je crois avoir décelé ma petite perle mélodique de 2013.

Dès la première écoute, la surprise est de mise. D’une part la qualité de l’enregistrement est excellente. Aucun instrument n’écrase l’autre, la balance y est excellente (à mon goût en tout cas). Or c’est souvent ce qui fait défaut dans les albums de jeunes groupes du genre, tout y est brouillon tant on veut être démonstratif. D’autre part, le travail de composition est particulièrement aboutit. Mais nous reviendrons là-dessus.

L’album débute par une instrumentale intitulée Serene. Beaucoup de nappes de clavier, d’effets sonores pour nous faire pénétrer dans l’univers assez aérien du groupe et surtout préparer la réelle entrée en matière qu’est la puissante Through the Eyes of Serpent. Après un début assez typé « néoclassique » le groupe nous offre un black/death mélodique gonflé aux hormones avec des rythmiques entrainantes, de la double à tire larigot et même du blast sur les couplets. Le tout entrecoupé de leads endiablés à la guitare et au clavier. Si la combinaison clavier/voix nous fait parfois penser à leurs illustres compères finlandais de Kalmah le groupe possède (déjà) une réelle emprunte musicale avec des ambiances aux claviers très travaillées.

Et ce n’est pas Winter Storm avec son introduction très Follow-the-Reaperienne qui va faire baisser notre attention. Aucun répit dans cet album qui regorge de titres excellents et qui défilent à toute allure. Il faut aussi dire que le tempo des titres est très élevé. Si quelques passages viennent parfois tempérer les titres en permettant aux instruments de s’exprimer (Tombstone Garden, Winter Storm), il faudra attendre le dernier titre (In the Sand of Solitude) pour entendre une très légère introduction acoustique qui se prolonge sur une musique plus lourde et mid-tempo.

Côté instruments, Alexander Zavyalov et Nikita Mangadash nous offrent quelques riffs très efficaces comme sur le break de Tombstone Garden, des intros de haut vol (Winter Storm, le riff de Shuttered Room) et enfin quelques soli qui nous rappellent les débuts de COB comme sur Nightmare. Si la basse est légèrement en retrait (comme souvent dans le death mélodique, autant l’avouer), la musique ne perd pas en puissance grâce à un Ivan Dolgorukov qui martèle ses fûts avec énergie. Énormément de double, du blast mais surtout un jeu dynamique qui ne fait pas perdre de rythme à la musique même lorsque c’est au tour des guitares de faire le show (Whispers from Beyond notamment). Le son très aigu de la double que j’affectionne tout particulièrement, pourra toutefois déranger certains. Seul point négatif à ce niveau, le son de clavier pourrait être amélioré. Certains passages comme l’introduction de Shuttered Room, de Whispers from Beyond ou le couplet de Tombstone Garden sonnent très « Midi ».

Compte tenu de ces éléments, le rendu ne pouvait qu’être très bon. Surtout que Yan Novikov, le jeune chanteur russe, rend une copie très sérieuse. Alternant cris aigus teinté black (la base de son chant) et quelques growls plus puissants (notamment sur In the Sand of Solitude), il donne du relief aux compositions et apporte sa touche au son du groupe, définitivement singulier.

Pour résumer, ce premier opus des russes de WirgHata est assez déconcertant. Si certains titres se ressemblent un peu et qu’il est permis de douter de la longévité d’un tel album, le groupe nous a quand même offert un ensemble cohérent, extrêmement travaillé et qui témoigne d’une très grande maturité malgré leur jeune âge. Il est certain que les fans de Dark Tranquility et Kalmah trouveront quelques éléments à se mettre sous la dent.

Un bel essai à transformer.

1. Serene
2. Through The Eyes of Serpent
3. Winter Storm
4. Tombstone Garden
5. This is the End
6. Nightmare
7. Shuttered Room
8. Whispers From Beyond
9. In the Sands of Solitude
10. Outro