Chronique Retour

Album

09/12/14 - U-Zine

Heaven Shall Burn

Deaf To Our Prayers

LabelCentury Media
styleEuropean Metalcore
formatAlbum
paysAllemagne
sortieaoût 2006
La note de
U-Zine
9/10


U-Zine

U-zine.org, webzine musical metal actif entre 2004 et 2015. Fermé en 2015 suite à sa fusion avec 2Guys1TV, ses articles (chroniques, live-report, interview, dossiers, ...) sont désormais disponibles directement sur Horns Up via ce compte !

Quelle claque ce nouvel album de Heaven Shall Burn, quelle claque !
Antigone, l’album précédent, donnait de bons espoirs concernant ce groupe, mais de là à croire qu’il nous pondrait un jour un tel album...

Le metalcore européen a eu ses petits bijoux au fil du temps, pour en citer quelques uns, Shadow Hearts de Caliban, Defdump et son très puissant David Versus Corporate Society ou bien plus récemment, l’énorme Hope your die by Overdose de Arkangel. Tous ces albums ont un point commun, ils sont hargneux, possèdent un chanteur avec une voix aiguë et chaque titres composants ces albums sont d’une efficacité redoutable.

Aujourd’hui, Mesdames, Messieurs, Deaf To Our Prayers de Heaven Shall Burn est une nouvelle étape de l’évolution de notre scène metalcore européenne.
En effet, ce dernier est une tuerie, une bombe, un cataclysme assourdissant pour vos esgourdes. Cet album est et sera sans nul doutes celui de la révolution d’une part, pour Heaven Shall Burn qui signe là l’oeuvre de l’aboutissement total et d’autre part, la naissance d’un son nouveau et d’une technique novatrice certes déjà présente sur le précédent album du groupe, mais sûrement pas d’une façon si adroite que sur Deaf To Our Prayers.

La technique des riffs linéaires mes chers amis, est à la base utilisée par les groupes de black metal, et depuis un certain temps, certains groupes qui n’ont rien avoir (musicalement parlant) avec cette scène, empruntent cette technique pour des passages calmes ou bien encore pour partir dans des mélodies rapides plus que que idéales pour des passages accélérés. Mais à ce jour, aucun groupe n’a su s’approprier cette technique et sonner de façon personnel, aucun mis appart Heaven Shall Burn.

L’album débute avec l’énorme titre nommé "Counterweight", ce titre est tout simplement parfait, parfait sur tous points. Ici pas de chichis, on balance la sauce, les structures sont présentes et très bien menées, les mélodies sont personnelles, conquérantes, et Marcus Bischoff le chanteur du groupe, montre qu’il a énormément évolué par rapport à l’album précédent et nous décharge là, des lignes de chant d’une intensité rare.
L’album poursuit sur une tempête de titres tous plus excellents les uns que les autres. On passe de l’énorme "Trepassing The Shores Of Your World", au plus innocent “Profane Believers” ou bien le très mélancolique “Armia" et "The Final March" qui montre clairement l’influence black metal pour sa technicité (riff linéaire plus blast beat). A noter également que le jeu de Matthias Voigt (le batteur), est très particulier car ce dernier n'utilise quasiment jamais les Tom, appart sur certaines parties calmes, mais en ce qui concerne les break et transitions de tempo, le jeu reste basé sur la double et la caisse claire.

Deaf To Our Prayers est inspiré par le récit de l’écrivain Heinrich Heine qui traite le sujet des conditions de travail en Silésie au 19ème siècle. Ainsi, l’opus est très engagé, on retrouve le sujet de l’affectation de la société par la mondialisation dans "Of No Avail" ou encore dans "The Final March". Un autre thème est également abordé sur "Armia", celui du combat désespéré que les partisans polonais ont mené durant 64 jours interminables contre les forces d’occupations nazi, lors de la bataille de Varsovie en Août 1944.

Pour en revenir au plan musical, malheureusement l’opus n’est pas exempt de défauts et je pense tout particulièrement au titre "Stay The Curse", qui fait ici clairement office de trouble fête pour son côté "trop mélodique" et impersonnel. Autre élément dispensable, "Biogenesis (Undo Creation)" qui est totalement death metal et qui tue la cohérence de l’opus. Imaginez donc Slaughter of the soul avec en plein milieu un morceau à la Agnistic Front

Côté production, Jacob Hansen et sa production très direct, apporte un atout majeur à l’album. Quelques samples très bien venus sont présents, ils s’agit généralement de clôtures de titres ou d’éléments de transitions. Le dosage concernant ce dernier est parfait, ni peu ni trop, juste ce qu’il faut. D’ailleurs en parlant de samples, l’album précédent était bourré de musiques d’ambiance certes jolies mais trop "hors sujet" par rapport à l’album précédent. On avait la fâcheuse tendance de revenir sur l’opus pour écouter ces fameux morceaux plutôt que pour les titres metal de l’album, ici au moins, ça ne sera pas le cas.

Deaf To Our Prayers sera sans doute (du moins pour ma part) l’album de cette année 2006 et prend un statut d’album majeur en matière de metalcore européen.
Album Indispensable.


Track By Track :


01. Counterweight : tout simplement parfait. Structuré, hargneux, rentre dedans. 20 sur 20.

02. Trepassing The Shores Of Your World: avec ses allures de petit frère de counterweight, ce titre est une démonstration de force et est un best a lui tout seul de ce qu’il y a de meilleur dans notre scène européenne.

03. Profane Believers : mélodique mais toujours personnel, profane believers est un vrai bonheur.

04. Stay The Curse : ce titre est tout simplement le gros bémol de l’album, rien avoir avec le reste mais pas mauvais pour autant. Ce titre propose un metalcore mélodique maintes fois vu et revu.

05. The Final March : celui-ci est l’aboutissement total de diverses influences. Tout simplement excellent avec son passage en blast beat de justicier.

06. Of No Avail : en mid tempo, ce titre très engagé dégage beaucoup d’émotions, bien qu’il soit plus difficile d’accès que les autres puisque ce dernier demande énormément d’attention.

07. Armia : un chef d’œuvre Mesdames, Messieurs, ce titre est un chef d’œuvre.

08. Mybestfriend.com : excellent, mybestfriend.com est un des meilleurs titres de l’album. Très direct, ce titre prend ce qu’il y a de meilleur et le mixe pour le plus grand plaisir de nos oreilles.

09. Biogenesis (Undo Creation): certes de qualité, ce titre death metal fait tout même office d’intrus dans l’album.

10. Dying In Silence : pas mauvais, ce titre vous demandera peut être plusieurs écoutes avant que vous ne l’adoptiez définitivement.

11. The Greatest Gift Of God : clôture de l’album. très mélodique et émouvant.


01. Counterweight
02. Trespassing The Shores Of Your World
03. Profane Believers
04. Stay The Course
05. The Final March
06. Of No Avail
07. Armia
08. mybestfriends.com
09. Biogenesis (Undo Creation)
10. Dying In Silence
11. The Greatest Gift Of God

Les autres chroniques