Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Heaven Shall Burn

Veto

LabelCentury Media
styleDeathcore Mélodique
formatAlbum
paysAllemagne
sortieavril 2013
La note de
U-Zine
6.5/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

J’ai eu beau adorer Invictus, j’ai quand même eu peur pour le futur de la formation allemande. La cause de cette peur était ce dernier morceau totalement à coté de la plaque pour du Heaven Shall Burn. Un chanteuse quoi... Et pas n’importe quelle chanteuse, la ratée de service (oui, c’est gratuit mais ça fait du bien), Sabine Scherrer membre du all naze band Deadlock. J’avais envie de m’arracher les oreilles sur « Given In Death » qui allait dans le sens que les Allemands voulaient, « adoucir » sa musique. Vous imaginez donc mes craintes avec ce Veto qui pourrait totalement faire rentrer dans le rang un groupe qui s’il n’était pas le plus innovant qu’il soit, avait pour lui de ne jamais rentrer dans le rang et de continuer à envoyer des parpaings comme aucun ne sait le faire.

Et là, « Godiva » est arrivée. Et là, cette catain m’a effrayé durant une trentaine de seconde. Pas de d’orchestration pompeuse pour commencer cet album, non, juste une introduction de guitare en son clair comme je ne me souviens pas d’en avoir entendu de la part d’Heaven Shall Burn. DIEU MERCI, c’est pour déboucher sur un gros mur de violence comme on les aime et nous rassurer : Les Allemands vont continuer dans la voie d’Invictus en essayant de trouver un équilibre entre la violence de Deaf To Our Prayers et des mélodies toujours plus présentes sans jamais Ô grand jamais tomber dans le niais, marque de fabrique de 95% des groupes de Metalcore (garantie zéro chant clair et même le morceau à émotion « Beyond Redemption » est cent fois plus burné que « Given In Death »). Cela donne des compositions toujours autant efficaces mais auxquelles il manque un peu d’aura pour en faire des classiques du groupe. Alors oui, un titre comme « Die Stürme Rufen Dich » te donne envie de dire des saletés dans la langue de Goethe à ta/ton/tes partenaire(s) mais je n’en trouve aucun qui sorte vraiment du lot à l’exception d’un coup de panache là où je n’attendais pas le groupe.

En fait depuis, Iconoclast, s’il y a bien un registre où le groupe excelle, c’est la reprise inattendue. Par exemple, quand Heaven Shall Burn veut rendre hommage à Edge Of Sanity, il ne reprend pas un morceau bien bourrin comme « Twilight » mais le titre le plus calme de l’album Purgatory Afterglow pour en faire un monstre de violence et ça marche. Ici, quand j’ai vu sur la tracklist que le groupe allait interpréter un morceau appelé « Valhala », je me suis dit qu’il voulait surfer sur la vague d'Amon Amarth. Il faut deux secondes d’écoutes du morceau pour comprendre que le groupe reprend du Blind Guardian. Blind Guardian les mecs. Juste la référence du Heavy teuton avec un des titres préférés des fans du groupe. Vous imaginez un peu comment c’est casse gueule de la part d’une formation elle-même allemande. Et pourtant, comme toujours, le groupe s’en sort avec brio au point de se permettre le luxe d’avoir la bénédiction de Blind Guardian avec Hansi Kürsch qui vient en personne chanter en duo avec Marcus Bischoff. Et il se fait plaisir le bougre, se la jouant plus bourrin que jamais. Alors oui, la paire Dietz - Weichert n’a pas la virtuosité de la paire Sielpen – Olbrich mais bordel que c’est bon que cet hymne revisité à la sauce parpaing.

Vous aurez bien compris au travers de cette chronique qu’il y a un morceau qui vient éclipser tout le reste qu’on ne retient que par bribes de morceaux. Veto est un album qui continue toujours dans la même direction avec zéro remise en question, avec lequel on prend du plaisir mais qu’on n’aura pas autant envie de réécouter que les autres albums. Cela manque tout simplement d’hymnes nouveaux car là, je ne vois aucun titre capable de tenir la dragée haute aux « Counterweight », « Endzeit », « The Weapon, They Fear » ou même « I Was I Am I Shall Be » qui donnaient envie de faire des Wall Of Death seul face à un vrai mur et d’en ressortir deux dents en moins mais le sourire aux lèvres prêt pour y retourner avec la même volonté de tout détruire.

1. Godiva
2. Land of the Upright Ones
3. Die Stürme rufen dich
4. Fallen
5. Hunters Will Be Hunted
6. You Will Be Godless
7. Valhalla (reprise de Blind Guardian)
8. Antagonized
9. Like Gods Among Mortals
10. 53 Nations
11. Beyond Redemption

Les autres chroniques